Hey, mais on se connait ! [PV Riza Hawkeye / Roy Mustang]



 
Le forum va bientôt subir de grands changements ! Restez connectés ! /sbaff/

Partagez | 
 

 Hey, mais on se connait ! [PV Riza Hawkeye / Roy Mustang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clothilde Laysawer
Alchimiste Médecin Général des Armées

avatar


MessageSujet: Hey, mais on se connait ! [PV Riza Hawkeye / Roy Mustang]   Lun 7 Oct - 16:33

Le crépuscule s'était déjà affaibli pour laisser place à la tombée de la nuit. Le lourd pendule de l'horloge cognait contre les parois de bois, et les aiguilles de métal pointaient de leurs flèches une heure tardive. Vingt heures et quart pour être exact. Appuyée à son bureau et les cuisses croisées, l'alchimiste de soin tassa entre ses doigts une pile de copies d'analyses médicales. De la pointe de son index, elle effeuilla les nombreux papiers afin de calculer, une seconde fois et par précaution, le nombre de ses visites. Trente-six, c'était particulièrement peu par rapport à d'habitude.

Clothilde rehaussa la monture de ses lunettes, sa vue se voilait peu à peu. Elle réprima un bâillement puis emboutit la chemise comprenant les fiches d'examens dans le creux de sa sacoche en cuir tanné. Tant bien que mal d'ailleurs en vue de l'épaisseur du dossier. Bientôt, un aboiement retentit et la fit bondir. Son fidèle HitsuBrown, la queue agitée et balayant l'air, trépignait d'impatience et d'amour aux pieds de son comptoir. Ce brave chiot, devenu à présent un adulte vigoureux, avait toujours été très démonstratif et... adhésif. Clothilde fit coulisser ses bras au travers de son manteau en viscose doublé, rejeta son sac par dessus son épaule, épingla l'accroche de la laisse au collier de HitsuBrown avant de quitter  en verrouillant à clé son cabinet, les luminaires éteints.

Seule la résonance de ses talons en frappant le sol carrelé offrait un signe de vie au sein des couloirs. L'atmosphère était assez lugubre et les couloirs déserts, mais l'idée que de beaux militaires vaillants somnolent dans les dortoirs non loin d'ici la rassurait sur sa sécurité. Elle n'était probablement pas la seule à veiller à son guichet pour peaufiner quelques paperasses. De plus, HitsuBrown deviendrait rapidement apeuré s'il pressentait la moindre menace, autrement dit, l'ombre d'une feuille qui vole, une porte qui se ferme, une brindille qui roule...

En appui sur sa main gauche, elle bouscula lentement le battant de la porte d'entrée, et élança une jambe vers l'avant. Le bras replié sur sa veste, elle fut agréablement surprise de constater que la soirée n'était pas si fraîche. Les cieux assombris restaient suffisamment clairs pour aisément discerner les alentours. Tout était d'un calme apaisant. A l'horizon, de nombreuses vitres illuminées laissaient prédire que les habitants d'Amestris festoyaient entre eux ou se prélassaient d'un repos mérité dans leur salon. Le médecin susurra un soupir. A son tour dans quelques instants, elle allait peut-être elle aussi pouvoir se vautrer entre les bras protecteurs et affectueux de son tout nouveau bien-aimé, Nick Falcon. Malgré une réputation d'amante très "généreuse", elle était parvenue actuellement à se stabiliser, et elle comptait bien le rester. Avec son général de bridage, c'était différent. Et surtout, c'était à l'insu de tous.

Mais nous nous égarons. Ce fut le couinement de HitsuBrown qui l’extirpa de ses pensées romantiques. Dressée au sommet des escaliers du QG, elle aperçut un chiot de race sibérienne en train de furieusement japper en sa direction, ou plutôt, à l'encontre de son propre compagnon, qui lui, piaillait de crainte. Aux cotés du jeune husky se tenait solennellement une silhouette familière. Grâce à sa barrette préservant un impeccable chignon blond méché, elle était facilement reconnaissable. Clothilde tendit doucement son bras, en articulant distinctement :

"Lieutenant Riza !"

Régulièrement, il leur arrivait de se croiser à la cafétéria, l'alchimiste appréciait de déjeuner ensemble car à tort sous son masque impénétrable, elle se révélait être cependant pleine d'humour et de bienveillance. Quoique assez discrète voir muette sur son affection envers le Colonel. Enfin, Clothilde n'insistait pas, même si d'après elle, tout était déjà deviné. Ce n'était pas à elle à qui l'on pouvait dissimuler ses sentiments.

Elle enjamba peu à peu les marches en marbre blanc en rejoignant la connaissance en question. Époussetant d'un geste brève les volants ébène de sa robe cintrée, elle imita le salut militaire par respect. Elle étira un sourire doux car il lui était toujours très agréable de rencontrer des visages amicaux. Au même instant, HitsuBrown et Black Hayate, à présent plus détendus et attentifs, se présentèrent à leur façon en se reniflant le museau.

"Bonsoir, comment allez-vous ? Vous êtes seule ?"

Riza Hawkeye était principalement l'assistante attitrée du Colonel Mustang, mais elle ne l'avait jusqu'alors, jamais approché. Il était probablement très demandé et surchargé de responsabilités (LOL. 8D).
Revenir en haut Aller en bas
Clothilde Laysawer
Alchimiste Médecin Général des Armées

avatar


MessageSujet: Re: Hey, mais on se connait ! [PV Riza Hawkeye / Roy Mustang]   Ven 18 Oct - 17:42

La jeune sous-lieutenant Riza exprima de l'étonnement lorsque l'alchimiste s’enquit de ses nouvelles et de sa santé. Elle répondit par un sourire complice ainsi que par l'action de son bras en direction de son front de façon à lui rendre la politesse. Le visage à présent détendu, à son tour elle demanda l'humeur de son interlocutrice ;

"Bonsoir, Melle Lawsayer. Je vais bien, et vous ?" Prononça-t-elle en abaissant sa main jusqu'à sa hanche.

Le médecin Laysawer replia progressivement les paupières en inclinant légèrement la nuque sur le côté, puis confessa sa réponse d'une voix chaude.

"On fait aller."

Le lieutenant expira un soupir en obliquant le cou vers l'avant, l'air désolé et peut-être un peu agacé. Comme à son habitude, elle fléchit les yeux en direction du sol, en arborant ce sentiment d'impassibilité familier dont elle en avait le secret.

"Oui je suis seule, le Colonel a beaucoup de travail ce soir..."

Clothilde Laysawer avait eu l'occasion de saisir au vol quelques ragots à propos du Colonel comme quoi il serait un paresseux invétéré. Et même qu'il s'assurait de pouvoir déléguer ses tâches ingrates à ses subordonnés dès qu'il le pouvait. Malheureusement pour lui, la juste sous-lieutenant Hawkeye que l'on ne pouvait duper, surveillait de près l'avancée de son labeur. D'où l'absence tardive de son supérieur à sa manche.

Riza rehaussa ses pupilles noisette, son visage traduisant l'interrogation.

"Vous rentrez chez vous, vous aussi ?"

"Oui, c'est cela. Je n'ai pas particulièrement eu de visites médicales aujourd'hui, mais j'ai eu beaucoup de dossiers à traiter. Du coup, ça a pris un certain temps." Répondit-elle courtoisement en surélevant brièvement les épaules. Son expression tressaillit subitement lorsqu'elle se souvint d'une course. Elle tendit l'une de ses mains du côté de sa besace, agrippa une enveloppe manuscrite qu'elle adressa ensuite à la jeune femme blonde. Puis, elle boucla la ceinture de basane de sa sacoche.

"Ce sont juste les résultats de votre dernière analyse sanguine. En excellente forme, comme d'habitude. On ne peut mieux,
poursuivit-elle dans un sourire gracieux. En temps normal, je les envoie par courrier, mais étant donné les circonstances..."

Dans son champ de vision, Clothilde aperçut les illuminations des soupirails s'éteindre au fur et à mesure que la nuit s’obscurcissait. Bientôt, les enfants d'Amestris succomberont entre les bras de Morphée. Une forte bourrasque de vent sillonna entre les jambes de l'alchimiste et souleva son noir jupon qu'elle s'empressa de rabattre contre ses cuisses. Embarrassée, elle rappela une mèche de cheveux dans le dos de son oreille, en apostrophant sa honte d'un clignement d'yeux entendu. Vêtue d'un élégant uniforme épousant ses formes, Riza Hawkeye n'avait pas eu à se soucier de sa pudeur. Hitsu Brown, quant à lui, avait tout simplement jappé dans le vide, intrigué par le sifflement du mistral.

Le médecin toussa discrètement de la gorge, camouflant ses lèvres d'un mouchoir en tissu avant d'interpeller de nouveau sa confidente.

"Vous aviez prévu quelque chose de particulier ce soir ? Permettez-moi de vous inviter chez moi pour dîner. J'ai prévu du canard à l'orange. Vous aimez ?" Questionna-t-elle en repliant le court morceau de linge.

En peu de temps, Clothilde avait accumulé de nombreux et intéressants renseignements depuis sa rencontre avec l'homonculus Greed. Du coup, elle avait l'impression de supporter un poids lourd d'informations qui ne lui était pas directement destiné. Que pouvait-elle bien faire de toutes ces réponses ? Si elle se confiait à la mauvaise personne, le bruit circulerait de bouche à oreilles et elle n'aurait alors plus le moins ascendant. Ce qui susciterait des manifestations et une certaine panique.

"Vous souhaitez que l'on patiente jusqu'au retour de votre supérieur ? Il peut nous accompagner, ce ne sont pas les couverts qui manquent à mon domicile, suggéra l'alchimiste en agitant brièvement la main. Par contre, j'habite un peu loin, vous avez une voiture ?"

Clothilde ne comptait pas avouer tout son savoir, mais si ces hauts-gradés s'intéressaient au sujet et si leurs intentions étaient loyales , elle pourrait éventuellement l'aborder. A la suite d'un bon gueuleton, évidemment.


Dernière édition par Clothilde Laysawer le Lun 25 Nov - 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Clothilde Laysawer
Alchimiste Médecin Général des Armées

avatar


MessageSujet: Re: Hey, mais on se connait ! [PV Riza Hawkeye / Roy Mustang]   Lun 25 Nov - 16:02

Le lieutenant Hawkeye, quelque peu déconcertée, indiqua à l'alchimiste la position de son véhicule, avant de l'interroger.

« Oui elle est garée là-bas, à la sortie du QG, répondit-elle à la demande de Laysawer, vous rentrez tous les jours à pied ? »

« C'est exact. Mais ne vous en inquiétez pas, mes horaires ne sont pas matinaux, ce qui me permet de prendre un peu de temps pour arriver jusqu'ici. » Conclut la jeune femme en enfouissant ses poings dans le creux de ses poches cousues.

A l'entrée du QG, d'autres militaires tardifs chaussaient leurs carrures d'épais cabans avant de dévaler paisiblement les escaliers d'albâtre, soulagés de rejoindre la chaleur des bras de leurs femmes et enfants. La plupart choisissaient de rentrer à la marche, et le reste chevauchaient le siège de leur voiture. Vu de loin, il était possible d'apercevoir par les vitraux des dortoirs la silhouette soigneusement entretenue des soldats qui, sans pudeur, se dévêtaient de leur oppressant uniforme. Sans vergogne, l'alchimiste scruta un court instant les ombres masculines mouvantes, puis, après s'être ressassée les bonnes manières, revint rapidement à la raison. Clothilde s'orienta vers son interlocutrice, qui curieusement, furetait fixement l'horizon du regard. En effet, un homme brun avait quitté l'édifice de l'armée et Riza Hawkeye semblait le délimiter dans son champs de vision, suivant son profil des yeux. A son tour, l'alchimiste dévisagea l'individu qui prit l'initiative d’entrebâiller la portière de son transport, mais s'immobilisa aussitôt en constatant qu'il était surveillé. Incertain d'être concerné, il se tâta à rejoindre les demoiselles, qui insistèrent d'une œillade. Enfin, il s'avança vers elles, un sourire insolent mûrissant sur ses lèvres. Au bout de quelques pas affirmés, il apostropha l'alchimiste qu'il considéra un bièvre instant.

« Bonsoir… J’ai senti le regard perçant de ma subalterne… Il y aurait-il un quelconque problème ? »

Effectivement, Clothilde Laysawer saisit enfin qu'il s'agissait du Colonel Roy Mustang. D'apparence bel homme, il se coiffait d'une frange désordonnée aux épis bruns solennels, d'un ébène même profondément obscur sur l'ensemble de sa chevelure. Il héritait d'yeux sombres en amande foncièrement intimidants, d'un nez droit et d'une mâchoire carré agréablement cernée. Et comme pour la majorité des militaires hauts-gradés, il revêtait l'uniforme officiel bleu marine en coton et nylon. Mais contrairement au reste des soldats, des galons d'un rang supérieur ornaient le liseré de ses épaules.
Riza Hawkeye le tranquillisa sur les intentions des jeunes femmes, puis fit les présentations, Clothilde Laysawer – Roy Mustang, Roy-Mustang – Clothilde Laysawer,,, Le médecin obliqua le visage d'une timide révérence tandis que le colonel l'accueillit d'un air ravi. Le lieutenant l'informa de l'invitation de Laysawer au sujet d'un petit dîner chez l'habitant dont il pourrait prendre part s'il le souhaite. Surpris de l'offre, Roy Mustang médita sur la question, avant d'acquiescer.

« Un dîner ? Hé bien…Si ma présence ne vous incombe pas, pourquoi pas ? »

L'alchimiste hocha furtivement la tête, synonyme que sa présence ne dérangerait pas. Puis, alors que les trois jeunes gens comptaient suivre la direction de la pharmacie du médecin, le colonel épousseta les bourses de son manteau avec agitation, semblant avoir égarer quelque chose. D'abord contrarié, il sécurisa Clothilde en lui adressant un morceau de feuille sur lequel inscrire,

« En fait… Je dois retourner chez moi vérifier quelque chose. Melle Laysawer, ça vous embêterait de me laisser votre adresse sur ce papier ? Je vous rejoindrai juste après. »

« Non, je vous en prie, fit-elle en griffonnant sa domiciliation à l'aide d'un crayon à papier tiré de sa poche intérieure, j'ai encore quelques cuissons à peaufiner. »

Elle lui restitua le papier manuscrit, s'inclina en signe d'adieu puis se tourna vers le lieutenant Riza une fois que le colonel regagna sa Ford. Clothilde Laysawer désigna d'un mouvement de tête la voiture d'Hawkeye afin de lui signifier qu'elle était à présent disponible pour la guider jusqu'à son foyer. Chacune d'elle prit place sur l'une des banquettes capitonnées du véhicule, Riza admise au volant. Sous les directives de Laysawer, elle put emprunter quelques utiles raccourcis qui leur firent gagner du temps. L'alchimiste obliqua du menton à l'intention du lieutenant, l'air entendu. « Il est vrai qu'il est plutôt beau garçon, ce colonel.» Confessa-t-elle dans un lent clignement d'yeux, le regard lascif. Riza devait probablement avoir l'habitude que la gente féminine lui fasse remarquer le charisme de son supérieur. C'est pourquoi le médecin se contenta de ne pas insister dessus. D'ailleurs, la caractéristique qui l'intriguait le plus chez cette jeune femme blonde, c'était cette impartialité permanente qu'elle parvenait à entretenir en toutes circonstances. Peut-être était-ce par pudeur, par obligation, voir par dédain si l'on soupçonnait le lieutenant d'avoir un mauvais fond. Mais Clothilde penchait davantage pour la seconde option. Le métier l'avait probablement forcé à se forger une carapace.

Bientôt, les deux jeunes femmes stationnèrent devant un ample portail de fer qui séparait la route de la résidence de l'alchimiste. Son appartement plus haut que large se partageait en deux étages, dont le dernier s'équipait d'un vaste balcon en pierre. Au rez-de-chaussée se trouvait sa modeste pharmacie professionnellement maîtrisé par un employé apothicaire. C'est ainsi que l'alchimiste pouvait ainsi se permettre de brader des médicaments en journée pour les habitants nécessiteux. Pour terminer, elle offrait une profession dans la maintenance de la boutique. Grâce à son statut, Clothilde ne manquait de rien, mais ce qui la poussait à autant fournir les plus humbles, c'était tout simplement grâce au quotidien de sa carrière. L'humanitaire, c'était son travail.

L'alchimiste quitta le siège passager puis clôtura la portière avant de rejoindre le seuil de sa porte. D'abord agréablement étonnée, une bouteille de cidre artisanale trônait sur la marche d'accès lui indiquant que son petit ami était récemment passé pour lui soumettre généreusement une boisson maison de la part de sa famille fermière, dont les parents cultivent quelques pommiers. Clothilde fit signe à Riza en agitant doucement le litre de jus pétillant de loin, la mine réjouie. En vue de la qualité du produit, il serait discourtois de ne pas l'honorer ce soir à sa table. Une bonne chose étant donné qu'elle avait des convives. Le médecin invita le lieutenant à pénétrer dans le hall de l'officine ou présidait un comptoir, un dépôt et de nombreuses étagères chargées de remèdes contre les maux. Sans oublier de détacher leurs chiots, les demoiselles grimpèrent un escalier en bois de noyer, qui accédait au premier étage. Il s'agissait d'un long couloir plutôt étriqué, dont un mur disposait de trois portes de chambres individuelles. « J'ai fait construire cette partie de pallier afin d'accueillir parfois des blessés ou des personnes qui souffrent de malaise en pleine rue. J'ai ici tout le matériel et les connaissances requises pour les soigner, ça leur évite l'attente et le trajet de l’hôpital le plus proche. » En dernier lieu, la suite du perron se stabilisa au second étage, c'est-à-dire le logis de l'alchimiste qui s'ouvrait sur un salon moyen. La faute à l'immeuble, l'espace restait plutôt confiné, mais l’atmosphère était extrêmement coquet et convivial. Il était facile de deviner que la matière première que privilégiait Laysawer était le bois. Afin de brièvement décrire l'endroit, le studio de Clothilde comportait un salon cosy, une cuisine ouverte, une salle de bain dotée d'une baignoire à rideau, des toilettes privés, une sobre chambre d'amis ainsi que la sienne, un tantinet plus spacieuse et élégante.

Clothilde proposa à Hawkeye de se décharger de sa veste, qu'elle cambra sur un porte-manteau. Puis à son tour, elle échangea sa redingote contre un tablier de lin avant de s'installer derrière ses fourneaux. Une fois les mains lavées et propres, elle évacua un récipient contenant le canard laqué mariné depuis le matin, qu'elle arrosa de la laque avant de l'introduire dans le four préchauffé. Le plat demandait encore une heure de cuisson, un temps suffisant pour continuer de discuter avec son amie, installée sur le sofa. Laissant bouillir une casserole d'eau pour y mijoter des œufs de caille mollet, l'alchimiste attaqua l'épluchage de la peau des pommes de terre pour une mousseline maison tout s'adressant à la jolie blonde.

« Mes appartements vous plaisent ? Faites donc comme chez vous, tranquillisa-t-elle d'une voix apaisante. Nous avons beaucoup discuter d'un peu de tout et de rien entre nous à la cafétéria, mais je pense connaître assez peu de votre vécu. Vous avez toujours souhaité entrer dans l'armée ? J'ai pu vous apercevoir du coin de l’œil au stand de tir, vous êtes d'une rare et indéniable précision !.. »

Le médecin entrouvrit l'autoclave pour saucer à nouveau la viande.

« Et il est souvent évoqué dans le QG votre rapprochement avec le colonel Mustang. Vous vous connaissez depuis longtemps ?.. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hey, mais on se connait ! [PV Riza Hawkeye / Roy Mustang]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hey, mais on se connait ! [PV Riza Hawkeye / Roy Mustang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hey, mais on se connait ! [PV Riza Hawkeye / Roy Mustang]
» [Fanfiction] FMAB - Les démons d'Amestris!
» DASHWOOD, Melody ▬ ce n'est peut-être pas la même musique mais l'on connait tous la chanson
» Hum excuse mais on se connait..? - Abywan
» Un braquage qui aurait pu très mal tourner... [Jean Havoc & Riza Hawkeye]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal Alchemist RPG :: Central :: Bâtiment de l'Armée :: Cour du QG-