Les rencontres imprévues sont souvent les meilleures. [Roy Mustang]



 
Le forum va bientôt subir de grands changements ! Restez connectés ! /sbaff/

Partagez | 
 

 Les rencontres imprévues sont souvent les meilleures. [Roy Mustang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Les rencontres imprévues sont souvent les meilleures. [Roy Mustang]   Sam 9 Nov - 23:57

Comment faire quand vous décidez de partir précipitamment en voyage quand vous devez vous occuper d’une adolescente et d’une boutique ? Vous faites en sorte que tout se déroule le mieux possible en sachant que ça ne sera jamais parfait. L’adolescente peut être confiée à sa grand-mère, là n’était pas le problème... La boutique ne tournerait pas sans la propriétaire. Elle allait devoir la fermer, tant pis. Les clients pouvaient bien attendre quelques jours avant d’acheter des livres, non ? Et bien de toute façon, ils n’auront pas le choix ! Emily avait d’autre chat à fouetter ! Son départ était imminent et il fallait qu’elle  se prépare.

Après une rapide visite chez la grand-mère qui accepta tout de suite de prendre en charge sa petite fille, elle organisa sa petite escapade à Central. Un petit mot d’explication dû au pourquoi « la boutique fermait » collé sur la porte et une valise remplit du strict nécessaire et elle pouvait partir. Ce qui lui arrivait été son souhait le plus cher mais elle avait peur. Elle allait enfin LE revoir après tout ce temps... Et si son cœur était déjà pris ? Elle aurait perdu sept ans de sa vie à attendre l’amour d’un homme pour le voir aimer une autre ?

Enfin, elle accepterait la situation. Après tout c’était de sa faute si tout ce temps s’était écoulé. Si son mariage avec Julius n’avait pas eu lieu, elle aurait peut-être pu avouer ses sentiments à ce jeune homme. Oh non, Emily n’était pas assez courage pour cela.  Elle aurait eu trop peur de sa réaction ! Enfin non, elle aurait surtout craint son refus. Aujourd’hui tout était différent : son mari n’était plus un obstacle et la jeune femme se sentait prête à lui déclarer sa flamme. Il ne manquait plus que des sentiments réciproques et le tableau serait parfait. Et ça n’était pas gagné !

Nick Falcon, le général de brigade de l’Ouest, était vraiment un bon gars. C’était grâce à lui qu’elle avait su où chercher l’élu de son cœur. Sans lui, elle serait assurément retournée dans l’Est, au risque de se faire remarquer par sa famille. Il était clair que ce n’était pas la solution idéale mais peu importe. Aujourd’hui elle avait la chance de le retrouver sans risquer d’être découverte par un membre de sa famille. C’est sûr que de passer pour morte n’était jamais simple. Il fallait savoir être discrète... Et habituellement Emily savait l’être sauf quand elle cherchait désespérément à retrouver quelqu’un.

Une fois installée dans le train, elle se mit à rêver de ses retrouvailles... Mais la fatigue vint troubler son esprit. Le sommeil s’empara d’elle et le rêve qui suivit n’était pas très réjouissant. Son imaginaire devait en avoir assez qu’elle pense à LUI. Il le fit mourir à la guerre civile... Le cauchemar continuait avec l’enterrement et les larmes d’une jeune femme. Il s’agissait surement de sa bien aimée. Quel dommage pour elle de devoir dire adieu à un homme si gentil. Le rêve s’arrêta sur une photographie de l’homme qu’elle aimait. Une voix pré-enregistrée annoncait le prochaine arrêt : Central.

Les larmes coulaient sur ses joues sans qu’elle ne daigne les essuyer. Ce n’était peut-être qu’un rêve mais cela l’attristait réellement. Et si les informations du général Falcon était erronées ? Et si Jean Havoc avait été tué lors d’une guerre ? C’est vrai que c’était le risque en étant militaire...  Mais elle l’aurait obligatoirement remarqué dans la liste du journal qui recensait les personnes décédées au combat. Non vraiment, elle ne pouvait pas perdre espoir si près du but ! Ce serait dommage de laisser tomber alors qu’elle arrivait enfin à la Capitale. De ce qu’elle avait appris, cette ville était bien plus impressionnante que West City...

Avant de sortir du wagon, elle essuya son visage pour ne garder aucune trace de sa tristesse passagère à par ses yeux rougis.  Le bleu du ciel lui rendit rapidement le sourire. Il n’allait pas pleuvoir aujourd’hui ! Sa recherche allait être simplifiée et elle comptait bien en profiter. Pour une fois que Dieu n’était pas contre elle. En observant les habitants de cette ville qu’elle ne connaissait pas, son regard s’arrêta rapidement sur un homme vêtu de l’uniforme bleu saphir des militaires. La chance lui souriait de nouveau. Elle s’en souviendrait lors de sa prochaine visite à l’église. Il valait mieux remercier Dieu lorsqu’il vous aidait dans votre vie...

En s’approchant discrètement du militaire en question, elle tenta de savoir ce qu’il venait faire ici. Oh bien sûr, cela ne la regardait pas mais elle était juste curieuse de nature. Une fois tout proche de lui, elle hésita. Il était peut-être occupé ? Dans ce cas, il la repousserait peut-être ? "Eh bien courage Emily ! Qui ne tente rien n’a rien !" Pensa-t-elle.

« Excusez-moi de vous déranger monsieur... Je cherche un militaire et je me suis dit que vous le connaissiez peut-être. »

Elle accompagna ses dires en lui présentant une vieille photographie de Jean. Il était plus jeune mais surement reconnaissable.

« Vous rappelle-t-il quelqu’un ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Les rencontres imprévues sont souvent les meilleures. [Roy Mustang]   Mer 1 Jan - 10:51

Comme d'habitude, Roy Mustang était de sortie en ville pour récolter les commérages. Aspect certes criticable d'un premier abord mais qui mérite une seconde inspection : le jeune homme savait combien l'information était une arme redoutable, et il y en avait à foison à Central. En passant par les rendez-vous galants ou même de rapides discussions avec les habitants, il était fort aisé de récolter des informations sur tout, c'est-à-dire même concernant le domaine des militaires. O douce tromperie que de croire que rester coincé entre les quatres murs gris du QG apprendrait bien plus sur les soldats de Central qu'une promenade en ville. En effet, quoi de mieux pour connaitre les habitudes et les rumeurs qui courent au sujet de certains rivaux ou certains haut-gradés importants : une rumeur ne naissait jamais par hasard après tout. Mais ça ne signifiait pas pour autant qu'elles étaient toutes vraies.

Bien sur, il était loin d'être le genre d'homme à gober tout et n'importe quoi, fort heureusement. Il faisait toujours vérifier ses informations en demandant des recherches ( demandez à Riza Hawkeye et vous saurez ) et demandait même de temps en temps l'avis de Breda ou de Falman. Ou même accessoirement les autres membres de son équipe bien sûr car loin de lui l'idée de dénigrer le reste ; il fallait juste bien reconnaitre que ces deux-là étaient plus doués pour la réflexion et ses consultations dans ce domaine se dirigeaient naturellement vers eux. Même s'il n'en avait pas l'air, il était efficace, concis et méthodique sur tout : chacun son truc comme on dit et il n'aimait pas perdre de temps. Une habitude qui lui était restée de la guerre mais qui le lui  rendait bien.    

Tout en marchant sur les quais de la gare, il leva ses pupilles sombres au ciel à travers le toit de verre. Il venait de raccompagner une jolie bohème qui s'était perdue ; elle était vive, intelligente et drôle et il regrettait un peu de ne pas avoir pu discuter plus longuement avec elle. Oh ils avaient déjà discuté longuement dans sa voiture mais sur des sujets trop sérieux comme celui des traces d'une alchimie ancienne dont elle avait été témoin des dernières utilisations. Hélas, elle n'était pas alchimiste elle-même donc les informations, bien que très utile, restaient maigres. Il aurait aimé lui parler aussi des fleurs et des oiseaux mais son train n'aurait pas eu la patience d'attendre et elle non plus d'ailleurs.

Se décidant -pour ne pas dire se résignant- à retourner au bureau, il s'apprêta à tourner les talons quand une voix féminine l'interpella :

« Excusez-moi de vous déranger monsieur... Je cherche un militaire et je me suis dit que vous le connaissiez peut-être...»

Une jeune femme aux cheveux blonds presque blancs et aux grands yeux mauves lui montrait une vieille photo, un peu intimidée. Elle était plutôt mignonne et Roy crut d'abord avoir affaire à une jeune adolescente, tant que les traits de son visage était purs et fins. Il jeta un œil à la photo et crut un bref instant voir le flash en tête le visage d'un subordonné qu'il connaissait bien...

« Vous rappelle-t-il quelqu’un ? »

« Pourquoi ? Qu'est-ce que vous lui voulez ? » demandait-il.


Il n'y avait certes pas une once de méchanceté mais on pouvait déceler l'autorité et la formalité qu'on retrouve chez la plupart des hauts-gradés. Roy était toujours prudent quand il divulguait des informations, surtout lorsqu'elles le concernaient directement ou indirectement. Aussi, sa nature curieuse était de mise : Havoc semblait connaitre également un paquet de filles mais bizarrement ça ne durait jamais très longtemps.

Peut-être que celle-ci lui était finalement revenue ?

... Ouais en fait laissez tomber cette excuse de recherche d'infos, il aime aussi les potins.

Voyant que la jeune femme mettait du temps à répondre, il devina qu'il l'avait quelque peu brusqué avec sa formalité. Était-ce une façon de traiter une jeune lady de verre ? Il s'excusa poliment de sa rudesse précédente et lui fit finalement cadeau d'un grand sourire.


« Je suppose que vous vous connaissez depuis longtemps ? Si j'en juge d'après cette photo... Il devrait au moins avoir 15 ans. »

Le bougre d'Havoc n'avait pas changé. Un air nonchalant et une clope au bec caractérisaient le visage du jeune garçon blond sur la photo, chose qui était encore le cas aujourd'hui. Roy leva les yeux sur elle : il espérait ne pas paraître trop indiscret et au moins l'engager sur la pente de la conversation.

« Si vous le souhaitez je peux vous conduire à la caserne, j'y retourne. Ma voiture n'est pas très loin. Vous pourrez demander ce Jean Havoc à l'accueil du QG. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Les rencontres imprévues sont souvent les meilleures. [Roy Mustang]   Mer 29 Jan - 19:23

La jeune femme observait attentivement le militaire. Des cheveux noirs comme le jais, des yeux tout aussi sombres. Il était vraiment très mystérieux... et séduisant. Il y avait vraiment quelque chose d’intriguant dans son regard. Mais Emily était trop timide pour le regarder aussi intensément. Elle baissa les yeux et soupira en regardant la photographie. Jean lui manquait tellement... Même si elle le retrouvait, elle n’avait aucune certitude qu’il se souvienne d’elle. Et dans le cas contraire, il se fichait surement de savoir ce qu’elle était venue faire ici. Le risque était trop important. L’indifférence lui brisait le cœur, elle le savait.

Le militaire lui demandait ce qu’elle voulait au blond sans être agressif mais son ton ne plaisait pas du tout à la jeune femme. Elle relevait les yeux pour fixer ses onyx en ne sachant quoi répondre. A vrai dire, elle s’attendait à tout mais surtout pas à ça. C’était légitime qu’il lui demande des explications avant de dévoiler ses informations mais elle ne pensait pas qu’il serait aussi direct. Elle n’avait plus l’habitude de ce genre de réaction depuis qu’elle avait quitté l’est. Sa famille avait « le droit » de lui parler ainsi mais pas les inconnus, pas même un militaire.

Puis, il remarqua surement le malaise d’Emily car il se radoucit doucement en commençant une discussion. Sa réaction première aurait été « je soupire et je m’en vais » mais vu qu’il semblait connaitre Jean elle se devait de discuter avec lui. De plus, le sourire du jeune homme était plus intriguant encore que son regard. La libraire ne serait pas surprise d’apprendre que ce militaire avait toutes les femmes qu’il désirait. Si son cœur n’était pas totalement investi par son ami d’enfance, elle aurait pu tomber amoureuse de lui très rapidement. Un simple regard insistant et elle succomberait  à son charme dans de toute autre circonstance.

Elle reprit ses esprits en détournant le regard, préférant observer les passants. Le train par lequel elle venait d’arriver aller bientôt repartir. Peut-être qu’il serait plus sage de le reprendre... Mais ce serait du gâchis ! Tout ce chemin pour rien au final, ce n’était pas acceptable. Elle avait tant sacrifié tout au long de ces années qu’elle devait le voir, c’était impossible autrement. Emily allait se montrer sympathique avec lui et elle lui sera reconnaissance des informations qu’il pourra lui fournir sur l’homme qu’elle aimait. Elle sourit à la question du militaire et s’imaginait quelle réponse il attendait. La vérité surement... Mais était-elle prête à lui raconter ?

« Effectivement, je connais Jean depuis que j’ai 17 ans et aujourd’hui j’en ai 24. Je crois que cette photographie a été prise le premier jour où je l’ai vu... Enfin c’était il y a longtemps ! Depuis quatre ans je n’ai pas eu le plaisir de le voir alors votre aide me sera très utile. »

Puis elle ferma les yeux et laissa échapper un petit soupire. Il avait surement changé depuis le temps... L’armée l’avait peut-être endurci. Emily espérait surtout qu’il ne soit pas devenu l’un de ces hommes sûr de lui qui n’hésite pas à marcher sur les autres pour prendre rapidement du galon. Elle le pensait impossible de changer à ce point mais malheureusement c’était le risque. La blonde rouvrit les yeux et remarqua que le militaire ténébreux était toujours là. Oups. Elle l’avait presque oublié... Et pourtant ce qu’il proposait été très intéressant. Aller directement à la caserne n’était pas une mauvaise idée mais c’était peut-être un peu trop direct ?  

« Hm... Oui je veux bien mais j’aurais aimé parler avec son supérieur avant. On m’a dit que c’était un certain Roy Mustang. Il doit mieux le connaître que moi à présent... »

La jeune demoiselle affichait un sourire triste. Perdre les gens de vu nous éloignait toujours un peu plus d’eux. Quel dommage d’être obligé de se faire passer pour morte pour être libre... Personne n’avait tenté de la retrouver, pas même Elliott, son frère adoré. Cela lui arrivait souvent de prier Dieu pour que son aîné trouve le bonheur. Elle savait que sa famille n’accepterait jamais son orientation sexuelle et cela brisé un peu plus le cœur de la jeune librairie. Elle avait dû l’abandonner en sachant très bien qu’elle était la seule à le comprendre. Peut-être que Jean avait des nouvelles de lui ?

« Enfin je vous remercie de m’aider. J’ai d’abord cru au premier abord que je vous dérangeais. Vous étiez surement occupé et je m’excuse de m’être imposé à vous ainsi. »

Elle hésitait à se présenter puis jugea bon de le faire. S’ils devaient discuter ensemble, autant qu’ils sachent à qui ils avaient à faire. Elle rangea soigneusement la photographie entre deux pages de son livre avant de lui sourire timidement.

«  Je m’appelle Emily Richards et je suis libraire à West City. J’espère avoir répondu au mieux à votre curiosité ! Au moins vous n’aurez pas besoin de faire des recherches sur moi. »

C’était dit sur le ton de la plaisanterie mais de toute façon, c'était mieux qu’il ne se renseigne jamais sur elle... Il pourrait apprendre les événements fâcheux de son passé et elle ne souhaitait vraiment pas avoir besoin de fuir de nouveau.


Dernière édition par Emily Richards le Lun 12 Mai - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Les rencontres imprévues sont souvent les meilleures. [Roy Mustang]   Lun 10 Fév - 15:33

« Effectivement, je connais Jean depuis que j’ai 17 ans et aujourd’hui j’en ai 24. Je crois que cette photographie a été prise le premier jour où je l’ai vu... Enfin c’était il y a longtemps ! Depuis quatre ans je n’ai pas eu le plaisir de le voir alors votre aide me sera très utile. »

Quatre ans c'était court et long à la fois : tout dépendait de la manière dont on les passait. En l’occurrence, la jeune blonde parlait d'un ton rêveur et mélancolique, comme s'il s'agissait d'un temps depuis révolu. Le colonel comprenait très bien qu'il était possible de trouver le temps  long lorsque vous vous retrouviez privé d'une personne que vous aviez l'habitude de côtoyer et d'apprécier. Roy lui proposa alors de l'accompagner au QG. Il n'était pas pressé d'y retourner mais bon, il n'avait plus vraiment le choix maintenant.

« Hm... Oui je veux bien mais j’aurais aimé parler avec son supérieur avant. On m’a dit que c’était un certain Roy Mustang. Il doit mieux le connaître que moi à présent... »

Il hocha doucement la tête à l'évocation de son nom et se contenta de répondre :

" Vous êtes plutôt bien renseignée."


Rien de plus. Il lui adressa un sourire mystérieux tout en la regardant d'un air tranquille, alors que ses pupilles perçantes détaillait attentivement son joli visage. Un peu maladroitement, elle se présenta comme étant une modeste libraire répondant au doux nom d'Emily Richards. Le brun décida alors de faire tomber le masque :

" Enchanté et ravi de faire votre connaissance, Melle Richards. C'est votre jour de chance : il se trouve que je suis le colonel Roy Mustang... Permettez ? "


La mine surprise qu'elle esquissa le fit sourire : il s'attendait cette réaction mais fit comme s'il n'avait rien vu et lui désigna d'une main sa voiture noire garée non loin à l'entrée. D'un pas rapide, ils arrivèrent à son niveau : il lui ouvrit la porte afin qu'elle puisse s'installer à côté de la place du conducteur, afin de faciliter alors d'éventuels conversations qui pourraient venir. Ça allait être le cas de toute façon, Roy aimait bien faire la conversation... Surtout quand il s'agissait de jolies jeunes femmes. Un bon moyen aussi de tester si elles étaient aussi belles qu'intelligentes.

Bien sûr à cette heure où le soleil commençait à pointer le bout de son nez, les embouteillages étaient récurrents. Néanmoins il estimait qu'entre cinq à dix minutes ils seraient au QG. La jeune femme était silencieuse, fixant la paroi de verre.

" Vous vouliez me parler ? " dit-il, d'une voix calme.

Elle sursauta, tiré de sa rêverie, le regard qui s'était en allé loin au-delà de la fenêtre de verre.

" Vous disiez tout à l'heure vouloir parler au supérieur de Jean Havoc. Eh bien je vous écoute. Profitez-en..."


Il réprima un bâillement et s'étira en s'adossant à son siège, sans lâcher le volant. Ils étaient pris dans un embouteillage de toute manière...

" ... Avant que je ne retourne au bureau. "


Oui parce qu'il n'allait pas en sortir avant plusieurs heures. Certes, cela n'arriverait pas s'il était un peu plus organisé et mois paresseux. Néanmoins il assumait cette façon de gérer son travail, étant donné qu'elle ne lui était pas préjudiciable dans le sens où certains témoins le pensaient ou même l'espéraient ( oui car les rivaux et les mauvaises langues n'étaient jamais loin ), mais dans le sens où il arrivait tout de même à s'en sortir sans trop de bavures. Même dans les situations les plus stressantes et alarmantes, il était maintenant calme, s'y étant vite habitué et s'en sortait plutôt bien. Sorcellerie, tricherie ou pure génie ? Il laissait planer le doute et savourait les ragots.

Tout en attendant la réponse d'Emily, il se demandait ce que faisait Havoc en ce moment. Il avait dernièrement encore pathétiquement déprimé à cause d'un nouvel échec amoureux, ce qui avait amené Roy à l'envoyer pour quelques missions dangereuses. En effet, le colonel avait ses méthodes bien à lui pour remonter ses subordonnés : en rajouter une couche, tout en leur montrant qu'il y a toujours pire ailleurs. Normalement, le bougre devrait être encore en mission à l'heure qu'il est...


Dernière édition par Roy Mustang le Ven 16 Mai - 9:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Les rencontres imprévues sont souvent les meilleures. [Roy Mustang]   Lun 12 Mai - 23:57

Alors c’était lui ? Le colonel Roy Mustang ressemblait à ça ?! Eh bien... Il était... Séduisant comme elle l’avait déjà dit. Surprenant comme le destin fait bien les choses. La surprise devait se lire sur son visage mais elle n’essayait même pas de la cacher. Rencontrer la personne que l’on cherche aussi facilement c’était impressionnant... Mais effrayant aussi. Qui pourrait croire que le colonel allait être à la gare exactement au moment où son train arriverait ? C’était plus que de la chance. On peut penser ce qu’on veut de son passé mais Emily est très chanceuse tout de même.

Elle s’était trompée sur cet homme. Il était gentil et vraiment serviable. Prendre une inconnue dans sa voiture n’était pas une décision facile et pourtant il l’avait proposé sans se poser de question. Evidemment, il pourrait se défendre si jamais elle essayait de l’agresser... Mais quand même, c’était agréable de voir que tout le monde n’était pas aussi méfiant et inquiet qu’elle. C’était un homme bon, enfin elle le supposait. Il avait l’air d’être un supérieur droit et honnête. Elle espérait surtout qu’il ne martyrisait pas trop Jean. Mais ça il ne lui dirait jamais. Son travail ne la regardait pas et elle ne demanderait rien à ce sujet.

Une fois à sa voiture, noire comme c’est bizarre... mystérieux jusqu’au bout, il lui ouvrit la portière dans un élan de galanterie. Elle sourit et le remercia timidement en s’installant. Il fallait qu’elle profite de ce moment pour lui parler mais elle ne savait plus où elle en était. Ses questions s’étaient comme évaporées à son contact. Son charisme et la confiance qu’il arrivait à mettre en place avec les femmes avaient effacé le temps d’un instant son esprit. Elle réfléchissait à quoi dire en observant les alentours. Mais il la surpassa en prenant la parole le premier. Sans surprise, Emily sursauta et reporta son attention sur lui.

« Euh oui pardon... J’essayais justement de me rappeler les questions que je souhaitais vous poser. »

En se mordant la lèvre elle cherchait toujours mais malheureusement sa mémoire refusait d’obtempérer... Tant pis, autant poser d’autres questions.

« Vous n’êtes pas un peu jeune pour être colonel ? »

Ca n’avait aucun rapport avec Jean mais il fallait bien qu’elle gagne du temps comme elle le pouvait ! Et puis au moins elle pouvait en apprendre plus sur lui. Il semblait être quelqu’un d’intelligent et c’était toujours bien de s’assurer de telle chose avant de se lancer dans une discussion plus sérieuse. Il ne devait pas être beaucoup plus âgé que Jean... Peut-être quelques années de plus et encore elle n’en avait aucune certitude. Tout ce qu’elle savait c’est qu’il n’était pas marié. Il ne portait aucune alliance... Eh oui ! Emily avait eu le temps de regarder furtivement ses mains. Ce genre de détail l’intéressait toujours.

« La voiture noire... C’est pour entretenir le mystère autour de votre personne ? »

Encore une question sans réelle importance juste pour meubler la conversation... Bravo mademoiselle la libraire. Pour quoi elle allait passer ? Son intelligence n’était vraiment pas visible ici et elle ne souhaitait absolument pas être prise pour une idiote. Il fallait qu’elle lui dise la vérité. En baissant le regard sur son livre posé sur ses genoux, elle reprit la parole timidement :

« En fait je vais être honnête, j’ai un peu oublié mes questions... Je voulais juste savoir comment Jean allait et voir ce que vous pouviez me dire à son sujet... Ce n’est peut-être pas si évident que ça mais... Je suis amoureuse de lui depuis... Longtemps et je me suis dit que c’était peut-être le bon moment de lui dire. Bien sûr, s’il n’est pas seul je ne lui imposerai pas mes sentiments... Je ne veux surtout pas briser sa vie. »

Son regard se perdait de nouveau dans le vague, à l’extérieur de la voiture. Le problème avec elle c’est qu’elle oublie sa propre vie... Elle avait bien mis son existence en suspens pendant toutes ces années pour ne pas faire de mal aux siens. La croire morte était surement plus facile pour eux que de penser qu’elle avait fuit la vie qu’ils lui avaient imposée. Seul Elliott devait souffrir de son absence. D’un geste rapide, elle essuya une larme sur sa joue. Penser à son frère la rendait toujours mélancolique... Elle n’arrivait pas encore à se persuader que c’était mieux ainsi.

Elle sourit timidement au jeune homme à côté d’elle comme pour le rassurer. Oui elle allait bien... "Pour vivre heureux, vivons cachés..". Ce n’est pas vrai, c’est même le contraire quand on est aussi sensible qu’Emily. C’est en se cachant que sa peine s’était exprimée et elle gagnait du terrain de jour en jour. Si la maladie ne la tuait pas ce serait peut-être la vie elle-même. Elle se rattachait à un souvenir vieux de sept ans mais si ce rêve se brisait, que deviendrait-elle ? C’était pitoyable... Mais touchant aussi. Elle n’avait jamais pu l’oublier et c’était à la fois sa force et sa faiblesse.

Et dire qu’elle venait d’annoncer son amour à un inconnu ! Si seulement ça pouvait être aussi simple de le dire à la personne concernée... Malheureusement, la vie n’est jamais aussi facile qu’on le désire c’est bien connu. Mais elle n’avait pas à se plaindre ! En dehors de l’amour, elle avait presque tout : un travail, un appartement, des gentilles connaissances et quelques amitiés sincères. Il y avait plus mal loti dans ce bas monde et c’est pourquoi elle ne se plaignait que rarement. Les pauvres Ishbals étaient réellement à plaindre eux... Il ne restait plus qu’à prier pour le bonheur de tous !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Les rencontres imprévues sont souvent les meilleures. [Roy Mustang]   Ven 16 Mai - 11:54


A vrai dire, le colonel ne s'attendait pas à des questions aussi ... "Personnelles." Pas dans le sens où elles étaient indiscrètes, loin de là mais plutôt parce qu'elle avait un rapport avec lui, et non avec Havoc comme il l'avait pensé. La demoiselle disait vouloir parler à son supérieur avant de voir le blondinet et cela l'avait intrigué. La première question, bien qu'inattendue l'amusa beaucoup. Il ne l'entendait pas pour la première fois et d'ordinaire, c'était une question qui l'énervait chez les hommes, mais chez les femmes le perçu était différent et rarement à but sarcastique pour se libérer d'une quelconque jalousie - peut-être à part le général de brigade Armstrong qui le traitait de "blanc-bec" -. Au moins la demoiselle semblait plutôt cultivée et connaissait la signification et l'importance du grade "colonel". Il se souvint alors qu'elle était libraire : sûrement du genre à passer son temps nez dans les livres, d'où alors ses connaissances plus ou moins approfondies.

" En effet, on peut plus ou moins me considérer comme un prodige." déclara-t-il, sur un ton qui se voulait plaisantin. Il avoua ensuite d'un air plus détaché : " Mais ça n'a pas été une mince affaire d'arriver à ce grade aussi rapidement..."


La circulation se libéra un peu, lui permettant de conduire à une allure raisonnable sans trop s'arrêter. La demoiselle revint à la charge avec une autre question. Quelle curiosité insatiable ! Cela lui donnait un air enfantin, à contrario de certaines harceleuses dont il avait pu être victime. Ses questions étaient plutôt inattendues et innocentes, ce qui faisait sourire le brun. La suivante le fit hocher négativement la tête.

" C'est juste une voiture de l'armée. Étant colonel j'ai droit à la mienne mais j'en ai une autre pour des déplacements plus personnels... J'ai une Ford beige, modèle A. Une couleur assez classique mais beaucoup plus romantique que la couleur noire, vous en conviendrez."
dit-il en appuyant sa dernière phrase par un petit clin d’œil.


Il savait très bien que ces questions n'étaient là que pour meubler la conversation mais le sujet, aussi futile soit-il, lui donnait toujours matière à répondre. Bien qu'il sache bien parler on ne le considérait pas pour autant "bavard". Il savait toujours s'arrêter à la limite plus qui lui vaudrait cette appellation. A vrai dire il ne le faisait pas vraiment exprès, cela venait naturellement chez lui. C'était un homme qui aimait parler autant qu'il aimait écouter.

La jeune femme aux cheveux argentés se décida finalement à parler plus sérieusement. Elle déclara timidement, serrant un livre que Roy venait tout juste de remarquer, fait justifié par l'obligeance de regarder la route lorsque l'on conduit.

« En fait je vais être honnête, j’ai un peu oublié mes questions... Je voulais juste savoir comment Jean allait et voir ce que vous pouviez me dire à son sujet... Ce n’est peut-être pas si évident que ça mais... Je suis amoureuse de lui depuis... Longtemps et je me suis dit que c’était peut-être le bon moment de lui dire. Bien sûr, s’il n’est pas seul je ne lui imposerai pas mes sentiments... Je ne veux surtout pas briser sa vie. »

Un bref instant, le colonel détacha son regard de la route pour venir regarder ses yeux teintés de mauve. Ça n'avait pas été dur de deviner la véritable interrogation qui turlupinait la jeune fille mais il était quand même intrigué. A vrai dire un ami plus proche d'Havoc comme Breda pouvait certainement mieux le renseigner que lui et il se demanda alors si la jeune fille en était au courant. Le fait qu'elle sache qui était son supérieur sans connaître celui qui était un camarade depuis son entrée en académie le laissait un peu dubitatif sur la façon dont elle avait pu obtenir ces informations. Il était probable qu'elle ait été voir au QG de l'Est demander Havoc à l'accueil avant qu'on lui dise qu'il avait été muté à Central, tout en donnant le nom du célèbre colonel qui serait pour le coup plus facile à retrouver qu'un simple lieutenant.

Il ne la vit pas verser une larme mais sentit que l'atmosphère s'était quelque peu resserrée. Le sourire qu'elle affichait désormais se voulait rassurant, témoin de sa nostalgie et d'un amour sincère qu'elle n'avait jamais pu oublier. Le colonel hésita un peu avant de parler, chose qui lui arrivait assez rarement : que pouvait-il bien lui dire sur son subordonné ? Ses capacités sur le terrain ? Son manque de culture évident ? Ses nombreux échecs amoureux ? Elle avait eu tort de penser qu'il pouvait mieux la renseigner que quiconque. Même si il était proche de ses subordonnés, il y avait une barrière qui séparait leurs relations et portait le nom de "vie privée". De quel droit pouvait-il lui affirmer ce que Havoc pouvait ressentir ? De plus cela ne le regardait pas. Il ne pouvait nier l'élan de camaraderie qu'il pouvait entretenir avec son équipe mais il n'allait pas jusqu'à se mêler de leurs affaires privés.

" Le sous-lieutenant Havoc ? Il se porte comme un charme. Malheureusement vous le ratez d'assez peu, je l'ai envoyé il y a une semaine en mission top-secrète. C'est un subordonné très compétent, avec une bonne perspicacité et une grande expérience du terrain. "
finit-il par déclarer. " Mais il manque un peu de confiance en lui ce qui est dommage. "


La voiture noire commença à ralentir un peu, situé près d'un hôtel. Le brun finit par arrêter sa voiture, et se tourna vers Emily, le regard perçant et la mine sérieuse.

" Il n'y a aucun intérêt pour vous que je ramène au QG étant donné qu'Havoc ne s'y trouve pas n'est-ce pas ? J'espère que vous voudrez bien me pardonner. "


Il se pencha ensuite vers elle, mais seulement dans le but d'attraper son manteau noir posé sur le siège arrière. Le militaire sortit ensuite de sa poche un carnet et un stylo il arracha une page et commença a griffonner dessus.

" Je vous ai déjà menti deux fois. Une fois sur mon identité et une seconde fois en vous proposant de chercher Havoc à l'accueil alors que je savais très bien qu'il n'y était pas." déclara-t-il en toute franchise. " J'espère que vous voudrez bien me pardonner de m'être comporté de manière aussi méfiante mais ma présence dans la capitale a été maintes fois le sujet de troubles. Il n'est pas rare que des personnes malintentionnées tentent d'approcher des militaires haut-gradés en se faisant passer pour de la famille ou des proches."


Certes il aimait bien tester les gens mais dans le cas présent il s'était montré prudent. La vérité c'est qu'il se méfiait du hasard et notamment du fait que la jeune fille était tombée pile sur lui alors qu'elle le recherchait. Toutefois la conversation lui avait permis de constater avec certitude qu'elle ne connaissait rien de lui, de même qu'aucun de ses propos ne lui avaient parus réellement étrange.
Pliant ensuite la feuille, il la glissa dans une enveloppe. Il lui sourit :

" En guise d'excuses permettez-moi de vous payer l'hôtel aussi longtemps que durera votre séjour à Central. J'ai bien vu que vous êtes fatiguée après un si long voyage en train alors reposez-vous bien. Je vous appellerai par le biais de l'accueil dès qu'Havoc... Enfin le sous-lieutenant sera rentré."



Il lui tendit ensuite l'enveloppe et ajouta :

" Il vous suffira de présenter la lettre à l'accueil. Le gérant est habitué à voir des militaires et me connait très bien. "

La jeune fille semblait encore néanmoins sur sa faim concernant Havoc. Le brun déclara finalement en passant la main dans son cou, soulevant quelques mèches noires au passage.

" Aux dernières nouvelles il n'a personne mais je ne me suis pas vraiment renseigné..."


La plupart du temps il l'apprenait par le biais des autres militaires qui discutaient sur lui ou par ses jérémiades au bureau.

" ... Enfin pour tirer ce genre de relation au clair il vaut mieux en parler en face à face avec la personne concernée. Je ne suis pas vraiment un expert en relations amoureuses mais je pense que vu votre sincérité vous n'avez pas vraiment à vous en faire."


Pour être honnête, il n'aurait jamais pensé pouvoir ainsi "sauver" la mise d'Havoc de cette façon. Mais de toute façon, pourquoi se mettrait-il en travers de leur relation ? De plus, cette jeune femme amoureuse n'était qu'une inconnue pour lui ! En ouvrant la lettre, la jeune fille pouvait y apercevoir son numéro pour l'appeler d'ici le QG situé à 200 mètres plus loin... Si jamais elle avait le moindre souci elle pouvait l'appeler, avait-il marqué en-dessous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les rencontres imprévues sont souvent les meilleures. [Roy Mustang]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les rencontres imprévues sont souvent les meilleures. [Roy Mustang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les réparties cinglantes sont souvent les meilleures ft Ygg [30/04]
» ARTICLE XV ✤ les gens pour qui tu pourrais te prendre une balle sont souvent ceux qui se trouvent derrière la gâchette.
» Une visite pas si imprévue [Livre 1 - Terminé]
» Cadeaux Surprises de Noël 2012 !
» C'est dans les vieilles marmites que l'on fait les meilleurs soupes...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal Alchemist RPG :: STAFF :: Les Archives :: Anciens RPs-