Amour entre flamme et métal



 
Le forum va bientôt subir de grands changements ! Restez connectés ! /sbaff/

Partagez | 
 

 Amour entre flamme et métal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Amour entre flamme et métal   Sam 14 Déc - 17:45

Alphonse marchait. Le son de ses pas résonnait dans les grands couloirs du QG. Vide, il était vide et cela faisait si longtemps qu'il se trainait son corps tout de métal fait. Pourtant, et il se le répétait souvent, il ne pouvait pas haïr son frère salvateur, il ne pouvait pas en vouloir à cet être qui avait risqué sa vie pour le sauver. Même s'il l'avait mit dans une boîte de conserve ambulante.

Le petit garçon soupire. Cela avait peut-être interpellé Edward mais à vrai dire, Al était tant plongé dans ses pensées qu'il ne regardait ni où il allait, ni qui lui parlait. Alors le Fullmetal pouvait très bien être en train de râler contre le colonel ou bien disserter sur la pierre philosophale qu'Alphonse ne l'entendrait pas.

L'armure géante suit le petit être devant elle, inconsciemment. Alphonse avait prouvé, par il ne savait quels expériences foireuses, que son frère et lui étaient comme liés par un lien mental faisant que lorsqu'ils étaient proche chacun comprenait l'autre. Ou du moins, y arrivait plus facilement qu'une autre personne.
Il tourna soudainement la tête vers une fenêtre éclairée par le soleil. Cet astre ne cessait de le narguer avec sa chaleur qu'il ne pouvait sentir. Alphonse en était blessé, blessé d'être insensible, blessé d'être de second plan, caché par l'ombre de son frère pourtant plus petit que lui.

Mais en innocente personne qu'il était, il ne pouvait en vouloir à son aîné si intelligent, si courageux. au fond de lui, et même plus qu'au fond, Alphonse admirait profondément Edward. Cela renforçait sa détermination quant à lui rendre son corps par tous les moyens possibles.
Sacrifier sa vie comme l'avait fait sont frère avant lui.

Soudainement, il rentre dans quelque chose. A l'avenir, il devrait faire plus attention. Ici, au sein du QG, peu étaient ceux qui avaient encore peur de l'imposante masse d'Alphonse. Les soldats le respectaient, plus qu'Edward il fallait dire ce qui lui procurait une petite fierté, mais ne s'écartaient plus sur son passage.
Ici, il était comme tout le monde : invisible.

Le petit garçon regarde la personne dans laquelle il est rentré sans vraiment vouloir savoir qui elle était puis s'excuse avec un peu trop d'insistance.

- Je suis vraiment navré pour cela. Veuillez excuser mon inattention.

Même s'il était le frère du très respecté et admiré Fullmetal, il était étranger au corps armé d'Amestris et ici il n'était ni plus ni moins qu'un civil accompagnant un alchimiste d'Etat. Il devait alors respect à ces hommes gradés.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric
Fullmetal Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Amour entre flamme et métal   Ven 10 Jan - 9:28

Edward était dans la lune. Il déambulait dans les couloirs, suivit d'Alphonse, ses pas le menant machinalement de plus en plus près du bureau de son supérieur hiérarchique. Le très respecter et très faignant Colonel Roy Mustang, celui qui faisait tomber n'importe quelle fille dans ses bras. Pure perte de temps selon Edward. Quand on a un objectif à atteindre, on ne perd pas son temps à courir après les filles. Il le savait par ce qu'il devait sauver son frère. Son petit frère qu'il aimait plus que tout au monde, bien qu'il se garde de le dire, toujours à ses côtés. Sans lui, il ne serait rien, il serait encore à déprimer dans ce fauteuil roulant chez les Rockbell.

Sans lui, Alphonse ne serait pas dans cet état-là, à souffrir perpétuellement de ne plus rien ressentir, d'être vide. Dans un sens, l'adolescent ressentait la souffrance de son cadet, pas de la même façon certes, mais il la ressentait tout de même. Alphonse semblait de plus en plus souvent dans ses pensées, le blond l'avait bien remarqué, mais ne voulais pas le brusquer. Cela était étonnant de sa part d'ailleurs, lui si brutal même quand il voulait rassurer et aider quelqu'un.

Parfois, comme son frère, Edward se perdait lui-même dans ses propres réflexions, déprimait aussi parfois et se décourageait. Heureusement, son petit frère savait le remettre sur pied et le faire avancer de nouveau.

Mais revenons-en à l'instant présent. Son rapport sous le bras, ils revenaient d'une mission d'inspection et pour une fois, aucune catastrophe ne c'était produite. Il avait juste signalé que les machines d'exploitation étaient un peu vielle et aurais besoin d'être remise à neuf. À vrai dire, il l'avait fait avec un peu d'alchimie, mais cela nécessiterait un spécialiste de l'entretien tout de même.

Les minerais de fer étaient toujours d'actualité et il avait trouvé un type de pierre inconnu et qu'il avait laissé aux scientifiques pour qu'ils l'examinent plus en profondeur. Cependant ce métal pourrait être utile pour les automails, armes ou pour les voitures. Bref, cela serait surement utile si l'on trouvait comment l'exploiter.

Son autre main était portée sur son ventre. Il avait peux être un peu abusé ce midi sur le repas, il avait mal au ventre et cela le rendait bougon. Si bien qu'il s'arrêtât quand une crampe le prit. Il grimaça et fini le nez par terre, son frère lui était rentrez dedans, celui-ci ne c'étant pas arrêté au contraire du blond.

- Al fait att...

Pourquoi Alphonse s'excusait-il de cette façon ? Comme s'il ne le reconnaissait pas.

- Alphonse ça va ?

Demanda alors le Fullmetal tendit qu'un militaire passant par là, le saisissait par-dessous les aisselles pour le remettre sur pied. Le blond le remercia et attendit que son frère lui réponde. Et tandis qu'il attendait, il trouvait que son frère avait l'air d'être à mille lieues. Et non ici comme il le devrait.

- Alphonse ! Ici la terre ! Redescend de la lune ! Youhou !!!

Sa main sur son ventre, il secoua de l'autre le rapport devant les yeux de son petit frère, les pages émettant un bruit de papier froisser.
Revenir en haut Aller en bas
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Amour entre flamme et métal   Ven 10 Jan - 13:15

Al mit un temps à comprendre ce qu'il se passait. Son cerveau, inexistant physiquement, n'arrivait pas à se sortir de la torpeur dans laquelle le jeune cadet Elric s'était plongé. Il avait beau lutter contre ces courants indésirables, rien à faire. Il reste donc immobile, à se battre avec lui même.

Puis voilà qu'il aperçoit quelque chose bouger devant lui. On ne pouvait pas dire devant ses yeux puisqu'il n'en avait plus et puisque la personne qui tentait désespérément de le ramener sur Terre était plus petit que lui.
Alphonse sursaute brusquement et se fond encore en excuses. Il n'était pas normal aujourd'hui, trop d'absences de sa part.

- Pardon grand-frère, je...

Que devait-il dire ? Qu'il réfléchissait ? Qu'il s'était perdu dans la contemplation d'un futur intouchable ? Qu'il avait des absences ? La grande armure resta silencieuse encore un moment, observant son grand frère qui se tenait le ventre. Edward avait sans doute encore trop mangé ce midi et subissait des indigestions monstres.

Mais bon, lui au moins pouvait manger, boire mais surtout dormir et rêver. Voilà que le jeune garçon se perdait encore dans les limbes de ses pensées. Cela allait faire la seconde fois en moins d'une minute. Ça devenait réellement un problème. Certes, il savait qu'il avait tendance à trop réfléchir mais tout de même.

Réfléchir au point de perdre tout repère dans la réalité... Cela avait un côté grave tout de même. Al soupire et passe une main derrière sa tête. Il semblait que son absence indésirée avait finit pas s'en aller et il pouvait pleinement se concentrer sur son frère.
D'ailleurs, le rapport de ce dernier était totalement froissé.

Aucun sens de la douceur. Qu'allait dire le colonel ? Il allait sûrement râler, comme à son habitude, et taquiner le Fullmetal. Cela partirait dans une guerre de mots et Alphonse serait spectateur impuissant. Parfois il se demandait s'il était vraiment utile à Edward.

Dans ce corps, tout ce qu'il pouvait faire c'était de rappeler à l'aîné Elric que ce dernier avait sacrifié son bras pour ramener un pécheur... Quel crétin cet Alphonse !

- Tu n'aurais pas dû froisser ces feuilles, le colonel va encore te passer un savon, dit-il sur un ton qui se voulait plaisanterie.

Mais y avait-il seulement réussit ? Le jeune garçon regardait Edward dans les yeux. Ces dernier brillaient d'une lueur de vie propre à son frère. Lueur qui n'existait dans dans le regard rouge d'Al. L'armure soupira encore avant de laisser ses bras pendre le long de son corps.

- On devrait y aller, dit-il plus sérieusement, tu sais aussi bien que moi qu'il n'est pas patient... Et puis plus vite tu auras rendu ce rapport, plus vite tu pourras aller digérer tranquillement.

Tandis que je te regarderais dormir, seul, voulut-il ajouter. Mais il se tut. Il n'était pas nécessaire d'inquiéter Edward avec ses états d'âmes d'enfant capricieux et immoral.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric
Fullmetal Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Amour entre flamme et métal   Sam 11 Jan - 6:16

Edward observa son frère. Il était à l'origine le seul à pouvoir voir les émotions sur ce casque inexpressif, bien sûr certain le voyait aussi, ou plus tôt l'entendait au son de cette voix qui résonnait dans cette armure, une voix si douce et claire. Le blond fronça les sourcils et mit un petit coup qui résonna sur le plastron de son frère.

- Al ! Je le vois bien quand ça ne va pas ! On en parle après avoir vu le flemmard de service.

Edward pouvait laissez passer des choses, mais la pas question, Alphonse était de plus en plus souvent dans la lune. Et à vrai dire, il craignait que ceci ne soit les premiers signes d'un rejet de l'âme. Et donc le blond s'inquiétait beaucoup pour son petit frère. Il lui arrivait même parfois d'examiner son frère quand celui-ci ne semblait plus vraiment présent, et il vérifiait que le sceau était toujours intact, parfois, il se disait qu'il devait peut-être faire un petit coffrage autour du cercle de sang. Mais craignant qu'en faisant cela, il ne crée définitivement un rejet et perde son frère.

- Reste attentif Alphonse ! j'ai besoin de toi...

Puis le blond reprit sa marche.

- J'ai toujours besoin de toi...

Murmure le Fullmetal pour lui-même.

Bon finalement, il fallut faire un arrêt toilette qui dura assez longtemps, il faut bien le dire, Edward cru qu'il allait mourir avant de remettre son rapport. Il se dit qu'il voudrait bien contaminer Mustang, ça lui ferais les pieds, mais ce n'étant pas en étant coincer aux chiottes qu'il y arriverait. Mais la bienséance voulut qu'une fois terminer, il se lava soigneusement les mains, ne voulant pas contaminer les autres. Il les aimait bien mine de rien. Surtout Riza. Parfois, il se surprenait a la considérera comme une mère, alors qu'elle n'avait absolument rien à voir avec leur propre mère. Mais sans doute, sa façon de protéger les autres. Surtout ce faignant de Mustang.

C'est après trois arrêts petits coins, et trois lavages soigneux de main que le blond arriva dans un premier temps dans le bureau commun. On lui conseilla d'ailleurs de se reposer après qu'il les ait salués, et enfin, il frappa à la porte du bureau du « Grand » Colonel de la flemmardise... Mustang pardon, mais flemmard quand même. Il fallut attendre un peu, est-ce que l'homme dormait ? Le son de sa voix a l'autorisation d'entrer ne laissait rien supposer. Mais après on pouvait se tromper.

Bref, Edward actionna la porte, puis la poussa, remettant sa main sur son ventre, il s'avança vers le bureau. Notons que les feuilles n'étaient plus froissées. Il avait usé sur le chemin de l'alchimie pour leur rendre un aspect correct.

- Salut Colonel !

Fais le blondinet en posant le rapport sur le bureau de Mustang avant de se laissez tomber sur un siège en face du bureau pour pouvoir ramener son second bras, qui se voulu discret, vers son ventre malmener. Et bien quoi ? Même les héros pouvaient tomber malades non ? Et bien lui, il était humain donc si.

- Il ne s'est rien passé, la mine est nickel, et on a trouvé un minerai inconnu très solide, je l'ai laissé au pôle scientifique pour qu'ils puissent voir comment le travailler. Ça pourrait être utile, c'est super-léger aussi. Sinon pas de contrebandier, rien de travers. Juste la bouffe qui était exécrable.


Dernière édition par Edward Elric le Mar 28 Jan - 13:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Amour entre flamme et métal   Sam 11 Jan - 12:31

Aussi étrange que cela puisse paraître, les bureaux n'étaient jamais remplis le matin. Pourtant me direz-vous, les militaires doivent être très matinaux dans votre tête ; ce n'est pas sans raison car bien sûr, c'est le cas. Cependant, à ces heures-ci les soldats sont généralement sujets à des entrainements sportifs, pour conserver une tenue physique irréprochable. Ces exercices sont bien sûr obligatoire pour tous les militaires, sauf les hauts gradés qui géraient eux-même leur emploi du temps. On ne sait par quel miracle mais Roy parvenait toujours à boucler les dossiers en fin de soirée, même s'il ne faisait pas grand-chose de toute la matinée.

Aujourd'hui son bureau étant vide jusqu'à 14 heures, après avoir travaillé sur des rapports il avait sortit son échiquier et avait commencé une partie en solo. Avec un peu de bonne volonté il aurait sans aucun doute put se dénicher un adversaire mais hélas, personne d'assez doué pour mener une bataille intéressante et instructive. Cela peu sembler incroyablement prétentieux de se considérer soi-même comme seul adversaire à la hauteur (... Ou schyzophrénique à voir ! ) Par ailleurs, les gens pouvaient penser ce qu'ils voulaient mais c'était une bonne manière de découvrir ses points faibles et de trouver comment les pallier. Le seul adversaire contre lequel Roy aimait jouer par dessus tout ( en dehors de Breda qui était lui aussi un fin stratège malgré ses airs nonchalants ) était bien évidemment Grumman. Nombre de fois, le vieil homme lui avait montré à quel point il se laissait souvent emporter par la perspective de gagner sans surveiller ses arrières correctement.

" En somme cette impatience vous brûlera les ailes, mon cher Mustang. "

Il n'avait pas tort. C'était un aspect de sa personnalité qu'il avait du mal à corriger. Un point faible qui avait failli lui couter la vie durant la guerre et qui avait sûrement dû couté celle de beaucoup d'hommes... Mais à l'époque, il n'était qu'un jeune homme à peine adulte, lancé au front au coeur de la bataille : inexpérimenté, et moralement détruit à en être réduit à une simple arme de guerre. Ce qu'il avait pourtant accepté de devenir.


Coincé dans sa partie, il réfléchissait longuement à une alternative mais n'y parvint pas. Il se demanda alors qu'est-ce que Grumman aurait fait dans de telles conditions pour le contrer. La partie lui semblait alors terminée quand il entendit un toc-toc à la porte. Il devait probablement s'agir des frères Elric : on lui avait dit qu'ils étaient rentrés à Central tard dans la soirée et passeraient donc comme d'habitude le matin à son bureau pour lui rendre un rapport.

Il fit glisser d'une main les pions dans son échiquier et le rangea promptement dans son bureau. Il sortit ensuite un gros dossier et le dispersa sur la table, tout en cherchant d'un oeil attentif l'ordre de mission qu'il leur avait donné il y a peu. Il le retrouva finalement quelques secondes plus tard, leur donnant ensuite la permission d'entrer d'une voix assez forte mais comme à son habitude, dénuée d'émotion sinon une pointe d'autorité.

« Salut Colonel ! fit Edward, la tranche de son dossier tapotant son épaule.

Il rentra, suivit de son petit frère Alphonse qui referma la porte. Après avoir donné le rapport ils allèrent ensuite prendre place dans le canapé, Edward commençant à résumer le rapport, avec un air certes habituel (c'est-à-dire un peu désintéressé) mais en se tenant le ventre. Roy crut d'abord d'abord à une blessure mais vu le niveau de la mission, il avait quelques doutes. Ceux-ci furent dissipés assez rapidement :

« Il ne s'est rien passé, la mine est nickel, et on a trouvé un minerai inconnu très solide, je l'ai laissé au pôle scientifique pour qu'ils puissent voir comment le travailler. Ça pourrait être utile, c'est super-léger aussi. Sinon pas de contrebandier, rien de travers. Juste la bouffe qui était exécrable.»

« Ah vraiment ?» répondit-il avec un rictus, comprenant désormais pourquoi son teint un peu livide et sa main crispée sur son estomac.


Edward avait insisté sur l'aspect "rien de travers", ce que Roy trouvait étrange. Il était déjà au courant pour le minerai rare, ce qui laissait présager que de nombreux trafics allaient s'organiser au marché noir, vu les environs de la mine. Pourquoi croyez-vous qu'il avait envoyé un alchimiste d'Etat accomplir cette mission ? Pour en dissuader plus d'un bien sûr. Sa venue marquait indéniablement le fait que la mine avait été désormais remarquée par l'Etat, et lui appartenait d'une manière plus ou moins indirecte. Si les trafiquants et autres criminels ne s'étaient pas encore organisés, c'était tant mieux. Il allait probablement renvoyer quelqu'un d'ici là mais pour le moment, le jeune Fullmetal avait bien rempli sa mission.

« Et bien puisqu'il ne s'est pratiquement rien passé cette fois tu as de la chance ! déclara-t-il en sortant une nouvelle feuille de son tiroir, j'ai un nouvel ordre de mission juste pour toi. »


Le Fullmetal s'insurgea :

« Hé laissez-nous le temps de respirer un peu ! »

« Il s'agit de la ville de Sorrow près de Emell dans le Nord-Est, continua le colonel en ignorant ses jérémiades, depuis peu des vols et les violences se multiplient à une grande vitesse. On y a envoyé des soldats mais ils ont été littéralement massacrés. Une sorte de bande s'organise secretément et bien sûr les premières victimes sont les civils innocents. C'est une mission dangereuse alors tu seras gentil d'éviter d'ingurgiter d'autres plats avariés durant le trajet. »


Il termina sa phrase par un sourire moqueur et posa le nouvel ordre de mission sur son bureau. Même s'il n'en avait pas l'air il s'inquiétait pour ces deux jeunes garçons. La première fois qu'ils les avaient vu après avoir commis une transmutation humaine, il avait été à la fois en colère mais profondément amer de voir une pareille chose arriver à des enfants aussi jeunes. Il savait bien que la vie ne leur avait pas fait de cadeaux et que chaque lendemain devait être tout aussi dur. Mais il n'allait pas leur en faire aussi : jusqu'à où seraient-ils prêts à assumer les blessures qu'ils ont reçu ? Il leur avait donné une chance de se relever, de se battre et de ne jamais abandonner, aussi infime soi leur chance d'atteindre leur but mais à vrai dire il n'y croyait pas trop. Pour lui la pierre philosophale n'était qu'une légende. Et ce n'était pas vraiment son objectif à lui de toute façon :

« Et cette pierre philosophale, ça avance ?» déclara-t-il finalement en jetant un oeil à Alphonse.


L'armure semblait étrangement silencieuse, les yeux rivés sur le sol. Roy espérait la faire sortir de sa torpeur en la lui soulignant et ce, combien même la question pouvait les dépiter. On pouvait presque assimiler ça à du sadisme mais ce n'était pas vraiment le cas. Du moins en majeure partie.
Revenir en haut Aller en bas
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Amour entre flamme et métal   Dim 12 Jan - 9:06

Alphonse suivit son frère. Que voulait-il entendre par "j'ai besoin de toi" ? Oui, bien sûr qu'il avait besoin de lui ne serait-ce que pour ne pas oublier la moitié de son cerveau. Edwad était si distrait pas moment, mais il était son grand frère, ce grand frère qui avait sacrifié tant de choses pour lui.

L'armure soupir doucement. Il posa un regard doux mais triste sur son grand frère qui s'avançait vers le bureau du colonel après avoir fait un crocher aux toilettes. Il n'aurait jamais dû manger tous ces plats, Alphonse le lui avait dit. Mais Ed était pire qu'une tête brûlée et quand il avait une idée en tête il s'y tenait quoi qu'il arrivait. Les pas du cadet résonnaient dans le couloir mais aussi dans le bureau malgré le fait qu'il y ait un tapis.

Il salua brièvement Mustang avant de s'assoir aux côtés de son frère qui commençait déjà à râler. En même temps, le Fullmetal qui ne râle pas c'est mauvais signe. Puis un dialogue commença entre le haut gradé et l'alchimiste. al restait silencieux, à suivre sans broncher ce que se disaient les deux hommes. Il en vint même presque à s'ennuyer tant cela ne le concernait pas.

Le fils Elric était présent dans ce bureau uniquement parce qu'il était le petit frère du renommé Fullmetal et rien d'autre. Il n'était qu'un civil parmi tant d'autres ayant juste le privilège d'appartenir à la famille d'un alchimiste d'Etat.
Mais ce n'était pas vraiment là dessus qu'Alphonse dissertait pour le moment, non, il réfléchissait à ce qu'il allait dire à Edward.

Il ne voulait en aucun cas l'inquiéter même si parler de ses problèmes du moment lui ferait le plus grand bien. Mais le blondinet était déjà bien stressé comme ça avec cette histoire de pierre philosophale et ces missions que lui donnait Mustang. D'ailleurs, ce dernier en délivra une nouvelle à l'alchimiste qui râla de plus belle.
Cela fit doucement rire Al qui venait tout juste de se reconnecter à la réalité. La grande armure regarda son frère avant de poser son regard rouge dans celui du colonel.

Ce dernier venait de parler de la pierre philosophale. Il n'avait donc rien dans la cervelle ? Ramener un sujet qui faisait mal sur le tapis, mais quel manque de tact. Al baisse la tête pour observer le sol qui est beaucoup plus intéressant en ce moment. Il ne répond rien, il n'a rien à répondre, les recherches font chou blanc...

Puis il est l'heure de partir en mission. Aucun moment de repos. Mais en faite, quelle était cette dite mission ? Encore un matage de rébellion ? Une inspection ? Elles étaient tellement diverses et variées que le jeune garçon aurait pu en faire toute une encyclopédie s'il en avait eut le temps. Mais hélas, ce n'était pas le cas.

Il se lève donc, salut poliment le militaire et sort dans le couloir y attendre son frère. Al s'adosse au mur, bras croisés, regard vers le sol. Il ne savait quoi dire. Il voulait exposer ses problèmes mais comme souligné plus tôt cela ne ferrait qu'inquiéter d'avantage Ed et il n'avait pas besoin de cela. Il soupir et laisse son regard trainer dans le vide.

- J'aurais bien des choses à te dire, dit-il finalement.

Il avait prit sa décision et puis de toute façon il allait y passer. Alors maintenant ou plus tard cela ne changerait pas grand chose. La seule vraie chose qu'il pouvait faire c'était d’atténuer ses paroles pour les rendre beaucoup moins pesantes et inquiétantes.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric
Fullmetal Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Amour entre flamme et métal   Mar 28 Jan - 13:36

- Quoi ! Encore une mission, mais laissez-nous respirer !

Dan le, nous, on pouvait comprendre le moi. Où le supposer. Alphonse ne respirait pas, bien qu'un soit capable d'émettre le son dû soupir. Bien sur le colonel continua sur sa lancée.

Roy Mustang a écrit:
« Il s'agit de la ville de Sorrow près de Emell dans le Nord-Est, continua le colonel en ignorant ses jérémiades, depuis peu des vols et les violences se multiplient à une grande vitesse. On y a envoyé des soldats, mais ils ont été littéralement massacrés. Une sorte de bande s'organise secrètement et bien sûr, les premières victimes sont les civils innocents. C'est une mission dangereuse alors tu seras gentil d'éviter d'ingurgiter d'autres plats avariés durant le trajet. »

C'était quoi ce trou paumé ? Il faisait froid là-bas ? Edward n'aimait pas avoir froid, remarque, il n'aimait pas avoir chaud et n'aimait pas les temps humides. Tout cela lui rappelait douloureusement la présence de ses auto-mail et pouvait le rendre malade. Son corps se remettant à lutter contre les corps étrangers. Peux être faudrait-il qu'il passe voir Winry pour un changement d'auto-mail ? Quoique, ils n'allaient pas vraiment dans le nord, ce n'était peux être pas indispensable pour cette fois-ci. Des soldats étaient morts ? Donc il l'envoyait lui au casse-pipe. Bon, il valait autant que plusieurs soldats grâce à l'alchimie, mais tout de même. Il n'était pas LE SEUL alchimiste d'état quoi. Il aurait aimé se reposer un peu à l'hôtel et poursuivre ses recherches sur la pierre philosophale a la bibliothèque de central. En parlant de remuer le couteau dans la plaie. Le colonel était passé maitre dans cet art.

Roy Mustang a écrit:
« Et cette pierre philosophale, ça avance ?» .

Le jeune homme blond regarda son frère qui semblait avoir émergé de ses pensers, se lever, s'incliner et partir l'attendre dehors. Edward se leva à son tour, et prit la copie de l'ordre de mission et le dossier que Mustang lui tendait.

- Franchement, vous avez l'art de mettre les pieds dans le plat.

Ainsi, il sortit sans répondre à la question. Pour dire quoi de toute façon ? Il n'y avait rien à dire de plus qui n'avait déjà été dit la dernière fois qu'il, c'étaient vu. De plus, il voulait régler le problème de son frère avant. Il regarda celui-ci après avoir fermé la porte.

- Alphonse ... Viens, on va la cafétéria, j'ai soif.

Alors il lui prit la main comme quand ils étaient tout petits, au temps que leur mère vivait encore. Un peu comme s'il y se forçait, mais qu'en même temps, cela lui faisait plaisir. Il le fit donc se décoller du mur puis le relâcha. L'emmenant à la cafétéria. Là, il prit un verre de jus de fruit qu'il avala. Puis ils partirent, déjà récupérer les affaires du blond puis prendre le train.

De plus, il espérait qu'il pourrait s'installer dans un compartiment pour pouvoir parler avec son petit frère. Il voulait savoir ce qui le turlupinait et l'aidée. C'était son rôle de grand frère. Et comme dit-il s'inquiétait beaucoup à son sujet, même s'il ne le montrait pas.

(Voilà Al je te laisse enchainer sur le nouveau topic. Commence dans le train XD)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Amour entre flamme et métal   

Revenir en haut Aller en bas
 

Amour entre flamme et métal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Liste des PNJs et des Organisations
» Lou-Ann • l'amour entre deux etres est inexpliquable
» La force des Uzumaki / Kushina Uzumaki
» [Romy & Reese] Feu et glace... début et fin... comme l’amour entre un homme et une femme.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal Alchemist RPG :: STAFF :: Les Archives :: Anciens RPs-