Examen Personnage Prédéfini King Bradley



 
Le forum va bientôt subir de grands changements ! Restez connectés ! /sbaff/

Partagez | 
 

 Examen Personnage Prédéfini King Bradley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clothilde Laysawer
Alchimiste Médecin Général des Armées

avatar


MessageSujet: Examen Personnage Prédéfini King Bradley   Mer 22 Jan - 14:15

Monsieur King Bradley

Pour finaliser votre inscription, et dans le but d'intégrer le prestigieux grade de Généralissime, il vous faut passer un ultime test d'aptitude. Celui-ci consiste à répondre de votre mieux à la situation fictive proposée par le Jury. Vous disposez de 10 jours pour vous présenter, et passer cet examen, qui devra faire 20 lignes au minimum. Au delà du délai, ou en cas d'échec, vous passerez à une session de rattrapage, plus difficile que le test premier. En cas d'abandon, vous aurez la possibilité de choisir un autre secteur d'affectation.

Passons maintenant au contenant de cette épreuve, voici votre sujet :

"King Bradley a accepté la pierre phylosophale. Il incarne alors la colère, et tolère de nombreuses années prédéfinies où Père décide pour lui. Cependant, il y a bien une chose à laquelle Bradley eut son libre-arbitre ; choisir sa propre femme. Racontez à votre façon la recherche et la rencontre avec la jeune femme que le Générallissime choisira comme future épouse."

Le jury prendra en compte votre adaptation à la situation. Bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Examen Personnage Prédéfini King Bradley   Ven 24 Jan - 19:01

Était-il toujours vivant ? Qu'était ce sentiment qui avait envahi tout son être ? Le candidat au poste de Généralissime numéro douze n'avait jamais rien possédé, on ne lui avait jamais permis même d'avoir un nom. Les candidats portaient tous le même vêtement et possédaient tous des numéros, ils avaient les mêmes enseignements et les mêmes entraînements depuis leur enfance. S'était-il une seule fois posé la question du « monde extérieur » qui pourrait exister en dehors des murs lisses et froids de la caserne dans laquelle lui et ses frères avaient été élevés ? S'était-il posé la question de ce qu'il pourrait ressentir à l'extérieur ? Bien sûr que non, sa seule perspective de vie était de satisfaire au mieux les formateurs du programme pour être sélectionné pour la suite. S'était-il douté qu'ils seraient tous tués ? Bien sûr que non, on lui avait simplement dit qu'il s'agissait d'un programme d'entraînement de l'élite du pays, il s'y était donc conformé. Les ordres, c'était la seule chose qu'il avait et qu'il aurait toute sa vie. Lorsqu'il avait réalisé que tous ses camarades étaient décédés avec l'injection de la pierre, douze n'avait même pas réagi, il avait beau avoir eu peur, on lui avait tellement inhibé les sentiments durant son existence qu'il s'était résigné, à l'instar d'un lapin qu'on conduit à l'abattoir. Pourquoi la pierre avait-elle épargné son corps ? Probablement car il était le plus résistant et le plus apte à la supporter. Durant les quelques minutes après l'injection, il n'avait ressentit...qu'un immense vide intérieur, comme si son esprit cherchait vainement l'âme qu'on venait de lui retirer en lui injectant le fluide alchimique. Aux appels de son esprit, la seule réponse fut de la colère...une irritation immense...une Colère sourde et noire. Tout lui revint...un entraînement drastique, le manque de libre-arbitre et la mort de ses camarades, il était en colère contre tout ça. Une colère infinie, lui qui n'avait jamais pu se rebeller et qui avait toujours été prisonnier de ce carcan moral et disciplinaire. Il osait enfin se mettre en colère. Face à cette colère dévorante, les ténors du projet comprirent que la transfusion de pierre philosophale avait fonctionné. Il fut dès lors envoyé devant Father, celui qui serait dès lors son père. La raison reprit alors le dessus sur les instincts...il était devenu un homonculus.

L'entrée dans une vie classique fut particulièrement difficile pour le numéro douze, qui maintenant s'appellerait King Bradley, un nom qui avait lui aussi été désigné pour sa fonction. Bradley avait même une biographie officielle, un gamin de la campagne reçu premier à l'académie de Central. Le jeune homme avait une vingtaine d'année et prit le poste de Lieutenant à la capitale. Tout avait été réglé comme du papier à musique, sa vie lui avait été dictée par Father...une longue ascension au sommet du pouvoir. Devenir le numéro un, prendre la place que tous convoitaient. Mais bien évidemment, un aussi grand nombre de responsabilité avait aussi une contrepartie, celle par exemple de ne pas les confier à n'importe qui. Un homme éclairé devait en prendre la charge, le Lieutenant Bradley était cet homme, il avait des états de service exemplaires et était à la section administrative du QG de Central. Là-encore, tout avait été prévu par Father, il y resterait encore deux ans, jusqu'à son vingt-huitième anniversaire, apprenant ainsi tous les rouages administratifs d'une armée qu'il devrait un jour diriger, au même titre que le pays d'ailleurs. Pourquoi ses vingt-huit ans ? Tout simplement car à cette date un conflit éclaterait et qu'il y serait affecté par manque de troupes. C'est là qu'il serait sensé dévoiler ses capacités hors-norme de combattant, cela lui permettrait de monter en grade et de sauver les groupes armés d'Amestris qui seraient mis en difficulté. Une vie qui défilait comme une partition, Bradley en était l'interprête, le musicien docile qui joue la mélodie, mélodie sur laquelle tout un pays danse. Pouvait-il encore être en colère après cela ? Bien sûr que non, il y a des milliers de manière de jouer une mélodie selon le cœur qu'on y met, mais le fond musical est toujours le même.

La confrontation avec les humains avait été assez abrupte et pourtant, depuis quelques années que King Bradley alias l'homonculus Wrath se fondait parmi eux, il ne pouvait s'empêcher d'y prendre plaisir. Ils étaient tous si différents...certains pleuraient, d'autres riaient, leur vie insignifiante semblait si trépidante. Ils connaissaient tous plusieurs phases, plusieurs sentiments, se réjouissaient des bonnes choses, s'attristaient des plus mauvaises. Tout cela ne signifiait rien pour Wrath, lui dont la vie avait été réglée et plannifiée, il n'y avait aucune inconnue, aucune joie, aucun désespoir, la seule chose qu'il pouvait espérer c'était ressentir la colère, son péché capital qui se manifestait de temps en temps. La seule chose qui le préoccupait un temps soit peu était le choix d'une épouse. Selon le plan de Father, King devrait avoir une femme aimante et donc un enfant adoptif. Le Père n'avait désigné personne pour la fonction de femme du futur Généralissime, c'était d'ailleurs ce dernier qui avait émis la volonté de faire ce choix. Mais cette perspective qui, de prime abord avait paru alléchante, était en réalité très difficile à réaliser. Comment demander à un être qui n'avait jamais pu penser par lui-même en dehors d'un plan de choisir...King était comme une poule ayant trouvé un couteau face à cette perspective. Il n'arrivait même pas à concevoir ce que pouvait être l'amour ou même les déterminismes qui menaient un homme à choisir sa femme...comment lui pouvait choisir ? Alors que Father lui pressait la main car à vingt-six ans, il n'avait toujours pas de fiancée ou de femme qui serait la future première dame du pays, l'homonculus commençait peu à peu à abandonner tout espoir de trouver quelqu'un par une voie classique et s'apprêtait même à accepter l'idée que Father règle ce détail. Malheureusement pour le père des homonculi, Bradley ne voulait pas abandonner la perspective excitante de faire un choix, mais son incapacité à savoir comment s'y prendre ou même tout simplement à vivre en dehors du cadre qui lui était imposé par Father, son plan et son péché était des plus difficiles à gérer. Le projet de Bradley tomba alors peu à peu à l'eau.

C'était une belle journée d'automne, les feuilles jaunes et rouges tournoyaient dans les parcs de Central et aujourd'hui, le Colonel de la section où travaillait Bradley avait exigé que lui et deux autres militaires lui ramènent un melon pour le soir. Ils étaient trois, le Lieutenant King Bradley, l'Adujant-Chef Paul Bonnet et le Caporal Jean Craspo... malgré le fait qu'ils soient tous d'un grade différents, les trois jeunes hommes sortaient souvent ensemble et les deux autres militaires faisaient partie de ces « amis » qui étaient autorisés dans le plan de Father justement pour paraître plus normal. Malgré toute la sympathie qu'y mettait Wrath, il n'était qu'une enveloppe creuse qui jouait un rôle. Craspo commença à railler King, un solide gaillard blond qui venait du Nord d'Amestris et qui n'en loupait pas une.

« Je revois le Colonel Stokes, Lieutenant Bradley, il me faut un melon pour ce soir, prenez ces deux incapables avec vous et ouvrez l'oeil...enfin, celui qu'il vous reste. »


Stokes aimait bien plaisanter, avec un humour bien à lui, il rappelait souvent à King qu'en dépit de son jeune âge, il avait un œil en moins, perdu lors d'un affrontement qui avait eu lieu dans une région montagneuse du Nord, quelques années auparavant, alors qu'il sortait juste de l'académie, son baptême du feu durant lequel il avait acquis sont grade et pas simplement celui de Sous-Lieutenant comme à la sortie de l'Académie. Ce fut Bonnet, un homme sanguin et trappu qui répondit.

« La prochaine fois qu'il veut faire plaisir à sa grosse et à sa belle-famille, il ira chercher lui-même ses melons ! On n'est pas payé pour ça ! »


Bradley se retourna vers ses compagnons alors qu'ils s'approchaient tous trois du marché, certains passants intrigués de voir trois militaires en uniforme et en service si proche du marché.

« Hé, vous êtes trop dur avec le vieux Stokes, finalement, n'est-ce pas ce qu'on nous a dit avant de signer, réussir l'impossible dans nos missions. Trouver des melons en automne, je pense que là c'est tout à fait dans nos cordes ! »


Les deux autres ricanèrent, leur Lieutenant faisait parfois preuve d'un certain cynisme et sa proximité avec les autres en faisait un homme très apprécié. Tout le monde connaissait King Bradley au sein de l'unité, il était de tous les évènements, de toutes les sorties, avait un carnet d'adresse grand comme le bras. Cependant, le jeune Lieutenant vivait seul et cela lui valait de nombreuses railleries de la part de ses collègues. Bien que ces plaisanteries soient bien prises par l'officier qui était focalisé sur son objectif, elle le rappelait à l'ordre de Father. Tout cela n'était qu'une mascarade dans laquelle l'Officier Bradley jouait son rôle, il devait être accepté. Lorsqu'ils étaient au marché, ce fut Bonnet qui prit à nouveau la parole, immitant le Colonel Stokes.

« Eh bien les bidasses, je veux que vous vous dispersiez...Lieutenant Bradley, je veux que vous m'établissiez une carte topologique du terrain, et que vous évaluiez la meilleure formation pour trouver ces fichus melons...du nerf, si vous aviez fait 1864 en Aerugo, vous seriez déjà morts ! »


Après une moquerie de plus sur leur supérieurs, ils partirent chacun dans une allée du marché. Bradley marchait avec une énergie militaire, cette histoire de melon était des plus loufoques, mais bon, si elle permettait à Wrath de faire un pas de plus vers ses objectifs...en se frottant à ces étonnants humains. Quel spectacle surprenant que le marché de Central, des camelots hurlant pour vendre leur marchandise, des ménagères énonçant les potins de voisinage à de vagues connaissances, des enfants qui pleuraient et des hommes affairés à porter des commissions. Chacun était un maillon dans la chaîne...aussi insignifiant soit-il...chacun avait son rôle à tenir dans la grande mascarade qui ménerait au jour promis, ils seraient tous mis à contribution, même indirectement. Alors qu'il s'avançait, King vit un marchand qui vendait des melons. Le militaire s'avança vers le vieux monsieur et lui commanda trois melons. Les melons avaient été payés à un prix qui dépassait tous ce qu'on pouvait trouver sur le marché de l'escroquerie...enfin, le marchand n'avait pas omis de préciser à Bradley qu'il ne trouverait pas d'autres vendeur capables de lui en fournir en cette saison. Quelle arnaque ! Cela réveillait la colère qui se trouvait en Wrath. Fort heureusement pour cet homme, l'homonculus avait été formé à contrôler les pulsions de son péché. Une maîtrise qui lui permettait de remplir son rôle à la perfection et qu'il ne relâchait que lorsque la situation l'exigeait. King prit alors le sac contenant les précieux fruits et se dirigea d'un pas militaire vers la sortie du marché. L'officier ne remarqua pas la jeune femme qui portait également ses commissions et qu'il percuta de plein fouet, projetant ses sacs et elle même au sol. Le Lieutenant Bradley eut juste le temps d'utiliser son adresse hors-norme pour saisir la jeune femme par la taille et l'empêcher de tomber. Tout se passa comme au ralentit, la jeune femme avait à peu près l'âge de King et ses longs cheveux châtain tombaient sur son dos, un très joli visage qu'une expression apeurée ne faisait qu'embellir. Alors qu'elle se relevait, totalement confuse elle prit la parole.

"Je...je suis vraiment désolée monsieur, j'étais distraite, je marchais et...je ne vous avais pas vu."

Après quoi, le militaire hocha de la tête en s'excusant à son tour mollement. Il ne sut dire ce qui se passa dans son esprit, mais il sut que c'était elle. En l'esprit de l'homonculus, quelque chose s'était réveillé, une volonté puissante qu'il assimila à son péché. L'officier lui proposa aimablement de la raccompagner chez elle et de l'aider à porter ses commissions.

"Bien sûr, par contre, je suis vraiment désolée pour votre calot..."


King n'avait pas vu que, durant l'opération, son calot était tombé au sol et était souillé par la boue. Pendant qu'il saisissait les commissions, la jeune femme avait pris son calot et tentait d'en chasser la boue incrustée. L'homonculus emboîta alors mécaniquement le pas de celle qui deviendrait sa femme et apporta ses courses jusqu'à sa maison. Ce fut sur le pas de la porte qu'ils se présentèrent l'un à l'autre. La jeune femme semblait toujours ennuyée d'avoir salit le calot de l'officier.

"Bien, je vous remercie. Pour me faire pardonner, je vais laver votre coiffe...vous n'aurez qu'à venir la chercher plus tard. J'espère que cela ne vous ennuiera pas trop. Mon nom est Nora...je suppose qu'on peut vous joindre à la caserne ?"


Bradley fut quelque peut déconcerté face à une telle gentillesse, lui qui n'avait vu jusqu'à présent que des gens vociférant lorsqu'ils se bousculaient se trouvait maintenant face à la gentillesse incarnée. Mais cette rencontre avait été différente des autres. Étrangement, l'officier avait su que ce serait elle et il sentit directement que cette attirance était réciproque.

"Lieutenant King Bradley, du deuxième régiment. Malheureusement, vous ne pourrez probablement pas me joindre car je n'ai pas de bureau à moi..."


Présentation formelle et maladroite qui fit sourire la jeune femme qui s'empressa de lui donner son numéro de téléphone, alors qu'elle rentrait chez elle en le saluant. King n'avait pas remarqué que ses deux camarades se trouvaient à quelques mètres de lui, pouffant comme des adolescents.

"Alors, Lieutenant, vous ne nous avez pas tout dit...elle est canon ta nouvelle copine...et tu as trouvé ces foutus melons. Tu aurais pu nous prévenir...c'était chiant comme la lune ce marché."

Les hommes rentrèrent au QG et rapportèrent les melons au Colonel tyrannique. Les jours se succédèrent alors...Wrath ne put s'empêcher de penser à cette Nora qui avait tous les critères pour correspondre à cette femme qu'il cherchait et qu'il devait apporter à son plan pour satisfaire Father et le Généralissime idéal qu'il espérait pour Amestris. Bradley hésita quelques temps, puis il rappela cette jeune femme et réussit à l'inviter au restaurant, ne cherchant pas à analyser cette sensation étrange qu'il avait dans le corps lorsqu'il appelait la jeune femme...comme...un nœud dans l'estomac. Si tout était mécanique dans le plan, il ne pouvait pas prédire des réactions d'une humaine. Nora accepta l'invitation, aussi il revêtit son plus beau costume pour la rejoindre dans un restaurant moyen de Central.
La soirée s'enchaîna alors, une longue soirée durant laquelle il ne vit pas le temps passer. Une soirée durant laquelle il découvrit une jeune femme terriblement gentille et respectueuse, qui, en plus d'être belle comme la rosée du matin, possédait cette innocence qu'il n'avait jamais eu. Elle fit la conversation la plupart de la soirée, parlant d'elle, de ses aspirations, de la vie modèle que voulaient ses parents pour elle et qu'elle n'avait pas. Écouter, Wrath savait faire, et la soirée se passait plutôt bien jusqu'à présent.

"Et vous, King, quelles sont vos ambitions dans l'armée ?"

"Eh bien, je compte devenir Généralissime d'ici une dizaine d'années."

La réponse fut laconique, et Nora parut surprise, totalement abasourdie par une réponse. S'en suivit un rire sincère et intense de la jeune femme. Ne sachant comment réagir, l'officier rit aussi, il avait vite appris les mécanismes de l'humour même si cela restait quelque chose de circonstance et de totalement feint. Puis vint ensuite une autre discussion durant laquelle Nora lui confia ne pas avoir de fiancé.

« Et vous, King, avez-vous une fiancée ? »


Et là, l'homonculus se rendit compte qu'il se retrouvait totalement désemparé face à une telle question. On lui avait appris à s'intéresser et à résoudre des questions d'ordre public pour œuvrer pour le pays mais jamais à répondre à des questions de l'ordre de l'affect. Qu'étaient ces sensations ? Qu'étaient ces choses qui se passaient à l'intérieur de lui ?

« Euuuh...non, pas pour le moment. »

Une réponse qui aurait pu sortir de la bouche d'un adolescent. King Bradley, Lieutenant ayant participé dès le début de sa carrière à un conflit et ayant officiellement perdu un œil mais aux états de service exemplaire avait du mal à répondre à une question. Une question, un enchaînement de mots qui titillaient l'esprit de l'homonculus. Il n'était pas prêt à avouer que cette jeune femme lui plaisait bien et qu'elle l'inspirait, gentille, attentionnée. La soirée se termina admirablement. Et ce fut sur le chemin du retour que Bradley se rendit compte qu'ils avaient payé chacun leur part...une maladresse qui était délétère dans la plupart des cas. Et si elle ne revenait pas ? Et s'il ne réussissait pas à la revoir ? Il ne l'avait même pas racompagné.
Les rendez-vous se succédèrent, King ne lui amena des fleurs qu'au bout du cinquième, elle lui mit une giffle lorsqu'il lui demanda son âge mais il réussit à rattraper la chose en lui offrant une boîte de chocolat. Les entrevues durèrent plusieurs mois jusqu'à leur premier baiser, puis la demande de King à ses parents. Ils furent fiancés un an puis se marièrent.
Aujourd'hui encore, lorsque le Généralissime médite au sommet du QG de Central, il ne peut s'empêcher de penser à sa femme. Celle qui fut toujours là pour lui. Et si elle avait dit non ? Elle lui apprit à aimer les humains et à se mêler à eux, elle constitue le seul choix qu'il eut dans sa vie...une sorte d'exception qui lui permit de se rapprocher des humains et de ce qu'est l'amour. Nora Bradley est la seule personne qui réussit à lui ouvrir la porte du monde des humains. Qu'était ce sentiment qui lui conférait l'engoisse de ne pas revoir la jeune femme ? A presque soixante ans, il trouve toujours cette femme aussi envoûtante, la gentillesse incarnée, malgré son statut d'homonculus, elle est tout ce qu'il a et il serait capable de tuer pour elle...tuer en dehors du plan même. Elle est sa famille...une part résiduelle d'humanité qui lui fit découvrir l'affection et peut être même un échantillon de ce que les humains appellent l'amour...

HRP : pour des raisons scénaristiques, j'ai pris la liberté de prénommer Mrs. Bradley Nora, choisissant un prénom qui va bien avec le style et l'époque de FMA. Je conserverai cela durant mon RP.
Mon avatar est en cours de réalisation, il sera bientôt prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Clothilde Laysawer
Alchimiste Médecin Général des Armées

avatar


MessageSujet: Re: Examen Personnage Prédéfini King Bradley   Sam 25 Jan - 6:13

Exellent Rp, je valide ^^ J'ai été bien amusée !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Examen Personnage Prédéfini King Bradley   

Revenir en haut Aller en bas
 

Examen Personnage Prédéfini King Bradley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Examen Personnage Prédéfini Ling Yao
» Modèle de Personnage Prédéfini
» Fiche de personnage prédéfini
» Personnage prédéfini : Arisa Endô (prédéfini libre)
» Création d'un personnage prédéfini!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal Alchemist RPG :: Accueil :: Présentoir :: Examens :: Examen de personnage Prédéfini :: Examens Réussis-