Mission à Sorrow, dans le Nord-Est



 
Le forum va bientôt subir de grands changements ! Restez connectés ! /sbaff/

Partagez | 
 

 Mission à Sorrow, dans le Nord-Est

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Mar 28 Jan - 17:28

Mission à Sorrow, dans le Nord-Est

With Edward


Al regardait le paysage défiler. Il était pensif et ne s'était toujours pas décidé à parler malgré les sermons multiples d'Edward.
Ils étaient en route pour Sorrow, une ville dans le Nord-Est d'Amestris pour il ne savait quelle mission. Mustang avait un côté sacrément sadique tout de même, dépêcher son frère alors que ce dernier venait à peine de rentrer de mission c'était vil, très vil de sa part. En plus, cet homme avait la fâcheuse tendance à remuer le couteau dans la plaie, encore et encore. Alphonse, qui pourtant n'était pas de nature rancunière, avait une dent contre le colonel. Mais il se gardait bien de la faire remarquer au contraire de son grand frère qui râlait sans cesse.

Ses pensées le portèrent jusqu'à May, cette petite étrangère qu'il avait rencontré dans des circonstances peu envieuses. Il soupira de contentement. Ce visage si doux, ce sourire magnifique... Il était amoureux. S'il avait pu rougir, Al serait sûrement aussi écarlate qu'une tomate en ce moment même. Mais à quoi bon s'inquiéter, personne ne pouvait deviner ce qu'il pensait et ce soupire pouvait très bien être une preuve de sa joie d'aller à Sorrow... Non, peut-être pas en faite...

Enfin. la grande armure détache avec regrets son regard de la fenêtre pour le poser dans le compartiment vide du train. Pas un chat, c'était à croire que la ville était fuit comme la peste elle même. Était-ce donc si grave ce qui se passait là bas ? Il n'espérait pas...
Toujours aussi pensif, le cadet Elric eut une autre absence, plus longue cette fois.

Il flottait dans le vide, réfléchissant encore et toujours. De cet espace blanc, il n'en tirait que des migraines insoutenables et des peurs inavouables. Secrets bien gardés, trop bien même, il encaissait sans se plaindre les multiples émotions qui l'envahissaient. Il fallait vraiment qu'il en parle à Edward mais il ne voulait pas inquiéter plus que ça son frère. En même temps, ne pas lui dire reviendrait à trahir la confiance qu'ils avaient entre eux.

Mais... Ed ne lui disait pas tout non plus, enfin, c'est ce qu'il croyait... Le dialogue avait toujours été plus ou moins difficile entre les deux frères bien qu'ils se disaient beaucoup de chose. L'un était renfermé et l'autre trop orgueilleux pour dire quoi que ce soit.

Lorsqu'il revint à lui, Alphonse était un peu déboussoler. il fallait dire que ces absences devenaient vraiment de plus en plus fréquentes et il avait peur de perdre Edward à jamais. Il ne voulais pas rester dans les limbes de son esprit, pas pour l'éternité. Il en avait marre d'être en permanence confronté à la solitude et à un pseudo-désespoir, il devait se reprendre et lutter.
La grande armure vide regarde un instant le jeune homme en face d'elle. Il avait une apparence presque frêle et pourtant une masse impressionnante, mais fine, de muscles se dissimulait sous ces vêtements aux couleurs mornes.

- Ed ? demanda-t-il en murmurant, comme si le silence était roi, comme s'il ne devait pas être brisé. Pourquoi va-t-on à Sorrow ?

De part cette question, il espérait distraire l'esprit de son frère et ainsi éviter les questions trop stressantes pour l'aîné Elric. Il était l'ange gardien du Fullmetal, le figurant de second plan, suivant le héros sans râler.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric
Fullmetal Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Jeu 30 Jan - 7:19

Edward avait épluché le dossier dans tous les sens. Bon, il y allait avoir de l'action, au moins il ne s'ennuierait pas, enfin, il aurait aimé se reposer un peu. Il le ferait à l'hôtel cette nuit. À vrai dire, le blond se serait bien reposer un peu dans le train. Mais décidément les banquettes n'étaient pas confortables. Et il avait assez souvent mal au bassin et au dos. De plus, il s'inquiétait pour son frère, cela l'empêchait un peu de dormir.

Il laissa son regard doré se perdre dans la contemplation du paysage quand un soupir heureux lui parvint aux oreilles... Pardon ? Qui était heureux ? Il n'y avait que son frère et lui dans ce wagon. Il regarda alors Alphonse, ce visage inexpressif, cependant Edward connaissait le moindre des soupirs de son frère. Joyeux, triste, ennui. Mais jamais un comme ça. Sans compter la gestuelle. Il n'arrivait pas à mettre le doigt sur le sentiment qu'exprimait ce soupir, mais certainement pas de la tristesse.

Demandé à Alphonse serais le plus simple bien sûr. Mais s'il se trompait, il aurait l'air d'un idiot. Le jeune alchimiste regarda toujours son frère qui observait le wagon. C'est vrai, c'était inquiétant qu'ils soient les seuls. Il continua de l'épier, son frère ne semblait pas se rendre compte qu'il était le sujet d'une intense observation de la part du plus petit. C'est là qu'il vit les yeux rouges s'éteindre.

¤ Encore ¤ Pensa Edward. ¤ Mais ou vas t-il comme cela ? Est-ce qu'il perd conscience ? S'endort-il ? Où est-ce que son corps et son esprit rappellent son âme à eux ? ¤

Naturellement, Si Edward n'avait jamais rien dit, ce n'était pas la première fois qu'il voyait ce phénomène de plus en plus long.

¤ Il faut que je me dépêche de trouver une solution. À Sorrow, il y a un libraire, qui parait li vend des ouvrages rares. J'espère y trouver quelque chose sur la pierre. J'espère qu'il est toujours ouvert vu tout ce qui s'y passe en ce moment ¤

Edward espérait vraiment que ce qu'il y avait dans le dossier était exagérer. Ha enfin Alphonse revenait à lui. Le blond allait lui demander de lui parler de cette absence, mais son petit frère le devança.

Alphonse Elric a écrit:
- Ed ? demanda-t-il en murmurant, comme si le silence était roi, comme s'il ne devait pas être brisé. Pourquoi va-t-on à Sorrow ?

Edward soupira, mais répondit malgré tout. Il avait bien vu que son frère changeait de sujet constamment.

- Il y aurait une bande organisée qui fait des pillages et des agressions. Il y a eu des soldats d'envoyer, mais rien n'y fait. On doit les arrêter.

Voilà, il avait répondu, il s'accouda au chambranle de la fenêtre et mit son menton dans sa main. Regardant le paysage assez triste d'une région froide mais pas neigeuse. C'était sans doute très joli en été. Sans lâcher le décor des yeux, il posa enfin sa question

- Quand comptes-tu me parler de tes absences Alphonse ?

C'était tomber comme une enclume dans de l'eau. Mais le blond perdait patience. Il était connu pour ce manque. Mais sur certains sujets, il savait attendre, et même très longtemps. Mais à un certain moment fallait que ça sorte quand même. Est-ce que son frère allait de nouveau se dérober ?
Revenir en haut Aller en bas
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Ven 31 Jan - 16:42

Mission à Sorrow, dans le Nord-Est

With Edward


Alphonse essaya de paraitre intéressé par ce que disait son frère. Des problèmes, des meurtres, c'était le pain quotidien de l'alchimiste Fullmetal. Parfois, il se demandait comment faisait son frère pour supporter tout cela. Lui aurait déjà explosé depuis longtemps. Certes, il accompagnait son ainé en mission mais il n'était jamais vraiment en face des problèmes majeurs. Il était le second rôle, le personnage qui s'effaçait devant le héros.

Mais la grande armure, pour une fois, était bien le centre de l'attention du Fullmetal. En effet, ce dernier posa la question que al voulait à tout prix éviter. Raté semblait-il, son grand frère était vraiment très perspicace... ou alors c'était lui qui était trop transparent ? Quoi qu'il en soit, il se crispa et eut le geste nerveux de serrer les poings et de détourner le regard. Il resta dans le silence, essayant de choisir avec intelligence les mots qu'il allait utiliser.

Il ne servait à rien de repousser l'échéance, de toute façon, le sujet était lancé et l'éloigner ne ferrait que mettre de l'huile sur le feu. Il était des choses qui ne s'oubliaient pas vite, surtout lorsque c'était Edward qui les posaient. Il était du genre tenace, mais vraiment. Têtu et bourrin mais inquiet pour son cadet, preuve irrémédiable des liens de famille qui les unissaient malgré leur enfance quelque peu chamailleuse. Mais le ramener sur le tapis ne servira à rien.

Pourtant, Al ne voulait pas parler, c'est comme si une force le retenait de lâcher ces mots. Inquiétude inutile pour son frère qui se faisait des cheveux blancs avant l'âge... Dériver sur un sujet sensible ? Comme Winry ? Le cadet Elric avait remarqué que son frère était quelque peu étrange lorsque le nom de Winry apparaissait dans une discussion, oh bien sûr, il était bon acteur, meilleur qu'Alphonse, et le cachait mais la grande armure était observatrice.

Cela devait faire un long moment que le silence s'était fait après la demande d'Edward. Al avait gardé silence sans pour autant s'être encore perdu dans une absence. Il tremble, ses poings se serrent plus et sa tête se baisse. En plus des bruits du train, on pouvait entendre dans le wagon une armure qui tremblait, comme si elle voulait pleurer, acte impossible étant dépourvue de glandes lacrymales.
Sa punition pour avoir voulu ramener sa mère était bien un lourd fardeau à porter, mais moins que celui d'Ed.

Le jeune Al se jette à l'eau. De toute façon, soit c'était maintenant soit c'était à un autre moment mais le sujet était inévitable. Bien trop pesant et grave pour l'effacer facilement de la mémoire d'éléphant du blond en face de lui.

- Je... murmure-t-il, les mots peinaient à sortir. Je comptais t'en parler bientôt...

A d'autres ! S'il avait pu, il aurait évité le sujet encore et encore. Il ne pouvait pas en parler, car cela inquiéterait encore Ed et il n'avait pas besoin de ça. Trouver la pierre était tout ce qui comptait, récupérer leur corps aussi. Alors des problèmes aussi anodins n'avaient pas leur place ici. Mais peut-être que justement, il ne positionnait mal l'ordre des choses ? Peut-être que ses absences étaient bien plus graves que ce qu'il ne voulait croire ?

- Désolé Edward... Mais... Je ne sais pas... J'arrive pas à en parler, j'ai peur. Peur de te perdre pour toujours, peur de devoir rester dans cet espace blanc, il relève brusquement la tête et fixe Edward, le regard suppliant, du moins c'est ce qu'il voudrait avoir, je ne veux pas rester seul, j'ai besoin d'aide ! Edward, je ne sais pas ce qu'il se passe !

Voilà qu'il était complètement paniqué.

- Mais... Non, ne t'en préoccupe pas, tu n'as pas besoin de porter ce fardeau, laisse le moi, je ferrais avec, je trouverais la solution. Garde le regard sur ton objectif... Et puis, nous arrivons, finit-il pour clore la discussion qu'il ne voulait vraiment pas continuer.

Mais combien pouvait-il parier qu'il passerait encore à la casserole dans un temps proche ?
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric
Fullmetal Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Mer 5 Fév - 11:11

Edward se leva brusquement et prit entre ses mains la tête de son frère. Il ne la retira pas bien sûr. Mais il voulait être sûr qu'il le fixait.

- Alphonse ! Calme-toi. Tout va bien. Ok ? Je trouverais la pierre et tu ne retourneras plus dans cet endroit ! Plus jamais de la vie ! Quand tu sens que tu pars fixe-toi sur moi, ou sur l'un de nos proches ! Accroche-toi-y ! Je ne t'abandonnerais pas ! Jamais !

Il se rassit et croisa les bras. C'est bien ce qu'il pensait. C'était sans doute le début d'un rejet de l'âme. Cependant, Alphonse était un cas unique de transfère d'âme aillait réussi et surtout qui soit toujours aussi bien accrocher après cinq ans. Mais l'important était de rassurer la grande armure. Son frère avait peur, et à vrai dire, lui aussi. Mais il ne valait mieux pas le montrer ou le dire à son petit frère. Sinon celui-ci s'inquiéterait encore plus. Et niveau inquiétude l'un comme l'autre, ils ont déjà de quoi faire.

Cependant, Edward se devait de lui parler de ses craintes. Il n'avait pas le choix sinon Alphonse allait continuer à prendre sur lui et a paniquer tout seul. Autant paniquer à deux, non ? Le blond inspira donc puis soupira.

- Alphonse, ce n'est qu'une théorie, alors ne t'alarme pas. J'ai lu des livres... Ne me regarde pas comme ça ! Tu sais bien que je lis tout le temps ! Bon donc je suis tombé sur un livre qui parlait du transfert d'âme. À parement, les âmes ne s'accrochent pas bien aux objets sur les quel, on les fixe. Et l'âme quitte son support. Je crains sur ton corps et ton esprit n'appelle ton âme. Ce serait donc une sorte de rejet de l'âme. Cependant, tu es si j'en crois les écrits, le transfère le mieux réussi jusqu'à présent. Donc voilà mes conclusions. Il se pourrait que tu rejettes l'armure qui te serre de corps.


Voilà, c'était dit. Il lui avait expliqué. Le rejet d'âme était à vrai dire la première inquiétude d'Edward. Edward qui ferait n'importe quoi pour son unique petit frère tant aimé. Cependant à part trouver cette foutu pierre, il ne savait pas comment faire, donc s'instruire, et accepter toute les missions de Mustang qui l'envoyait aux quatre coins du pays avait leur utilité. Même si Alphonse lui semblait croire que le blond avait besoin de repos. Remarque, il est vrai que le garçon avait besoin de se reposer. Ses muscles étaient continuellement mis à rude épreuve, le faite qu'Edward puisse s'endormir n'importe où lors des temps calmes reflétait la grande fatigue qui l'accablait et qu'il se forçait à ignorer. Les auto-mails retardaient sa croissance, c'était un fait, mais le faite de ne jamais se reposer correctement aussi.

La discussion étant close le blond fini par s'assoupir, mais contre son frère cette fois-ci, aillant changer de place plus tôt.

Ainsi, le silence fut roi. Le sifflet du train réveilla environs une trentaine de minutes plus tard le blond. Il s'étira, mit ses mains sur ses reins et les poussa vers l'avant faisan craquer ses articulations en grimaçant. Il laissa Alphonse prendre sa valise et ils descendirent sur le quai...

Un ange passe... Ou plus tôt un pigeon passe et rentre dans la grande horloge casser de la gare.

- C'est quoi ce bled ?

La gare semblait désaffectée, comment des trains pouvait-il arriver jusqu'ici ? Les commerces étaient fermés, et des tags grocié ornait les devantures casser à moitié dépouiller de leur marchandise. Sans compter ce vent froid qui arrivait de l'ouverture béante qui permettait aux trains d'arrivé et de partirent. De plus dehors ça se couvrait et un orage grondait au loin.

- On ferait bien de se trouver un motel en vitesse avant d'être tremper.

Sur ces bonnes paroles, il entraina son frère à sa suite à la recherche d'un motel.
Revenir en haut Aller en bas
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Mer 5 Fév - 17:19

Mission à Sorrow, dans le Nord-Est

With Edward


Son frère, son grand frère, sa seule famille. Il essayait de le réconforter d'une manière bien à lui, sans réelle délicatesse. Mais un Edward doux c'était un Edward malade, ou presque.

- Alphonse ! Calme-toi. Tout va bien. Ok ? Je trouverais la pierre et tu ne retourneras plus dans cet endroit ! Plus jamais de la vie ! Quand tu sens que tu pars fixe-toi sur moi, ou sur l'un de nos proches ! Accroche-toi-y ! Je ne t'abandonnerais pas ! Jamais !

Oui, il était si paniqué, si affolé, son coeur aurait battu à grande vitesse, sa respiration se serait faite si rapide, mais il n'était qu'un corps de métal, une chose, un objet pour protéger un corps de chair. Le Fullmetal, après son discourt qui se voulait réconfortant, du moins c'est ce que comprenait Alphonse, retourna s'assoir. L'armure était silencieuse malgré ses tremblements incessants. Elle avait peur, Al avait peur de ce qui pouvait se passer. Car ni lui, ni son frère ne savaient réellement ce qui se passait.

Le temps passa, long ou alors très court, mais le jeune garçon qu'il était ne comptait plus les minutes qui devenaient heures et les secondes minutes. Il voulait profiter du temps, car il ne savait pas combien il lui en restait. Il le pressentait, quelque chose n'allait pas en lui, quelque chose le tirait sans cesse, un vortex intérieur l'aspirait vers cet endroit blanc. Non ! Non ! Il devait rester avec Edward, il voulait rester ici !

Al prend sa tête entre ses mains, trente secondes, ils s'était écoulé seulement trente secondes depuis les paroles de son frère. Mais pour lui, c'était comme si une demi heure venait de passer. Soudain, son grand frère soupir. Interpellé, le cadet lève le casque qui lui sert de tête et observe l'adolescent en face de lui.

- Alphonse, ce n'est qu'une théorie, alors ne t'alarme pas. J'ai lu des livres... Ne me regarde pas comme ça ! Tu sais bien que je lis tout le temps !

Comment ça ne me regarde pas comme ça ? Tirait-il une tronche d'ahuri bien que ce soit peu probable ? Peut-être qu'il avait inconsciemment écarquillé les yeux ? Bien sûr que oui il savait que son frère lisait ! Il lisait même trop à son goût, mais bon, on ne changeait pas les vieilles habitudes.

- Bon donc je suis tombé sur un livre qui parlait du transfert d'âme. À parement, les âmes ne s'accrochent pas bien aux objets sur les quel, on les fixe. Et l'âme quitte son support. Je crains sur ton corps et ton esprit n'appelle ton âme. Ce serait donc une sorte de rejet de l'âme. Cependant, tu es si j'en crois les écrits, le transfère le mieux réussi jusqu'à présent. Donc voilà mes conclusions. Il se pourrait que tu rejettes l'armure qui te serre de corps.

Vrai, cela pouvait être si vrai ! Mais Al espérait que son frère se trompe, sincèrement. Car si ce qu'il expliquait s'avérait être véridique, cela voulait dire que la grande armure qu'il était n'était qu'une sorte de bombe à retardement ! Il avait raison, il ne lui restait que peu de temps. Et ce temps était précieux ! Il ne fallait pas le gâché en peurs futiles et en paniquant, non, il fallait le vivre pleinement.

Il observe son frère qui s'était assoupit, appuyé sur lui. Le jeune Alphonse sourit intérieurement. Son frère dormait toujours beaucoup mais cela se comprenait, il n'avait jamais vraiment l'occasion de se poser et de se reposer vraiment. Toujours en cavale à droit et à gauche. Alors il fallait bien que de temps à autre il ferme les yeux pour accueillir Morphée. Il se passa une petite demi heure, le temps étant redevenu comme avant pour le cadet Elric, avant que le son d'un sifflet ne vienne rompre le silence. Ed s'étire, faisant craquer ses articulations, une chose qu'Al n'aimait pas du tout mais il se gardait bien de le faire remarquer.

L'armure prend l'unique valise qu'ils avaient pour bagage et descend du train. Déserte, morte, la ville était fantomatique. C'en devenait effrayant. Un oiseau passe, le vent siffle et de gros nuages noirs recouvraient le ciel du soir.

- Grand frère... T'es sûr qu'on est bien à Sorrow ? Je l'imaginais plus... vivace moi, dit-il, seuls mots prononcés depuis un petit moment.

La panique était toujours là mais elle était dissimulée par la réflexion et le questionnement. Où étaient donc les habitants de cette ville ? Mais il n'eut pas le temps d'en demander plus, en effet Ed semblait pressé de trouver un endroit où passer la nuit. Un orage semblait arriver et il comprenait parfaitement son frère qui n'avait sûrement aucune envie d'être tremper.

Il le suivit donc dans la ville déserte jusqu'à ce qui devait être un hôtel, du moins ça s'en rapprochait grandement. Alphonse se baisse pour entrer dans le bâtiment qui n'était visiblement pas vraiment entretenu. Il avait tout intérêt à cuisiner pour son frère s'il ne voulait pas que ce dernier ne refasse une intoxication alimentaire vu l'état des lieux.

Un vieille homme, à l'allure frêle et malade -Al en eut pitié- les réceptionna. Rapidement, sans grande discussion ni cérémonie, ils eurent une chambre d'attribué au second étage. Montant avec précaution l'escalier qui grinçait sous sont poids, Al se dirigea vers la dite chambre. Au fond d'un couloir sombre, que de clichés ! Enfin bon... La grande armure y entra et posa sur une table la valise avant d'aller s'assoir sur le canapé et de regarder le vide.

- C'est bizarre quand même, cette ville presque fantôme, lança-t-il comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric
Fullmetal Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Jeu 6 Fév - 11:09

Edward s’assit sur le lit et un crac suivi d’un boom. Il était passé à travers. Le sommier avait lâché.

- MERDE ! Al ! Un coup de main !

Le s’il te plait était bien sur dis avec le regard. Une fois remit sur pied, le blond frappa dans ses mains créant le cercle alchimique puis les appliqua sur le lit, le remettant à neuf. Puis il s’allongea sans douceur dessus.

- On va attendre que la nuit et l’orage passent. Punaise, je hais l’orage…

Le garçon retira chaussures et manteau et croisa les mains derrière sa tête fermant les yeux. Enfin, il se rendormit.

Il faisait chaud et sombre, c’était un soir d’orage. Le vent fouettait les murs du petit hangar qui servait à son père à entreposer diverse chose. Là ou lui et son frère apprenaient l’alchimie. Et en parlant d’alchimie celle-ci était à l’œuvre, tout aurait du bien se passer, mais rien ne c’était passer correctement. Cette chose qui le fixait… Le tonner gronda….

Edward se réveilla en sursaut avec un cri. Il était en débardeur et en caleçon, son frère avait dû le déshabiller. Il resserra ses bras autour de lui encore tremblant. Il l’avait vu. Encore. Est-ce qu’il n’aurait jamais de nuit de repos ? Son péché allait-il continuer à le hanter encore longtemps. Certes, cela le motivait encore plus à retrouver le corps d’Alphonse. Mais de la a ne pas pouvoir se reposer. Il se sentait soudainement très seul. Plus qu’il ne l’avait jamais été. La présence de son frère était si froide. Mais également rassurante. Il n’y avait qu’un seul lit ici. Il tourna la tête vers Alphonse et le regarda, assit là par terre. Il se leva, prit la couverture et vain se mettre contre son frère. S’enroulant dans le tissu chaud pour s’isoler du froid e l’armure. La position n’était pas confortable, ses pieds dépassaient, mais il s‘en fichait. Il avait besoin de son frère. Ce genre d’action était rare. Mais cela faisait qu’il se rappelait que l’un comme l’autre n’était pas des adultes.

Edward ne bougea plus de la nuit, se reposant enfin. Ici, ses peurs ne l’atteignaient plus, et l’affreux bruit du vent non plus.

Le lendemain Edward s’étira, fit craquer ses os du a la position. Puis il se lava, régla un petit problème masculin qui l’enquiquinait chaque matin depuis bien deux ans maintenant, s’habilla et enfin descendit en bas en entraînant Alphonse

- Tu as passé une bonne nuit Al ? Tu as eu des absences ?

Arriver dans ce qui servait de salle de restaurant, autant le dire, le petit déjeuné ne faisait pas envie. Le blond fronça le nez dégoutter par l’aspect de la nourriture. Le vieil homme lui apportant du lait ce qui fait encore plus grimacer le blond.

Vielle homme : vous ne….ne devriez pas sortir aujourd’hui… La tempête a causé de gros problèmes…

- Nous sommes les seuls « touristes » ?
Revenir en haut Aller en bas
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Jeu 6 Fév - 15:45

Mission à Sorrow, dans le Nord-Est

With Edward


Alphonse sursaute en entendant le hurlement de son frère. Il se lève avec précipitation et va sortir Edward du pétrin dans lequel il s'était mit avec la délicatesse d'un éléphant. La surprise passée, il explose de rire et se laisse lourdement tomber sur le sol, faisant ainsi résonner son armure vide. C'était si comique ! Le grand Fullmetal qui se retrouvait dans une situation pareille ! Trop drôle ! D'ailleurs, son frère retransmuta un lit plus solide et s'y allongea sans douceur.
Al riait toujours, si fort que ça résonnait sûrement dans tout le couloir. Il mit plusieurs minutes à se calmer.

Il se redresse alors et vient s'adosser au lit, le regard songeur. Ed venait de s'endormir après avoir râlé sur le mauvais temps. Lui non plus m'aimait pas, ça lui rappelait ce jour... Non ! Ne pas y penser ! La grande armure se tourne doucement vers le blond qui dormait. Il commence à enlever le manteau rouge de l'alchimiste ainsi que son pantalon. Quelle négligence pensait-il !
Il soupire avant de retourner à son occupation qui était de ne rien faire, comme toutes les nuits. Le tonnerre grondait.

L'armure frissonna intérieurement, il avait beau être grand et costaud, il avait toujours peur de l'orage... Il se recroquevilla sur lui même, en position foetale, laissant le silence de la pièce envahir les moindres recoins de son armure vide. En plus du tonnerre qui grondait dehors, son frère avait le sommeil agité. il semblait qu'il faisait un cauchemars. Al ne savait pas quoi faire pour le soulager... Il ne pouvait qu'écouter tout en priant un Dieu inexistant.

Soudain, Ed pousse un cri. Alarmé, la grande armure se retourne vivement. Il était à genoux devant le lit, les bras tendus vers son frère qui était recroquevillé sur lui même, tremblant. Al n'avait que rarement vu l'ainé Elric dans cet état, et la plupart du temps ça ne présageait rien de bon. Il resta immobile, laissant le temps à l'adolescent apeuré devant lui de se reprendre.

Edward se lève, couverture sur le dos, et vient se blottir tout contre la grande armure qu'était le cadet. Ce dernier ne bouge pas immédiatement, mais après quelques minutes, une fois sûr que le jeune alchimiste dormait, il saisit délicatement la couverture et la remonta de sorte que tout ce petit corps soit couvert. Il fit ensuite en sorte que la position dans laquelle était couché Ed soit plus confortable.

L'orage continuait de gronder dehors, illuminant par moments la petite chambre. Al ne pensait à rien, il écoutait les respirations calmes et posées de Ed, allongé sur ses genoux. Ah, qu'il voulait dormir, qu'il voulait que ce moment passe vite ! Rester éveillé sans dormir était une torture, une infâme torture ! Il n'en pouvait plus, il ne voulait plus rester seul dans le noir, seul dans la nuit, éveillé...
A la longue, et cela faisait cinq ans qu'il ne dormait plus, il en avait créé une petite mélodie que parfois il chantonnait de sa voix creuse pour se rassurer.

Mais voilà, il n'eut le temps de pousser un seul son que son esprit fut happé vers cette dimension blanche. Il paniquait à nouveau, les larmes, imaginaires, se mirent à couler tandis qu'il marchait dans cet endroit blanc, à la recherche d'une quelconque sortie. Pourquoi refusait-il ce corps d'acier ? Pourquoi refusait-il cette armure salvatrice ?
Son souffle se faisait court et rapide, il paniquait de plus en plus, il avait peur. Tous les pores de son corps imaginaire étaient ouverts, laissant couler à grands flots la transpiration.

- Edward ! Edward ! hurlait-il, mais les mots ne furent que murmurés. Il avait peur, il ne savait pas s'il allait rester dans cette prison blanche, il ne voulait pas. Edward ! supplia-t-il. Puis plus rien...

Ed se réveillait en s'étirant. Al le regarda avant de se lever à son tour et d'aller se poser sur le canapé, songeur. Il laissa le Fullmetal faire ce qu'il avait à faire puis le suivit en bas. Le cadet attendit d'être installé à table pour répondre aux questions de son frère.
Certes, comme toujours, il allait dédramatiser ses aventures nocturnes en essayant de ne pas céder à la panique et en prenant un air ironique, mais il savait très bien que l'enfant en face de lui, enfant de 16 ans au passage, ne tomberait dans dans ce semi-mensonge grossier.

- Hé bien... Comme toutes les nuits grand frère, calme et paisible, dit-il en feignant un ton enjoué.

Puis il devint un peu plus sérieux et se tassa sur lui même.

- Si... Juste une toute petite, murmura-t-il si bas qu'il doutait qu'Ed l'entende.

Le vieil homme qui tenait l'hôtel miteux arriva et leur conseilla de ne pas sortir. La tempête, qui était en faite le gros orage d'hier soir, avait fait des ravages considérables. Mais était-ce la seule raison ? Al doutait, il était sceptique quant à ce qui se tramait dans cette ville. Il n'avait pas lu le rapport comme Edward et ne connaissait donc pas les détails mais il était assez observateur et intelligent pour comprendre qu'il n'y avait pas que cette tempête qui avait fait des ravages.

Il se leva, l'air grave, et se dirigea vers la porte d'entrée, laissant son grand frère discuter avec le gérant. Il ouvrit la dite porte de bois qui était abîmée avec le temps et découvrir un dehors macabre et effrayant. Des ruines, ou presque. C'était glauque ! On aurait dit qu'il n'y avait plus âme qui vive dans cet endroit depuis des années et pourtant on pouvait y voir certaines récentes activités humaines.
Mais qu'est-ce qui se passait ici ?! L'air était chargé des intempéries d'hier, mais pas seulement, il y avait quelque chose de lourd, oppressant, effrayant. Alphonse tremblait de peur, son armure grinçait doucement, ajoutant à cette atmosphère glauque une mélodie encore plus terrifiante.

- Quelles horreurs se sont passées ici ? chuchota-t-il, choqué mais surtout, et avant tout, apeuré.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Jeu 6 Fév - 18:27

Q.G de Central City. La veille des évènements présents.


Tout commença dans le bureau de l’Alchimiste d’état du vent. La jeune femme qui était le chef de l’équipe était assise derrière son bureau, l’air un peu …. Perplexe. En effet, le colonel était confortablement installé sur son siège lorsque l’un de ses membres de son équipe s’avança avec un dossier en main et lui déposa sur le bois de son plan de travail sans rien dire avant d’aller reprendre sa place pour se mettre au travail. La jeune femme aux cheveux rouges cligna des yeux et tendit lentement la main vers ce fameux bout de carton contenant des feuilles et l’ouvrit doucement pour en prendre connaissance. << Le Nord-est ? … >>

Ce fut les premières paroles qui brisèrent le silence de la concentration de tout le monde. Puis d’un seul coup après un autre moment de silence, la jeune femme se leva de son siège, sans faire le moindre bruit, les feuilles en main et soupira longuement avant de jeter les feuilles en l’air, son visage semblant à une enfant en colère alors qu’elle se mit à hurler << Ils se fichent de moi ou quoi ?! Ce n’est pas à moi d’aller là-bas ! Envoyez plutôt Mustang… Le grand air frais du Nord lui ferait pas de mal à celui-là ! … >> Pendant une bonne dizaine de minutes, la jeune femme continua de maudire les hauts gradés et l’autre colonel qui devait certainement se trouver dans un bureau assez proche pour pouvoir l’entendre. La personne qui lui avait donnée le dossier se leva pour ramasser les feuilles éparpillées un peu partout dans la salle et les déposa de nouveau sur le bureau en regardant son supérieur ronchonner maintenant devant la fenêtre. Il n’était pas rare que la jeune femme hurle de cette façon… Bien qu’habituellement, elle ne rechignait pas à faire une mission. Hélas quand il s’agissait du Nord… Evelyn semblait très contrariée à l’idée d’y passer un séjour là-bas. De plus, il semblait que pour cette mission, elle devrait y aller seule, sans personne. << Non mais c’est vraiment qu’à moi que ça arrive ce genre de chose ! Heureusement qu’on m’envoie pas à Briggs sinon j’aurais donné ma démission direct ! >>

Puis celle qui ne faisait que se plaindre, se retourna pour regarder le peu de personne qui était dans la pièce et plissa les yeux avant d’observer le militaire devant son bureau pour enfin soupirer. Ce dernier pencha la tête sur le côté et d’un ton neutre demanda naturellement. << Vous avez fini Colonel ? >> un long silence s’installa encore une fois et la supérieur hocha la tête comme une enfant qu’on aurait puni avant dire prendre la parole en allant s’installer de nouveau à son bureau comme si de rien n’était << Oui… >>. L’alchimiste d’Etat reprit un paquet de dossier et son stylo et se remit au travail. Voici comment cela se passa au début de cette fameuse histoire. La suite allait être, comme vous l’auriez deviné, pas si bien que cela pour la jeune femme.    

Le lendemain, très tôt dans la matinée, avant le lever du soleil.

En route pour sa mission, la jeune colonel avait gardée sa tenue de militaire et son manteau noir pour aller prendre le premier train. Bien entendu une fois qu’elle arriverait sur place, elle changerait certainement de vêtements afin de ne pas attirer trop l’attention sur elle. Sa mission était simple : Savoir ce qui se passait dans la ville de Sorrow. D’après ce qu’elle avait pu lire, une bande s’amuserait à mettre la pagaille dans la ville et a commettre des agressions. Bien que cela fût très réprimandable par l’armée et la police militaire, la jeune demoiselle de Central, ne comprenait pas pourquoi elle devait s’y rendre. Après tout ce n’était pas son travail d’aller arrêter des voyous de bas étages. Le colonel avait bien mieux à faire ! Mais soit…

Elle ferait cette mission et rentrerait rapidement à Central pour faire son rapport avant de passer à autre chose. Franchement, ce n’était pas son jour et le meilleur aller lui arriver… Enfin façon de parler. Dans le train tout se passa très silencieusement, même trop silencieusement à son goût. Il n’y avait personne dans son compartiment. Seule, elle se demandait pourquoi personne n’allait à Sorrow aujourd’hui. Puis elle se rappela qu’un orage avait eu lieu la nuit. Peut-être qu’il y avait eu des dégâts ?  La réponse n’allait pas tarder à arriver aux oreilles du colonel Evans. Le train en partance pour le Nord- Est s’arrêta brusquement, ce qui fit trembler les compartiments et grincer les rails. La jeune femme aux cheveux rouges se leva alors qu’un des hommes en charge du train arriva pour lui expliquer la situation. << Désolé pour le désagrément, mais le train ne pourras pas aller plus loin. L’orage de cette nuit a fait des ravages et les rails sont complètement hors d’usage… >>  

Evy regarda dehors et vit qu’elle était en pleine campagne. Un long soupir s’échappa d’entre ses lèvres alors qu’elle se tourna pour aller récupérer son sabre déposé sur une banquette et se dirigea vers la sortie la plus proche. << Je vais devoir continuer à pied jusque là-bas. >> Fort heureusement, elle n’était qu’à quelques kilomètres de sa destination. Une fois son katana remit à sa taille et son manteau fermé avec soin et son sac à dos sur l’épaule, elle ouvrit la porte et descendit du moyen de transport pour continuer sa route. L’aube profilait doucement au loin, mais de la brume commençait aussi à pointer le bout de son nez. Décidément que de chance pour notre Alchimiste du vent…

Après deux bonnes heures de marche, elle pouvait enfin voir les premières maisons de la ville. Bien que l’endroit soit complètement ravagé par le passage de l’orage, il avait quelque chose d’autre qui rendait la ville sinistre. Les maisons étaient pour la plupart recouvertes de graffitis en tout genre. Les autres étaient toutes assez amochées par l’intempérie de la nuit et recouverte de bout vers le bas des bâtisses. Marchant doucement en observant le coin, elle put entendre des corbeaux pousser des cris à vous faire glacer le sang.
Puis au bout de quelques minutes elle vit une masse sombre sur le sol pas loin d’elle. Un habitant ? Sans attendre, la jeune femme accourue pour porter assistance à ce malheureux. << Ne vous en faites pas ! Je vais vous aider ! >> Sa main droite agrippa le bras de la personne allongée sur le ventre et tenta sans trop de difficulté à la retourner. Quelques secondes plus tard, on pouvait voir la Taïsa faire un bond en arrière et mettre la main sur le manche de son sabre. << Qu’est-ce que… >> Evelyn s’approcha doucement du corps sans vie et haussa un sourcil avant de shooter du pied le cadavre gisant sur le sol tout en hurlant << Un épouvantail !!! >> Commençant à sentir la colère et surtout la honte d’avoir sursauter en voyant cette chose monte doucement.

La jeune demoiselle grogna avant de reprendre son chemin, quelque peu boueux, à la recherche d’un commerce ouvert ou bien d’un endroit pour se reposer. Tout était parfaitement silencieux… Pas l’ombre de ce fameux gang ou même des habitants. Vraiment très inquiétant. Puis elle vit sur sa gauche une sorte d’auberge… Enfin un bâtiment qui semblait ouvert. Evans s’y rapprocha vit une armure, très belle armure quoi qu'il en sois. Sans y prendre grande attention  elle vit à l’intérieur un comptoir et marcha tel un zombie. C’est qu’elle avait mal aux jambes avec cette petite marche matinale. Et sans un mot, sortis de l’argent pour payer une chambre et un repas. La faim se faisait sentir. Cela lui apprendra de ne pas déjeuner le matin. Puis lentement de nouveau, elle tourna la tête vers un nain aux cheveux blonds. Hum… Se pourrait-il que ? Noooon, elle devait se tromper. Puis elle recula du comptoir pour approcher d’une table afin de déjeuner. Et alors qu’elle allait s’asseoir, la table grinça et finit quelques secondes plus tard par s’écrouler sur le sol…

Franchement ça commençait très mal.  << Vivement que j’en finisse rapidement avec ça… >> Dehors on pouvait de nouveau entendre le bruit des oiseaux macabres et aussi le vent souffler comme jamais. Il se passait quelque chose c’était certain… Mais quoi ?... M'enfin le temps n'était peut-être plus à déjeuner. L'effondrement de la table était un signe qu'elle devait se mettre au boulot. Le reste pouvait attendre. Elle arriva de nouveau vers l’hôte et zieuta le gamin blond qui était là. << Hey petit. Va donc voir l'armure pendant que je discute avec l'hôtelier. C'est une conversation de grandes personnes. >> Puis alors que le colonel allait se mettre à parler avec l'autre homme, un bruit comme des hurlements se fit entendre au loin... Encore ces foutus corbeaux ? Non cela avait l'air humain... Qu'allait-il donc arriver à l'alchimiste d'Etat du vent ? Le gamin allait-il se cacher sous une table ? L'armure allait-elle se mettre à bouger ? L'homme qui gérait l'hôtel faire un arrêt cardiaque ? Cela reste à voir dans les minutes à suivre...

Spoiler:
 


Dernière édition par Evy Evans le Ven 7 Fév - 14:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric
Fullmetal Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Ven 7 Fév - 7:01

Au moment où le blond avait posé sa question, son frère était sorti voir dehors les dégâts, mais surtout une femme très belle était entrée. Très belle, et de très mauvaise humeur apparemment. Et de plus en uniforme militaire et s'il en voyait le grade sur le col de la jeune femme. Un colonel, comme son supérieur. Que faisait un haut gradé ici. Il la regarda s'asseoir dans le but de se restaurer, mais la table lui fit le même coup que pour lui la veille avec le lit et il pouffa de rire discrètement. Enfin le plus discrètement possible. Finalement, elle semblait renoncer à manger et la regarda allez vers le gérant. En même temps quand lui regardait ce qu'on lui avait donné comme nourriture, il se dit qu'elle ne perdait rien.

Edward se leva dans le but de sortir pour trouver à manger dehors, trouver le libraire et surtout évaluer les dégâts et commencer son enquête. Quand ELLE prononça les mots à ne pas dire qu'il entendit malgré qu'il ait franchi la porte.

- QUOI !? QUI EST SI PETIT QUE L'ONT NE LE VOIT MEME PAS ET QU'ON LE PREND POUR UN NOURISSON ????

Oui, il avait réagi au quart de tour et avait pour but de faire ravaler ses paroles à la femme. Heureusement, son frère aussi était réactif. Vexer l'alchimiste parti donc dehors enjambant un petit arbre qui c'était échouer là.

Grognant de colère, il partit donc à la recherche de ce qu'il désirait et surtout des bandits qui auraient exterminé des militaires... Non Mustang n'avait pas osé tout de même ? Et si cette femme lui était envoyée en renfort ? Peux importer, elle lui avait trop mal parlé, qu'elle se débrouille cette pimbêche.

- Al ! Ce village fout les chocottes tu ne trouves pas....

Il se retourna vers son frère la mine sombre et leva les mains comme quand ils étaient petits.

- Il y as peu être des Zombie....

Continua-t-il avec un air effrayant. Puis satisfait de la réaction de son frère, il se retourna et poussa un hurlement sur aigue et tomba en arrière dans la boue. Une vielle femme ressemblant à un zombie armée d'un balai était arrivé derrière eux. Elle continua son chemin sans les voir.

- Fli... Flippant !

Déclara le blond la main sur le cœur encore haletant. Non mais ils étaient tous comme ça ici ? S'il y avait encore des bandits, ils devaient se cacher vu les être qui vivaient ici. Cet endroit lui donnait de plus en plus froid dans le dos. Et pour confirmer une nuée de corbeaux étaient perché sur les toits des maisons et croissait d'une façon très lugubre.

- Brrrr, on en finit vite avec cette mission et on se casse fissa.

Il fallait l'avouer, le blond avait les chocottes ici. Il se releva, et nettoya ses vêtements à coup d'alchimie. Puis sorti un papier où il avait énuméré les endroits où aller d'après le dossier que Mustang lui avait remis.

- Bon, le mieux est de commencer par le centre-ville... Mais je crois que l'on y est en fait.

La petite place ronde cerner de maisonnette décrépite, tout autant que les propriétaires d'ailleurs, procédaient en son centre une fontaine couverte de lierre qui représentait un ange aux ailes casser. Et c'était peux dire, les ailes reposaient dans le bac ou aurais dû se trouver de l'eau. À la place de la boue. Quelque habitant jeune et moins jeune avec ce même air absent nettoyait lentement, mais surement les dégâts causés par la tempête. L'air était vraiment lourd. Le vent porta aux pieds du garçon une affichette, il la ramassa. C'était un avis de recherche. C'était marquer dans le dossier qu'il y avait de temps à autre des disparitions.


Dernière édition par Edward Elric le Ven 7 Fév - 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Ven 7 Fév - 15:21

Mission à Sorrow, dans le Nord-Est

With Edward


Immobile comme il devait l'être normalement, Al fixe le vide de la ville. Une jeune femme passe et entre dans l'hôtel. Elle ne semblait pas avoir fait réellement attention à lui et c'était mieux ainsi. Il soupire légèrement et son regard dérive sur les corbeaux nichés sur le toit d'un maison. Ils chantaient leur chanson de mort, joyeusement tout en faisant cogner leur bec sur les tuiles d'ardoise. Effrayant ! Si lugubre...

Edward profita de cet instant pour sortir. Il semblait bougon et énervé. Pourquoi ? Une chose qu'il devra demander plus tard. Enfin non, Ed s'énervait pour tout et n'importe quoi, surtout pour n'importe quoi en faite. Là, il pariait sur son complexe d'infériorité.
Le garçon en face de lui se retourna et leva les bras à la mode d'un zombie. Al rit puis l'imita tout en marchant en boitant et en faisant des bruitages de mort.

Mais son hilarité redoubla lorsqu'il vit Ed hurler et s'étaler lamentablement dans la boue. C'était la deuxième fois en deux jours, il allait commencer à croire qu'il ne possédait aucun équilibre. Peut-être une occasion d'aller rendre visite à... Non, il n'avait rien pensé en faite. Alphonse aide Edward à se relever avant de rire de plus belle, tel un bourré.

- Ma fois Ed, tu tiens vraiment pas sur tes pieds, mais que...

Il n'eut pas le temps de finir que lui aussi poussa un hurlement digne des petites filles de cinq ans et se retrouva le nez dans la boue. Une vieille femme, ce n'était qu'une vieille dame ! Mais la vache ! Ce qu'elle faisait peur. Il resta un moment à contempler les cailloux avant de décider que son arrière train avait assez vu le ciel pour aujourd'hui.
Il se releva, contempla son armure encrassée par la terre en bouillie puis soupira avant d'approuver les dires de son frangin.

- Carrément... Ed, j'ai peur, dit-il tout en posant les mains sur les épaules de son frère - tâchant sa veste rouge pas la même occasion - et de se baisser pour que son corps massif soit caché par celui minuscule de ce qui devait être son grand frère.
Il était peureux, et cela se comprenait, non mais oh ! Le jeune garçon hocha frénétiquement la tête lorsque son frère annonça vouloir finir la mission vite. Il voulait retrouver un endroit peuplé et moins glauque.

L'armure, toujours aussi sale, se détache de son frère et va s'assoir sur ce qui devait être une fontaine. Un ange la surplombait en son centre mais les ailes y étaient fendues. Un ange déchu pensa-t-il, déchu et perdu. Il pose les coudes sur ses genoux et regarde au loin la ville déserte.

- A moins avis, on ne devrait pas tarder à trouver les fauteurs de trouble, dit-il en voyant arriver une bande de plusieurs personnes plutôt baraquées. C'était quoi déjà les infos que t'as eut ?

Il était redevenu un peu plus sérieux. Ils avaient une mission à accomplir et le colonel pouvait être sûr que lui, Alphonse, Civil banal, allait résoudre cette énigme ! Et même s'il n'était pas payé, il le ferait parce que aider les gens c'était son dada et sa seconde raison de vivre après celle de retrouver le corps de son frère.

La grande armure se leva, laissant ainsi ses 2m10 s'imposer. Impressionner, c'était la meilleure des choses à faire en des temps risqués comme ça et ce n'était pas les 1m60 d'Ed qui allaient impressionner les gens. Il pose les mains sur les hanches. Le fait que son armure, si brillante d'habitude, soit recouverte de boue enlevait de sa crédibilité mais bon...

Il tourne la tête vers Ed.

- Si tu veux mon avis, t'as intérêt à pas abîmer ton automail dans cette bataille, frangin, sinon tu risques de mourir durant les soins...

Il faisait bien sûr allusion à Winry et à ses tendances à lancer des clé anglaises sur absolument tout ce qui la contrariait et Ed en faisait partiellement partie avec sa manie à casser son automail. Bon, Alphonse avaient encore la chance de ne rien sentir lorsqu'elle le frappait, mais pour combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Ven 7 Fév - 22:55

Evelyn se demandait bien pourquoi elle devait se rendre dans ce trou paumer... Franchement, elle n'avait pas vraiment de chance. De plus, en ce moment, elle avait des tonnes de dossiers et des rapports à faire, l'alchimiste d'Etat n'avait pas de temps à perdre avec ce genre de missions de bas étages. Stopper des malfrats qui se prenaient pour des grands en dégradant la ville et agresser des petits vieux... Central aurait pu envoyer quelqu'un de moins.. Important et de moins occupé. M'enfin maintenant que la jeune femme y était, elle n'allait pas rentrer avant d'avoir fini sa mission.

La ville de Sorrow était comme une ville fantôme. Pas d'habitant dans les rues, même pas l'ombre d'un chien dans un coin de rue. On aurait presque dit que tout le monde avait disparus sans laisser la moindre trace. Avec un peu de chance, les habitants étaient tous dans leurs maisons, attendant la fin de l'orage... Ou bien ils avaient peur de se fameux gang. La réponse n'était pas pour tout de suite. Le colonel était maintenant dans une espèce d’auberge délabrée, mais certainement pas à cause du temps de la veille. L'endroit semblait miteux, presque non viable si on y regardait les détails d'un peu plus près. En effet, avant de rentrer, Evy avait pu voir des cadavres de rats dans un coin... Il fallait quand même beaucoup pour ces petites bêtes meurent. Elle nota qu'il y avait un enfant de petite taille. Les cheveux blonds et portant un manteau rouge. C'est quand il se dirigea vers la sortie qu'elle put apercevoir un symbole dans son dos. Et bien... Si la jeune femme avait raison, le Fullmetal se trouvait dans le même bled paumé qu'elle.

Son raisonnement fut vérifié lorsque le nain réagit à la réflexion de la demoiselle concernant sa taille et puis il y avait cette armure... D'après ce qu'elle avait pu savoir, le nabot blond voyageait avec son frère qui se trimbalait dans une énorme armure. C'était donc bien les frères Elric, assurément. La Taïsa eut un sourire en coin alors qu'elle regardait les deux partir à l'aventure. Ils devaient être là pour les mêmes raisons. Une très vilaine pensée traversa l'esprit de la femme de Central et abandonna l'idée d'interroger l'aubergiste qui semblait presque sur le point de mourir dans quelques minutes.

Tout en restant à bonne distance, elle suivi les deux alchimistes, prenant quand même garde aux alentour. On ne savait jamais ce qui pouvait bien lui tomber dessus. Puis alors qu'elle allait s'arrêter pour observer les deux adolescents, dont l'un venait de tomber dans la boue, Evelyn sentit quelque chose lui frôler les jambes. Immédiatement, elle mit la main sur le manche de son sabre et plaça son regard vers le sol derrière elle. Rien... Puis elle sentit de nouveau une présence, cette fois sur sa droite. Tournant rapidement sur elle-même pour faire face à cette étrange présence, la militaire ne put que froncer des sourcils en ne voyant rien à l'horizon. << Mais qu'est-ce qui se passe ici ?... >>

Le vent souffla sur son visage et elle comprit qu'une chose inhabituelle se passait dans la ville de Sorrow. Dans le soufflement du vent, on pouvait percevoir comme des murmures... Des voix qui chuchotaient des paroles macabres et incompréhensibles pour le commun des mortels. D'ordinaire, Evy n'aurait pas réagi, mais à cet instant précis, elle avait l'impression d'être au centre d'une tourmente... Sentant des frissons la traverser de part en part, comme une lame d'épée qu'on enfoncerait dans du beurre, Evelyn tourna la tête vers les deux frères qui, apparemment avait fait connaissance avec une vieille dame armée d'un balai. Elle commença à marcher pour les rejoindre, lorsqu'elle vit un groupe de personnes aller vers la même destination qu'elle. << Hum ... Voilà enfin peut-être la fin de cette aventure. >>

Sans un bruit, n'ayant pas été vue, la femme vêtue de son habit militaire et de son manteau noir comme le plumage d'un corbeau se faufila dans un coin assez sombre et décida de faire le tour d'une maison pour arriver derrière les deux frères dont l'un était assis sur une ancienne fontaine. Elle attendit le bon moment, lorsque l'armure se leva pour tenter d'impressionner le monde qui arrivait, pour venir doucement, sans faire le moindre bruit, s'asseoir sur la pierre de cette fontaine qui devait ne plus fonctionner depuis des lustres et se retrouver dans le dos des Elric. Une longue aspiration et un sourire en coin sur les lèvres, Evy décida qu'il était temps de faire remarquer sa présence aux adolescents. << On dirait que votre fan-service est venu vous rendre une petite visite de courtoisie... Ils n'ont pas l'air d'être tendre avec les enfants. Faites attention Elric-Kyodai... >>

Bien entendu, elle avait hâte de voir l'expression des deux autres quant à son arrivée en jeu. Elle n'allait quand même pas laisser faire deux marmots la mission pour laquelle la Taïsa s'était déplacée. Un petit coup de main n'était peut-être pas non plus à refuser. Evans jouer à la babysitter ? Non pas besoin. Les deux Alchimistes en face d'elle avait une bonne réputation concernant leurs dons de se sortir de situations désespérées... Pas de soucis à se faire de ce côté- là. C'est alors qu'elle croisa les jambes et plaçant son sabre à côté d'elle pour ne pas l'abîmer contre la pierre de cette drôle de fontaine miteuse, qu'elle put voir sur la gauche, un autre petit groupe arriver. << Oh... On dirait qu'ils essayent de nous prendre de revers aussi. Mais pourquoi marche-il si lentement ? >> Cette ville pouvait quand même foutre les jetons dans un sens. Entre les habitants quasi fantômes et ce mauvais pressentiment que la jeune demoiselle pouvait ressentir depuis son arrivée... Il n'y avait qu'une chose à dire pour le moment : Let's Fight.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric
Fullmetal Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Sam 8 Fév - 5:04

Edward regardait les alentours. Voilà maintenant son manteau qu'il avait nettoyé était encore plus crade grâce à son frère.

- La mission finie, je te fais un décapage Al ! Comme ça, tu seras resplendissant !

Puis il marmonna pour lui-même : et moi aussi, je resterais propre.

Il rajouta dut à la réflexion de celui-ci et en secouant la main

- Oué oué ! Je ferais attention

Il s'époussetait, ses gants blancs étaient salle et tremper, il les retira et les rangea dans l'une de ses poches. À ce moment, il vit son frère se lever de la fontaine sur laquelle il était assis. En effet des gens arrivaient assez grand et costaud. Si c'était les bandits, cela allait faciliter les choses... Pourquoi ils se déplaçaient aussi lentement ? Même la vielle croiser plus tôt allait plus vite. Un très mauvais pressentiment le gagna. Et si ces gens étaient...

Evy Evans a écrit:
<< On dirait que votre fan-service est venu vous rendre une petite visite de courtoisie... Ils n'ont pas l'air d'être tendres avec les enfants. Faites attention Elric-Kyodai... >>

- HAAAAAAAAAAAAA !!!

Il ne l'avait pas entendu arriver ! La saleté ! Il, c'était du coup jeter sur son frère et s'y était accrocher... Et qui lui tordit les bras, car lui aussi avait eu peur et se cachait derrière son aîné.

- Al tu n'es pas crédible là ! Et VOUS ! Non mais ça ne va pas de faire peur aux gens !?

Le blond était contrarié, les bras croiser, il la regardait... Elle était belle ! Aussi belle que Riza, mais pas dans le même genre. Les militaires savaient embaucher du personnel le féminin qui motiverait le personnel masculin décidément. Elle avait également un beau jouet. Bah ça ne valait pas sa propre lame, lui au moins ne la perdait pas s'il se prenait un coup ! Ou presque pas.

Son regard d'or fut capté par d'autres mouvements, un autre groupe approchait. Tout aussi lentement. Le blond frissonna. Il plaisantait pourtant en parlant de zombie, mais là, il commençait sérieusement à y croire. Du moment qu'ils ne les bouffaient pas.

- Je me demande comment des militaires on peut se faire tuer par des gens aussi lent ?

Et là, Edward sut qu'il aurait mieux fait de se taire, car de lent ils passèrent a rapide et se mirent a leur foncer dessus. Le blond transmuta rapidement son auto mail en arme et Evita l'un d'eux et lui mit ses genoux de métal dans le ventre le faisant s'étaler.

Le mieux serait de s'en débarrasser et d'en capturer un. Enfin s'il y arrivait. Le problème était qu'ils étaient rapides désormais, mais ne semblaient pas réfléchir et attaquaient n'importe comment. Du coup, il était facile de les contrer et de les assommer.

- Al ! Attache en un et ramène le ou l'on crèche ! On te rejoint des que l'on, c'est débarrasser de ceux-là !
Revenir en haut Aller en bas
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Sam 8 Fév - 6:27

Mission à Sorrow, dans le Nord-Est

With Edward & Evy


C'est ça, tu fais attention, râla intérieurement Al. Il n'avait vraiment pas envie de recevoir une clé anglaise ou autre projectile tout aussi dangereux lorsqu'ils iraient voir Winry. Il soupira puis hurla à nouveau. C'était devenu une habitude ou quoi ?! Bon, certes, l'atmosphère de la ville s'y prêtait grandement mais quand même !
La grande armure, prise par la peur, se retrouva à vouloir se cacher derrière son frère sauf que ce dernier avait eut exactement la même idée. Ils n'étaient pas les frères Elric pour rien.

- Al tu n'es pas crédible là !
- Ah parce que tu te crois crédible peut-être toi ?! hurla Al, piqué à vif par la remarque de son frère. Il zieuta ensuite la jeune femme, celle qui était entrée dans l'auberge, et râla à son tour. J'ai failli avoir une attaque ! Prévenez avant d'apparaitre bon sang ! C'est une manie des gens dans cette ville ou quoi ?!

Il souffla, mécontent puis regarda un instant la militaire. Belle, de belles courbes mais il restait insensible à ce charme sûrement ravageur s'il en jugeait le regard de son âiné.

- Ferme la bouche Ed, tu vas avaler un corbeau, dit-il, blasé.

Puis il se baisse vers le blondinet et lui chuchote:

- En plus je suis sûr que Winry est plus belle.

Taquin, il le fallait bien pour remonter l'ambiance ici. Et puis l'humour était le meilleur moyen de vaincre la peur. Son regard se tourna ensuite vers le groupe de personnes qui approchaient très lentement. Mais... Non ? C'est impossible ! Pas ici ! Ca n'existait que dans les histoires ces choses là. Zombies, ils avaient des démarches de zombies !

Mais soudain, ils se mirent à avancer avec plus de rapidité. Al se mit en position de combat et frappa d'un coup de genoux dans l'abdomen l'un de ces étranges personnages qui venait de lui sauter dessus. Il ne se faisait pas plus d'inquiétude que ça au sujet de son frère et de cette militaire, tous deux étaient rompus au combat. Il s'occupa plutôt d'essayer de suivre les directives du Fullmetal.

Il s'éloigna donc du duo militaire pour aller s'occuper des gens "zombifiés" qui arrivaient sur leur droite. Un coup de genoux dans le ventre, une droite dans la figure. Ces personnes semblaient attaquer sans réfléchir. Elles tombaient au sol les unes après les autres mais se relevaient presque toujours sans difficulté. Al en fut surprit.

Il grogna et poussa un juron mais ne relâcha pas pour autant sa posture offensive. les "zombies" arrivaient toujours en plus grand nombre. Certes, on ne pouvait pas parler de zombies puisqu'ils étaient encore vivants mais dans quel état... Complètement rongés par une pseudo faim. effets d'une drogue étrange ? Il n'en serait pas surprit. Oui, Al s'y connaissait un peu en médecine, car étant enfant, il s'amusait à lire avec Winry certains ouvrages traitant des différentes drogues existantes.

Il y en avait certaines qui, si prises à trop forte doses, détruisaient le cerveau. L'être alors touché retrouvait ses bas instincts et s'adonnait au cannibalisme. Flippant... Mais l'heure n'était pas à la discussion. Il continua à emplâtrer ces étranges personnes lorsque soudainement...

- Noooon ! hurla-t-il.

Voilà qu'il se sentait encore happé par ce vortex. Pas maintenant, après si vous voulez mais pas maintenant ! Al se mit à paniquer, frappant au hasard tant il était concentré à rester dans le présent. Impossible, il n'avait plus de maitrise sur son âme qui s'envolait déjà vers cette dimension blanche...

L'armure tomba au sol, inerte. La tête roula vers le groupe d'assaillant qui se jeta sur l'armure vide et commença à la démembrer... La marque de sang ne devait pas être touchée, surtout pas !

Alphonse flottait dans un espace blanc, il était en position fœtale, bras autour des jambes, et pleurait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Sam 8 Fév - 18:23

Le colonel de Central City était maintenant assise sur le rebord de la fontaine qui n'avait l'air de ne plus fonctionner. Elle était surprise de voir enfin les deux frères Elric en face d'elle. Après tout, l'un était connu pour être le plus jeune Alchimiste d'Etat de toute l'histoire. Cela était bien triste toutefois. Devenir un chien de l'armée à cet âge... Est-ce que le petit Edward savait ce qu'il faisait ? Si jamais une guerre éclatait, il serait obligé d'y prendre part si jamais l'armée lui en ordonnait. Enfin pour le moment, Amestris était un peu tranquille à ce niveau-là. Du moins si Drachma se tenait tranquille au nord.

Pour le moment, il fallait se concentrer sur leur mission. Ce qui n'était pas gagné, au vu du nombre d'ennemis qui venait se rajouter à la fête. Evy garda son sourire en coin alors qu'elle observait les deux frères sursauter à son apparition derrière eux. En voyant le plus grand se cacher derrière le nain, elle ne put s'empêcher d'éclater doucement de rire et enfin se lever à son tour pour les saluer de la main, geste plutôt amical de sa part, mais aussi très rare, observant les expressions deux deux jeunes en face d'elle. << Je suis le colonel Evelyn Evans de Central. Enchanté de faire enfin votre connaissance. J'espère faire du bon travail avec vous. >> Ils n'étaient encore que des enfant à ses yeux. Pas question que ces marmots se blessent devant elle... Quoi que l'armure était une bonne idée pour ne pas subir de dégâts.

Puis la remarque du Fullmetal, lui fit perdre son sourire en coin pour afficher une expression plus que sérieuse. En effet, comment des militaires avaient pu perdre face à des gens aussi lents ? M'enfin... Apparemment les alchimistes présents n’auraient pas besoin de trop forcer pour les vaincre. C'était une bonne nouvelle. Du moins la jeune demoiselle aurait mieux fait de ne pas penser trop vite. En effet, les zombies qui se rapprochaient lentement d'eux, fonçaient à grande vitesse sur eux désormais. << Je crois rêver ?... >> Dit-elle en sortant son sabre de son fourreau pour frapper un type dans le ventre avec le plat de sa lame.

Franchement niveau étrange... Elle n'avait pas fini d'en voir. Cette ville était vraiment bizarre et les habitants aussi. Heureusement pour eux, ces gens-là attaquaient un peu n'importe comment, ce qui donnait l'avantage aux trois "vivants". Puis l'armure géante alla sur le côté droit pour s'occuper de ceux qui arriver pour les prendre de revers, sous l'ordre de son frère. Evy devait donc coopérer avec le Fullmetal pour se débarrasser des enquiquineurs de services. Il était peut-être temps de montrer l'étendue de ses pouvoirs non ? Pas tout de suite. Evelyn voulait encore s'amuser un peu avant de montrer son alchimie aux frères. Elle continua alors de frapper les ennemis avec le plats de sa lame et par moment donner quelques coups de pieds dans leurs ventres pour les faire reculer et les assommer. Hélas, cela ne semblait pas faire grand choses sur eux. Etaient-ils vraiment des humains ou bien étaient-ils tous sous l'emprise de quelque chose de puissant ? Tel était la question. Pour en avoir la réponse, il fallait en capturer un pour pouvoir l'étudier de près. Ce qui n'allait pas être si facile que ça, vu leur vitesse et leurs dons à ne pas ressentir les coups donnés par les Alchimistes.

C'est alors que du côté de la grande amure, il se passa quelque chose d'étrange. En effet, Alphonse avait l'avantage, mais en un moment, il s'était écrouler sur le sol... Voyant la tête de l'homme de fer, Evy fronça des yeux un instant. Les "Zombies" étaient en train d'essayer de le démembrer... Mais pourquoi il ne se défendait pas ?! Quel crétin ce gamin... Ce n’était vraiment pas le moment de tourner de l'oeil. Le Taïsa ne pouvait pas laisser faire ces types... Et elle réagit plus vite que le frère qui semblait occupé avec d'autres ennemis. Après avoir envoyé boulet un gars à l'aide d'un coup de pied, la femme aux cheveux rouges se tourna en direction du groupe de droite et leva son sabre pour donner un coup devant elle... Dans le vide. Bien qu'on aurait pu croire qu'elle ne savait ce qu'elle faisait, bien au contraire... L'alchimiste d'Etat savait parfaitement ce qu'elle faisait au millimètre près. Une vague de vent se dirigea vers les types qui essayaient de prendre l'armure et les toucha de plein fouet. Les envoyant valser à des mètres plus loin, sans qu'Alphonse ne puisse subir quoi que ce soit par ce vent soudain.

La femme de Central avait fait exprès de ne pas utiliser toute sa force pour envoyer voler le groupe. Ne voulant pas blesser qui que ce soit, ni même le frère d'Edward. Mais hélas, les hommes se relevaient aussi rapidement qu'ils étaient tombés et ce qui commença à énerver la jeune femme au plus haut point. << Hagane no ! Vous devriez vous occupez de votre frère. Je m'occupe de faire diversion pour vous laisser un passage vers lui. >> Sans attendre, elle serra fortement le manche de son sabre et se rapprocha du Fullmetal pour l'enlacer de son bras gauche et tourner avec lui à 360° pour permettre à son autre bras qui tenait le Katana de créer une autre vague d'air plus puissante et plus tranchante que la première.

On put voir les hommes autour d'eux et ceux qui se rapprochaient de nouveau de l'armure s'envoler brusquement, certains avaient même des blessures qui apparaissaient sur leurs corps... Comme des traces de coups de lames. Ces types semblaient saigner... Il était alors encore en partie humain non ? Mais le plus important pour le moment n'était pas de savoir qui était ces hommes, mais de sauver le petit frère encore allongé sur le sol. Evelyn lâcha enfin le garçon et lui fit signe d'y aller tout de suite, le temps que les autres se relèvent. Le colonel s'empressa de le suivre jusque l'armure et cligna des yeux en voyant qu'à l'intérieur il n'y avait rien... << Ce n'est pas possible ?! Où est votre frère ? >> C'est vrai ?! Alphonse ne pouvait pas disparaître en un instant... Avait-il pu fuir le temps qu'ils s’occupent des ennemis ? << Tss pour le moment, on a pas le temps à perdre. On doit se replier au plus vite dans un endroit sûr. Laissez l'armure ici, nous devons retrouver votre frère au plus vite ! >> Evy n'avait pas vu tout de suite la marque de sang, il n'y avait pas vraiment de lumière dans le coin assez forte pour qu'on puisse voir dans l'armure, mais si jamais la jeune femme l'avait vu, elle aurait tout de suite comprit de quoi il en retournait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric
Fullmetal Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Dim 9 Fév - 9:52

Lors qu'Alphonse s'effondra Edward hurla son nom. Mais attraper par les « zombies » il ne pouvait plus bouger, dépasser par le nombre. Il était en train de ce dire que c'était fini, qu'il allait mourir bêtement, ses poignets tenus, il ne pouvait pas transmuter, quand il se sentit être attrapé, et serrer contre un corps chaud, puis la tête lui tourna et il manqua perdre l'équilibre quand il fut relâché.

Il se jeta sur son frère apeuré, pas maintenant pourquoi une absence maintenant ? Il regarda à l'intérieur, puis attrapa le casque et le remit en place. Il avait besoin des yeux de son frère. Qui pour le moment était noir.

- Alphonse ! Reviens ! Reviens !

Les hommes et femme sous l'influence apparemment d'une drogue se relevait malgré leurs blessures. Le blond releva les yeux et les regarda. Puis le colonel.

- Restez près de nous !

Enfin, il frappa dans ses mains et les posa au sol. Fournissant un effort alchimique conséquent. Séchant la tête pour la rendre solide et enfin étirer des murs tout autour d'eux, qui s'élevèrent de plus en plus jusqu'à former un dôme au-dessus d'eux, les isolants de l'extérieur. De fines ouvertures laissaient passer la lumière du jour créant une luminosité tamisée.
Essouffler Edward s'appuya contre son frère... Puis il se redressa et regarda, il avait piégé un des zombies avec lui. Ils pourraient l'interroger, mais là, il n'avait plus la force de le maitriser.

Le dit zombie semblait fatigué aussi, il avançait lentement, pour ne pas dire qu'il rampait seulement, sans doute blesser plus tôt par le coup de maitre de la colonel.

- Colonel... Il ne faut pas qu'il meure ! Je suis sûr qu'il va reprendre ses esprits à un moment donner et nous pourrons l'interroger...

De l'autre côté de la paroi circulaire, ils les entendant gémir et tenter de frapper l'épais mur, sans doute dans le but de le démolir.

Il les avaient isolés, sans doute pas la meilleure des choses à faire, mais il devait protéger son frère. Le garçon posa alors à nouveau son regard couleur, or sur l'armure inerte. Laissant la femme s'occuper de l'invité indésirable.

- Alphonse revient... Ne me laisse pas.

Il resta assit par terre dans la boue, les bras croiser sur le plastron de son frère, et mit son visage entre ceux-ci, attendant qu'il se réveille, angoisser par l'idée qu'il ne revienne plus du tout.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Dim 9 Fév - 13:57

Mission à Sorrow, dans le Nord-Est

With Edward & Evy


Flotter...
Vide...
Blanc...
Seul...

Al ne savait plus quoi faire. Cette fois, il savait qu'il ne reverrait peut-être plus jamais son frère, Winry, les autres. Non ! Le jeune garçon, perdu, esseulé, pleur plus fort. Il ne voulait pas rejeter ce corps de métal, non ! Pourquoi son âme faisait-elle des siennes alors ? Il ne voulait pas quitter sa seule famille, Edward, il était tout pour lui. Sans son modèle, son grand frère, il était perdu...

Le petit garçon ne sait plus quoi faire. Il se laisser flotter dans ce grand espace blanc, bercé par un vent inexistant. Était-ce l'intérieur de son âme ? Étrange, il aurait plus pensé qu'elle serait colorée par ses souvenirs... Al relève la tête. Ne pas abandonner, se battre ! Il tend une main vers le vide, espérant un miracle, quelque chose...
Il était à la merci des aléas de l'alchimie. Une erreur, voilà ce qu'il était. Il n'aurait pas du revenir, il n'aurait pas dû se retrouver dans cette armure. C'était une erreur...

Mais qu'allait-il penser là ! Non ! Voilà qu'il perdait son calme, son sang froid. Voilà qu'il en venait à dire que l'acte de son frère le répugnait ! Non ! Alphonse se lève brusquement. Il se met à hurler, à nier ses pensées horribles. Il se met à crier le nom de son frère, à espérer un retour. Il ne pouvait pas rester ici ! Edward l'attendait, il lui avait déjà causé assez de soucis comme ça ! Au diable les aléas de l'alchimie, il allait se battre pour rester dans le monde des vivants ! Et quand bien même son âme refuserait, il la forcerait à rester ! Sa volonté d'être auprès de son frère était telle qu'il était prêt à tout pour se faire.

Et puis il y avait May... Cette jeune fille qu'il aimait... D'ailleurs, il n'arrivait toujours pas à comprendre comment il était tombé amoureux de cette demoiselle. C'est vrai quoi, il ne l'avait regardé que très peu longtemps... Le coeur à ses raisons que la raison ignore...

Voilà qu'il se sent encore une fois aspiré. Le retour à la réalité, le retour auprès de son aîné. Joie et pleurs de joie. Il ne pouvait verser de larmes à cause de son corps de fer, mais son coeur pleurait pour ses yeux.

Le jeune Alphonse était de retour. Il se leva sur ses coudes et posa une main rassurante sur le dos d'Edward. De retour, je suis de retour, voulut-il dire. Hélas... Était-ce un coup du sort ? le destin s'acharnait-il sur le pauvre pécheur qu'était Alphonse ? Il se sentit à nouveau partir, mais pourquoi ?! C'était quoi ces conneries ?! Il pouvait pas être ancré gentiment dans cette armure et Y RESTER ?! Mais merde quoi ! Coup du sort, destin, à d'autres ! Foutue loi alchimique de merde !
Il serre le poing, relève la tête pour croiser le regarde de son frère une dernière fois...

- Je suis désolé... réussit-il à murmurer avant que la flamme de ses yeux ne s'éteigne encore.

Mais quel boulet ! Crétin ! Abruti ! Il pouvait pas lutter comme un lion ?! Noon, c'est trop dur ! Il doit se laisser aller, ne pas nager à contre courant ! Quelle faible personne ! Il en était énervé contre lui même ! Je jeune Alphonse hurle de rage, frappe le vide de cet endroit blanc tout en s'injuriant.

- Pardon Edward, je suis désolé, dit-il ensuite.

Le jeune homme se prend la tête et tombe à genoux. Pourquoi ? Pourquoi toutes ces complications ? Ils n'avaient pas besoin de ça ! Pas maintenant... C'était déjà si dur pour eux de chercher la pierre pour retrouver leur corps. Alors pourquoi s'acharnait-on sur les frères Elric ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Dim 9 Fév - 19:58

La fête était loin de se terminer apparemment. Au grand dam de la jeune femme venant du centre d'Amestris. Décidément... Qu'est-ce qui n'allait pas avec cette fichue ville du Nord-Est ? Enfin, elle n'était pas toute seule dans cette galère. En effet les Frères Elric étaient aussi présent... Enfin un sur deux pour le moment. Le cadet venait de s’effondrer sur le sol, inerte. Bien entendu, les deux autres étaient partis à son secours. Mais une chose étrange se passait aussi du côté des Elric. Où était donc Alphonse ? Il ne pouvait quand même pas avoir disparu sans laisser la moindre traces.

C'est lorsque que le Fullmetal les enferma dans un dôme fait de terre, qu'elle comprit ce qu'il se passait avec les frangins. Alors comme ça le nabot qui était le plus jeune Alchimiste d'Etat pour utiliser de l'alchimie sans même faire un cercle ? Voilà ce qui expliquait aussi la "Disparition" du cadet, qui ne se trouvait plus dans son armure. Il n'y avait qu'une réponse possible : Une transmutation Humaine. Tss ces gosses avaient commis l'impardonnable pour tenter de faire revenir quelqu'un certainement. Quelle avait été le prix pour cette tentative ratée ? Car en alchimie, on a rien si on ne donne rien en retour. C'était le principe même et fondamentale de l'alchimie.

Si Edward se faisait du mouron pour une boîte de conserve vide, c'est que le corps d'Alphonse n'avait jamais été à l'intérieur depuis le début. Evy ne pouvait pas blairer ces petits génies capables de faire l'impossible pour ramener une personne dans le monde des humains. La règle était pourtant claire. Il était interdit de pratiquer ce genre de transmutation. Ce n'était pas pour rien. Soupirant en observant le grand frère à côté de l'armure, le colonel plissa des yeux. << Dites-moi si je me trompe... Votre frère à "perdu" conscience non ?... >> Elle fit une courte pause pour venir s'avancer un peu plus de l'armure et se pencher en avant pour regarder l'intérieur. << Si vous ne vouliez pas laisser l'armure ici, c'est parce que votre frère est toujours dans l'armure dans un sens, non ? >> Puis elle entendit quelqu'un ramper sur le sol derrière elle. Juste après la remarque du nain rouge, elle lança son sabre sur cette pauvre personne sans aucune hésitation.

Bien entendu, elle n'avait pas l'attention de le tuer et avait fait en sorte que la lame s'enfonce juste à  côté de son bras, se plantant dans l'habit pour l'immobiliser partiellement. << Oye, oye... Je m'en occupe. >> Elle tourna le dos au blond et à l'armure vide pour s'avancer cette fois vers sa prise. Plaçant son pied dans le dos de celui-ci pour le bloquer totalement sur le sol, alors que ce dernier se débattait. D'un regard froid, la jeune femme aux cheveux rouges soupira avant de donner un coup derrière la tête du type... Un coup qui permettait de bloquer temporairement en le faisant perdre connaissance. << Cela ne le retiendra pas très longtemps, mais pour le moment cela sera suffisant. Maintenant si vous me le permettait, monsieur... >> Sans trop tardé, elle s'installa sur le dos du pauvre homme à terre, s'asseyant confortablement sur lui. Si jamais il devait reprendre connaissance, elle le verrait tout de suite.

Alors qu'elle prenait place sur son trône fait de chair et de sang, elle entendit l'armure revenir à lui... Même si cela n'était que pour quelques secondes. Qu'est-ce qu'il avait ce petit gars ? Si comme elle l'avait deviné, son âme était rattachée à l'armure... Pourquoi avait-il des pertes de conscience ? D'après certains livres qu'Evelyn avait put lire, on pouvait laisser penser qu'une âme qui ne se trouve pas dans son corps subit un effet de rejet. Dans ces cas-là... Et cette fois, l'alchimiste d'Etat le pensa tout haut... << Il ne lui reste plus beaucoup de temps... >>

L'adulte ne voulait pas se montrer ignoble, ni même blessante avec le grand frère. Mais, au moins lui faire comprendre que son frère n'avait plus beaucoup de temps avant de perdre définitivement conscience et ne jamais revenir. << Hum ... C'est donc ça le prix à payer pour avoir enfreint les lois et se prendre pour Dieu ? Étrangement cela me rappelle cette affaire avec un alchimiste tisseur de vie  qui s'est pris pour un savant alors qu'il n'était qu'un pauvre fou. >> Cette histoire avait marqué tout le monde. Un homme capable de faire une chimère pouvant parler notre langage. Hélas depuis quelques temps, on n'entendait plus parler de lui... Peut-être qu'avec de la malchance, ce fou furieux qui arpentait les villes d'Amestris, tuant tout alchimistes d'Etat su son passage, l'avait finalement trouvé et réglé son compte. Evelyn suivait les informations de près, étant donné qu'elle était concernée, mais ne prêtait pas attention à ceux qui mourraient. Après tout, le Q.G de central mettez sous silence quelques informations indésirables dans le but de ne pas provoquer la panique.

<< Dis-moi Edward Elric... Je me permets de te tutoyer, étant donné que tu es plus jeune que moi. Tu as une idée de génie pour nous sortir de là ? Parce que je crois que nous cernés par ces habitants... >> En effet, il ne fallait pas oublier les gars dehors qui tapaient comme des malades contre les parois du dôme. On pouvait entendre comme des gémissements proche de l'agonie, comme si ces types souffraient en s'acharnant contre les murs. << Si ton frère ne reviens pas, il va te falloir accepter l'idée de le laisser ici. On ne pourras pas le porter à deux et se défendre contre ces gars... >> Croisant les jambes et les bras, elle observa le Fullmetal ainsi que l'armure. En effet, ils ne pourraient pas sauver l'armure et se protéger en même temps. A moins d'un miracle. Evy pouvait paraître cruelle sur le moment, mais hélas, elle ne voulait pas mourir ici. Trop de choses importantes l'attendaient. Pas question de rester moisir ici non plus.  
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric
Fullmetal Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Lun 10 Fév - 11:19

- Je ne laisserais jamais tout seul volontairement !

Il l'avait dit, a peine murmuré. Quand son frère reprit connaissance ce ne fut que pour une très courte durée, ce qui alarma le blondinet. Que faire pour aider Alphonse ? Il ne savait pas, il aurait aimé pour une fois avoir un adulte qui sache quoi faire et le lui dire. Mais comme d'habitude, cela n'était pas possible. Réfléchir... Il devait réfléchir et garder son sang-froid, mais difficile avec cette pipelette.

- Sans vouloir vous manquer de respect ! Fermez-la ! Vous m'empêcher de réfléchir !

Non mais elle se croyait tout permit en plus ! Elle se permettait de le juger sans le connaitre sans savoir les souffrances qu'ils avaient endurées. Enfin, elle faisait comme tous les autres quand ils découvraient que l'armure était vide. Les bras croisés toujours sur le plastron de son frère, le menton posé sur ses avant-bras, il réfléchissait. C'était triste à dire, mais il ne pouvait rien faire actuellement pour aider Alphonse. Bien sûr s'il devait le laissez, il ne le laisserait pas sans protection. Cependant, le cas de ce village lui sautait de nouveau à la gorge quand le « zombie » se réveilla et commença a gigoté, quelle force ! Il arrivait à ramper avec la femme assise sur lui.

Le blond se décala de son frère, il frappa dans ses mains et consolera le mur avec des arcs. Puis assécha le sol le rendant plus lisse. Il re-frappa dans ses mains et des entraves apparue autour des poignets cheville et buste du prisonnier. Puis il se leva et sorti de sa poche une craie.

- Je n'ai pas le temps d'attendre qu'il soit sevrer ou en manque pour redevenir lui-même. Je vous conseille de vous décaler colonel.

Et il commença à tracer un cercle de transmutation autour de l'homme qui gémissait. Un cercle avec des équations compliqué. Parfois, Edward avait besoin d'un cercle, transmuter des choses basiques ou réparer des choses était facile sans cercle. Mais pour faire ce qu'il voulait faire, il lui fallait un cercle.

Bien sûr quand il s'approchait du prisonnier celui-ci tentait de le mordre ou de l'attraper. Mais le garçon restait concentrer. Un génie ? Non, juste un bourreau du travail. Quelqu'un qui emmagasine tout ce qu'il lit, le stock dans un coin de sa mémoire et l'utilise quand il en a besoin. Avec les différentes données, il venait de créer un cercle de transmutation se rapprochant de la transmutation humaine, mais aussi beaucoup de signes relatifs à des cercles médicaux.

Cependant crée ce cercle et le vérifier lui prit bien deux bonnes heures. Puis il entreprit de pousser son frère plus loin espérant qu'il reviendrait bientôt, car il se doutait qu'après cette transmutation, il serait vidé de ses forces.

Enfin le Fullmetal mettant de côté ses inquiétudes et restant concentrer, se mit près du cercle ou gigotait en son centre le cobaye. Car c'était le cas, cet homme, ce drogué était devenu bien malgré lui un cobaye.

Edward inspira profondément, frappa dans ses mains, chaire et métal se rencontrant, puis il les appliqua sur le cercle qui se mit à s'illuminer, non pas de bleu, mais de rouge. Rouge sang même. L'homme se mit alors à crier. Au point que de l'autre côté les zombies préférèrent fuir que d'envisager subir le même sort.

Edward traquait, décomposait et recomposait d'infimes fragments, il détruisait la drogue, et supprimait la dépendance autant que possible. Et cela semblait très douloureux, car en un instant l'homme subissait l'état de manque et de sevrage vitesse grand V. puis la lumière de transmutation passa au violet puis au bleu avant de s'éteindre. Chaque petit cercle dans le grand ailant été activer les un après les autres. Edward s'effondra épuisé.

L'homme cligna des yeux agar, perdu, fatigués, mais lucide.

Homme : mais qu'est-ce que je fais là...

- Vous pouvez l'interroger colonel. Car moi, je ne le peux plus...
Revenir en haut Aller en bas
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Lun 10 Fév - 13:38

Mission à Sorrow, dans le Nord-Est

With Edward & Evy


Ed... Ed... Edward !

Le jeune homme ouvre soudainement les yeux. Blanc, il était encore dans cet endroit blanc. Alors, finalement, il y restait pour de bon... Recroquevillé sur lui même, l'enfant si misérable reste là, sans rien penser, juste à fixer le vide en face de lui. Combien de temps déjà ? Un jour, deux jours ? Une heure ? Ses repères temporels étaient perdus, il n'avait aucun moyen de savoir depuis combien de temps il était là.

Al frappe le sol de son poing. Foutue loi alchimique ! Destin de merde ! Règles de merde ! Pourquoi ? Pourquoi cela leur arrivait-il ? Et Ed, il devait être désemparé ! Comment... Non ! Non ! Il ne pouvait vraiment pas abandonner son frère ! Pas du tout ! Alors il allait prendre sa volonté à deux mains et sortir de ce fichu endroit blanc et vide ! Il ne pouvais pas laisser son aîné seul et sûrement inquiet à cause de lui. Ce n'était pas une option ! Il allait essayer de sortir et il allait y arriver !

Le jeune homme se lève et regarde en face de lui. C'était son âme, cet endroit était lui même, donc s'il voulait sortir il n'avait qu'à se créer une porte. Comme le disait si bien son frère, "s'il n'y a pas de sortie fais en toi une". Le garçon blond tend les bars devant lui et pense, il pense à une porte, à la porte de son âme.

Enfin, tout ceci n'était que purement théorique. Car s'il s'avérait qu'il n'était pas en lui, tout ce qu'il avançait sur ses pensées serait faux et donc il ne pouvait qu'attendre le bon vouloir de ce Dieu en lequel il ne croyait pas pour le faire sortir d'ici.
Chaque muscle de son corps, chaque nerf se contractait. Le coeur battait à la chamade et son cerveau travaillait dur. Il pensait, forçait. Aller ! Aller !

- Ouvre toi ! finit-il par hurler, faisant ainsi évacuer la pression qui était montée dans son corps.

Mais rien... Épuisé par cet effort mais surtout dépité, Al se laisse tomber sur le sol. Il se mit en tailleur et laissa le temps à son coeur de reprendre un rythme à peu près correcte. Puis il réfléchit, encore. Dans quel endroit maléfique avait-il pu tomber ? Ce n'était pas son âme... Était-ce son esprit ? Mais dans ce cas là, il aurait pu sortir par la force de sa volonté... A moins que... Son âme ne reconnaisse plus la marque de sang comme son point d'ancrage. C'était... compliqué pour ne pas dire complètement emmerdant.

Le jeune homme soupir avec lassitude et énervement avant de s'allonger sur le dos et de regarder le blanc d'un plafond qui n'existait pas. Il ne trouvait pas de solution et se devait d'attendre que le bon Dieu veuille bien avoir grâce de lui, pauvre enfant coupable et misérable.

"Ne crois pas être le seul coupable,
Moi même je suis bien misérable..."


Voilà qu'il chantonnait une chanson à son frère. Les paroles étaient tout sauf joyeuses mais cela reflétait le manque d'espoir qu'il avait en ce moment. S'il devait à jamais rester ici, il n'aurait pour divertissement que sa propre voix et ses souvenirs. Il allait finir par devenir fou aussi, à la longue.
Il se tourne sur le côté. Ses bras retombaient sur le sol, il n'avait plus de force dans ses membres, comme si cette dimension blanche l'aspirait... Aspirer...

Encore ? Il en avait marre de faire des allers retours... Al se laisse faire, complètement amorphe et épuisé. Il n'avait plus le regard battant, plein d'espoir, non, il était vide de tout, sauf de vie...

Le voilà qui revenait dans son corps froid de fer. Mais pour combien de temps ? Il avait la nette impression que cette fois, il resterait un peu plus sur cette terre en compagnie de son frère. Frère qui d'ailleurs n'était plus sur son armure. Mais où diable...

L'armure regarda frénétiquement autour d'elle. Un dôme de terre... Mais... Que... Il aperçut son frère, assit contre la paroi l'air épuisé. Mais qu'avait-il fait pour... Affolé, la grande armure se lève, peu adroite, et fini par retomber aux pieds du Fullmetal. Mais sa dignité passait après la santé de son frère. Il se redresse, à l'aide de ses mains, et zieute un peu la pâle figure due à la lumière tamisée de l'endroit.

Al détourne le regard pour observer le colonel et l'homme qui se tenait prêt d'elle. Il n'arrivait pas à comprendre la situation. Mais peut importait la jeune femme là bas, son frère passait avant tout.
Détournant encore une fois le regard vers son aîné, le cadet prit une grande inspiration inutile et parla.

- Ed... Pourquoi t'es dans cet état ? Non, ne me regarde pas comme ça ! Moi ça passe après ! Toi, il s'est passé quoi ? Dis moi pas que t'as fais le con sinon je t'en colle une, compris ?! Arrête de vouloir jouer aux petits génies et pense un peu à ta santé crétin ! Je ne veux pas te perde ! Range ce doigt et laisse moi finir ! Tu es ma seule famille et même si je ne pourrais pas rester indéfiniment ici, je ne veux pas te voir mourir pour une raison aussi futile que de vouloir récupérer mon corps ! Pense à Winry, pense aux autres. Crétin... finit-il dans un souffle.

Il venait de dire cela d'une traite mais ce n'était pas comme s'il avait besoin de respirer. Il était peut-être un peu hors sujet mais il fallait qu'il dise ce qu'il avait sur la conscience depuis un petit moment. Ed prenait trop de risques pour rien.

- Crétin borné d'alchimiste sans cervelle ! lança-t-il ensuite.

Le cadet se relève entièrement et va se poser à côté d'Edward. Il a le regard sur l'homme et la jeune et charmante colonel.

- Il se passe quoi ?

Il venait de demander cela comme si de rien n'était, comme s'il ne s'était rien passé. Avancer, ne pas penser au passé. Relativiser. Il se devait de remonter le moral des troupes, il était Alphonse Elric bon sang ! le jeune homme plein d'entrain et de gaieté ! Pas cet espèce de dépressif... Encore un soupir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Lun 10 Fév - 20:26

Alors que la jeune femme aux longs cheveux rouges était assise sur ce pauvre monsieur qui se trouvait encore dans les vapes, le colonel observa le jeune garçon en face d'elle. Ah... Vraiment, avoir de la famille c'était vraiment pas une bonne chose en fin de compte. Après tout, il fallait toujours s'inquiétait pour ceux qu'on aimait et parfois ne plus penser à sois-même. Elle en avait la preuve avec les frères Elric. M'enfin, on disait aussi que la famille était une force qui donnait du courage. Fallait-il encore le prouver devant les yeux de la demoiselle. Elle qui n'avait plus de famille depuis son enfance. Privée ainsi de tout contact chaleureux avec ses parents, qui n'auront pas eut l'occasion de la voir grandir et devenir ce qu'elle était maintenant.

Quoi que si ses parents étaient toujours de ce monde, Evelyn n'aurait jamais eu l'idée de s'engager dans l'armée et de devenir aussi Alchimiste d'Etat. Elle n'aurait pas non plus l'envie de retrouver l'homme qui avait ruiné sa vie cette nuit-là et de lui enfoncer son sabre dans le coeur pour regarder avec délice sa vie prendre fin et de voir le lueur de ses yeux s'éteindre lentement, alors que la femme afficherait un sourit satisfait et quelque peu sadique sur les bords. Oh oui, elle rêvait de ce moment tant attendu depuis de longues année. Au fond d'elle même, Evy savait qu'elle ne devrait pas se laisser guider par la vengeance... Mais son esprit n'écoutait déjà plus depuis qu'elle avait mit le premier pied à l'armée d'Amestris. Ce jour-là la jeune demoiselle avait changé du tout au tout, bien décidé à accomplir une partie de son sombre destin. Devenant froide, peu sociable, manipulatrice sur les bords, elle n'avait que faire pour le moment de la vie des autres. Du moins des inconnus.

Passer du temps avec les frères Elric qui avait tout perdus et vécus des moments si difficiles serait peut-être une bonne chose pour elle non ? La faire changer d'avis ou bien au contraire, attiser encore plus sa soif de vengeance ? C'est une chose qu'elle était incapable de prédire, hélas. Observant toujours le jeune alchimiste aux cheveux blonds, elle ne fit aucune remarque, ni même bougea d'un cil lorsqu'il vint à lui manquer de respect. C'est vrai que la Taïsa cherchait la petite bête avec ses questions et ses remarques. Mais la femme de Central n'avait pas tort, loin de là. Ne faisant que mettre en évidence ce qui était devant leurs yeux. Énervant un peu le garçon en rouge et noir en face.

Puis l'homme sur lequel Evans était assise depuis pas très longtemps se remit à bouger. Étonnant qu'il se soit remis aussi vite après le coups qu'elle lui avait mis. Cela aurait dû durée au moins une bonne heure pour quelqu'un de normal à s'en remettre. Mais bon, il fallait bien s'attendre à tout avec ce village. << C'est qu'il a vraiment la bougeotte celui-là ... >> Après que le Fullmetal le mit en garde de ne pas rester là, la femme décroisa rapidement ses jambes et récupéra son sabre enfoncé dans le sol et dans la manche du type pour s'écarter un peu avant que le gars n'essaye de lui bouffer sa jambe. Laissant ainsi ce dernier aux soins d'Edward qui allait tout faire ce qui était possible pour le sevrer le plus rapidement. Pas de temps en effet à perdre avec ça. Voilà un esprit qu'Evy appréciait.

Enfin après de longues minutes, l'adolescent réussit enfin à remettre l'homme dans ses gonds, s'écroulant sur le sol, fatigué. Evelyn le rattrapa tant bien que mal pour ne pas qu'il ne se fasse mal dans sa chute et sourit en coin, un fascinée par l'exploit du jeune garçon. << Pas mal pour un adolescent. >> Elle lui fit un clin d'oeil et entendit de nouveau le bruit de l'armure. Tient, le frère était de nouveau parmi nous. D'un geste délicat, elle laissa le frère aîné là où il était et laissa la place au cadet qui devait se faire du mauvais sang pour son grand frère. Tss décidément. Pas un pour rattraper l'autre. Ils se souciait plus de l'autre que de leur propre santé. M'enfin, ils étaient tous deux en bonne santé... Du moins presque.  

Etant maintenant debout presque à côté de l'homme qui venait de reprendre ses esprits, la femme en tenue de militaire écouta Alphonse faire la moral à son frère et ne pu s'empêcher de sourire. La famille... Qu'est-ce que c'était d'avoir quelqu'un sur qui se reposer quand tout allait mal ? Qu'est-ce que cela était d'avoir quelqu'un à protéger et aimer ? Sur le moment, le colonel baissa les yeux qui étaient un peu plissait par la tristesse. Revoyant dans sa tête des moments dont elle se souvenait avec son père et sa mère... Les fêtes, les jours d'orage où Evy avait eu peur, la première fois qu'elle voyait de la neige bien que celle-ci ne tenait jamais à l'Est.... Puis ce moment où la petite fille qu'elle était à l'époque courait dans les rues pour rentrer chez elle, les bras chargeaient d'un paquet de courses. Cet instant où elle vit un homme habillé en uniforme de l'armée, s'avançant vers elle avec un large sourire puis le moment d'après où Evy était dans la maison, découvrant avec horreur les corps de ses parents... Les mares de sang... puis ce cri d'horreur qu'elle avait poussé un instant après.

Sur le coups, son regard était vide mais bien qu'elle ne semblait plus être là, elle vint à se morde la lèvre inférieure jusqu'au sang puis serra les poings de toutes ses forces. Elle n'avait plus personne à se rattacher, plus d'endroit ou courir pour aller pleurer depuis l'âge de huit ans. Se rendant compte soudainement qu'on lui parlait, elle redressa aussitôt les yeux et vit l'armure qui s'était installé auprès de son frère. Evelyn Evans secoua la tête pour remettre ses idées en place et haussa tout simplement les épaules. << Et bien nous sommes coincés ici avec une horde de villageois mécontents. L'un d'entre eux à été pris avec nous alors que ton frère tentait de te protéger. J'allais justement l’interroger. Hagane no à dû le sevrer d'urgence. Nous n'avions pas vraiment le choix. >>

Tournant ensuite le dos aux frères Elric, Evy sentit un liquide chaud coulait de sa lèvre où elle venait de se mordre et d'un geste rapide du pouce, elle retira le filet de sang. Quelques secondes plus tard, elle s'accroupit devant le bonhomme encore à terre sous les liens crées par Edward et pencha finalement la tête sur le côté. << Bon, on a pas beaucoup de temps devant nous. Soit vous coopérez avec nous et vous nous dîtes ce qui ce passe avec cet endroit où bien je me fais un plaisir de faire un trou dans ce dôme et vous jetez comme appât pour nous permettre de nous enfuir. A vous de choisir. >> Froide comme la glace du grand Nord, le regard menaçant comme celui d'un félin en chasse et sur le point de bondir sur sa proie, voilà un peu à quoi le colonel pouvait faire ressortir à ce moment-là. Pas le temps pour être compréhensive et tout le tralala qui reste. L'homme sur le sol, déjà bien apeuré par ce qui venait de lui arrivait, l'était encore plus avec les paroles de la militaire. D'un signe de tête, il fit comprendre qu'il allait coopérer avec eux et tout leur dire. Evy hocha la tête et afficha un sourire qui sonnait bien faux comme réconfort. << Bien, je vois que vous prenez la bonne décision. Alors dîtes-moi... Qu'est-ce qui est arrivé aux gens dehors ? Pourquoi il sont comme ça et surtout à cause de qui ? L'armée à reçu un rapport qui disait qu'un gang faisait des ravages ici... Est-ce que c'est faux où bien c'était un piège pour attirer ici des plus gros pigeons ? >> Il ne fallait pas être intelligent pour savoir que l'armée allait envoyer des gens plus qualifiés à force de perdre du monde comme ça. Les commanditaires de ce plan voulait peut-être rameuter des alchimistes pour un but précis. Dans ce cas, ils étaient servis sur un plateau d'argent avec les trois Alchimiste présents.  
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric
Fullmetal Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Mar 11 Fév - 12:50

(dsl réponse très courte)

« Pas mal pour un adolescent » il t'en foutrait des pas mal pour un adolescent... Mais il ne le pouvait pas actuellement.

- Al !

Fit le blond ravi de voir son frère revenir à lui. Bon, il le fut moins de se faire engueuler.

- Alphonse... Tout va bien, je vais juste avoir besoin que tu m'aides à me déplacer, c'est tout.

Dehors, il n'y avait plus un bruit, c'était rassurant et inquiétant à la fois. La nuit approchait, Edward devait l'avouer, il avait faim. Il n'avait rien avalé depuis son départ de Central la veille.

Le prisonnier lui n'osait plus bouger, cette femme était terrifiante, il parla alors de ce qu'il savait.

Homme : un homme est arrivé il y a quelque mois ! Au début, on n'y a pas fait attention, mais il a embauché des jeunes gens. C'était bien rémunérer, puis ils sont devenus violant, et se sont mais a graffer les murs et à détruire ce qui passait a porter de main. L'homme a enlevé nos enfants et nos femmes. Il nous a dit que si on ne prenait pas cette drogue il leur ferait du mal. Je ne sais pas ce que j'ai fait sous l'influence de ce truc ! Je vous en pris ! Croyez-moi ! Il a aussi un collier avec une pierre rouge.

Au mot pierre rouge Edward se redressa, il se leva tant bien que mal pour retomber.

- Où est-il ?

L'homme n'osait plus rien dire. Il avait déjà trop parlé.

- REPOND !

Homme : dans le manoir au nord du village dans la forêt !

Eh bien voilà, suffisait de hausser un peu le ton. La nuit tombait, on entendait plus que le vent souffler. Visiblement, les zombies ne sortaient pas la nuit. Ce qui était une bonne chose. Edward voulut libérer l'homme et faire disparaître le dôme et le cercle, mais il était trop épuisé, ses yeux se fermaient tout seul.

- Al... Tu peux prendre le relais....


Puis tout devin noir. Un sommeil profond et sans rêve l'avait gagné. Il s'en voulait d'inquiéter son petit frère, mais là, il ne pouvait pas faire autrement, il avait abusé de ses forces.
Revenir en haut Aller en bas
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Mar 11 Fév - 14:09

Mission à Sorrow, dans le Nord-Est

With Edward & Evy


Al n'écoutait qu'à moitié ce qui se disait. En faite, il s'en fichait pas mal de comprendre, toute son attention était portée sur le grand crétin à ses côtés. Il s'inquiétait vraiment son son grand frère téméraire. Toujours à se foutre dans des situations pas possible ! Bon, Al n'était pas un exemple de ce côté là mais il semblait que la grande armure tenait un peu plus à la vie que son idiote de frangin.

Il soupir et croise les bras sur son plastron. Ils ne pourraient donc jamais avoir une journée normale ? Ennuyeuse ? Dans le genre je me lève le matin, je mange, je fais rien de la journée et puis voilà ? Non, non, le nom des frères Elric était marqué de la marque des "à faire chier absolument"... Certes, en ce moment le jeune garçon était grossier, et même énormément. Mais il fallait le comprendre, il ne pouvait pas canaliser ses surplus d'émotion autre que par la violence de ses paroles pensées.

Cela aurait été étrange que de voir le jeune Alphonse frapper dans un mur, le réduisant ainsi en poussière. Quoi que... L'occasion se présentait là ! Son frère venait de lui demander de prendre le relais. Mais... Non, n'y pensons pas. Se calmer autrement que par la violence des actes. Et puis il pourrait toujours entrainer son frangin, histoire de relever le niveau qui était un peu tombé. Rat de bibliothèque... 'S'entrainait plus le gusse...

Enfin bon... Al se lève et trace un cercle d'alchimie sur la paroi du dôme. Il n'arrivait toujours pas à transmuter sans cercle... C'était navrant... Bref, il pose les mains sur le cercle d'une simplicité infantile et se concentre. Doucement, les parois de terre descendent pour revenir ce qu'elles étaient initialement, c'est à dire le sol.

Ensuite, le cadet regarde son aîné, endormit. Négligé, comme toujours mais en même temps les circonstances ne permettaient pas autre chose. Encore un soupir puis il prend le Fullmetal dans ses bras, espérant que le contacte froid de son armure ne réveillerait pas son grand frère qui avait besoin de dormir.

- Désolé, s'excusa-t-il pour son frère, il manque de savoir vivre au niveau de la communication...

Il tourna la tête vers la colonel. Un sourire, il aurait voulut offrir un sourire à cette demoiselle, en vain. Son visage restait de marbre, figé dans le métal de son heaume.

- Merci, dit-il simplement avant d'avancer. Retrouvons nous à l'hôtel, ou plutôt à la chose qui sert d'hôtel. Il faut que j'aille le mettre dans un lit sinon il va encore râler en se réveillant, finit-il en riant.

Et la grande armure se met en marche, laissant la jeune femme seule. Il ne s'inquiétait pas trop pour elle, étant donné qu'elle était colonel et sûrement alchimiste d'Etat.

Ses pas résonnaient dans la nuit devenue calme. Il réfléchissait. Pierre rouge . Cet homme avait parlé d'une pierre rouge ? Se pouvait-il que... Il fallait qu'il aille vérifier ! Al allait mettre Ed dans un vrai lit et il s'en irait ensuite mener sa petite investigation du côté de ce fameux manoir. Il n'avait porté que peu d'attention à cette discussion mais cette information avait retenu son attention.

Voilà qu'il arrivait. L'armure géante monte jusqu'à leur chambre et pose son grand frère dans le lit sans oublier de le déshabiller, histoire qu'il ne dorme pas dans des vêtements sales. Il posa ces derniers sur le dos d'une chaise et s'en alla remonter les couvertures de son aîné.
L'armure dénicha ensuite un morceau de papier dans son carnet de route et y inscrivit quelques mots, de manière à ce que lorsque Edward se réveillerait, il ne paniquerait pas en ne sachant pas où était son frère.


Il posa le morceau de papier sur la table basse et sortit de la chambre. D'un pas décidé, il s'en alla retrouver ce fameux manoir. Était-ce là la plus grosse erreur de sa vie ? Enfin, le moment n'était pas aux questions existentielles. Si cette pierre rouge s'avérait être la pierre philosophale, alors tous leurs problèmes seraient réglés !

Al marcha un moment, s'éloignant de plus en plus de Sorrow. Il n'était pas confiant quant aux évènements à venir mais il se devait de savoir. Voilà qu'il arrivait à une forêt, il marcha encore un petit moment dans cette dite forêt avant de tomber sur une immense bâtisse, sûrement ce manoir. La grande armure reste un instant à observer le bâtiment, pesant le pour et le contre. Il n'avait pas consulté son frère et il était à peu près certain que ce dernier péterait un câble en apprenant ce qu'il venait de faire. Mais Al n'était plus un gamin, il avait pas conséquent le droit d'agir selon sa propre volonté.

Prenant son courage à deux mains, l'armure s'élança vers la demeure, entrant par la porte principale, non fermée à clé.
Le jeu du chat et de la souris venait de commencer.


PS:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Mer 12 Fév - 1:06

La jeune femme aux cheveux rouges attendait avec impatience la réponse de l'homme qui était emprisonnait avec eux dans le dôme. Et il ne lui fallut pas longtemps pour avoir ce qu'elle voulait savoir sur la situation de la ville. Alors comme ça il y avait bien quelqu'un dans un manoir qui tirait les ficelles de tout cela. Pas de soucis, Evy ne comptait pas attendre de toute manière que les affreux reviennent pour tenter de la mordre à tout va.

Les frères Elric semblaient être plus motivé après avoir entendu le mot "Pierre rouge"... Hum, il ne voulait quand même pas parler de la pierre philosophale tout de même. D'après la légende, cette pierre donnait des pouvoirs inimaginable et pouvait même servir de ticket pour n'importe quelle transmutation sans même avoir recourt à l'échange équivalent. C'était plutôt intéressant pour les deux jeunes... Pas pour Evy. Qu'est-ce qu'elle ferait d'une pierre comme ça ? Dominer le monde ou bien destituer notre cher Généralissime du pouvoir ? Non. Ce n'était pas dans ses envies. La jeune femme de Central avait une mission bien précise.

C'est alors que Edward demanda à son frère de prendre la relève, étant bien trop fatigué pour s'occuper du reste. Heureusement que les hommes à l'extérieur n'étaient plus là. Etrange quand même de disparaître une fois la nuit tombée comme si de rien n'était. Evy laissa les deux frères partir et se décida à ne pas retourner tout de suite à l’hôtel, mais d'aller directement dans le manoir.

L'homme qui était toujours à terre, attendait tranquillement qu'une personne le libère. Hélas Evelyn n'avait pas envie qu'il aille prévenir le maître des zombies du jour et le laissa enchaîné sur le sol alors que celui-ci hurlait pour qu'on le relâche. << Désolé... je n'ai pas que ça à faire. On viendra te libérer une fois cette affaire finie. >> Le colonel lui lança un clin d'oeil et lui fit un au-revoir de la main avant de partir pour le manoir dans la forêt au Nord du village.

Il ne lui fallut que quelques minutes pour arriver dans la sombre et immense forêt. Heureusement, elle avait le sens de l'orientation, au cas, il lui faudrait faire demi-tour. Puis, alors qu'elle ne voyait pas plus loin que le bout de son nez, elle vit une lumière devant elle. Le manoir se trouvait devant. Yosh ! Il n'y avait plus qu'à entrer et arrêter ce cinglé une bonne fois pour toute. La porte de la demeure semblait ne pas être verrouillée... La première chose qu'elle pensa était évidente. Il s'agissait certainement d'un piège. Sortant de nouveau son sabre de sa main droite, elle tourna la poignée de l'autre main et pénétra à l'intérieur.

Il faisait sombre... Pas vraiment de lumière artificielle autour d'elle. Comment on pouvait y voir quelque chose dans ces conditions ?! Avançant doucement, prête à bondir si jamais on essayait de la surprendre, la jeune femme atteignit une sorte d'escalier en marbre, montant vers l'étage supérieur. << Quand il faut y aller, il faut y aller ... >> Ne pas faire de bruit, était la chose la plus rationnelle à faire. Il ne fallait pas qu'elle soit détectée tout de suite. Malgré que cela devait être le cas depuis longtemps. Lentement et surement, elle atteignit le premier étage sans encombre. Un très long couloir s'ouvrait devant elle... L'ambiance était macabre. Une sale odeur planait autour d'elle. Un mauvais pressentiment la gagna peu à peu.

C'est ensuite, que la femme de central stoppa sa marche pour arriver devant une double-porte. Notre alchimiste du vent posa son oreille contre le bois de la porte et écouta attentivement. Il y avait une voix. Celle d'un homme. Elle n'hésite pas une seule seconde pour enfoncer du pied les deux portes et essayer de prendre par surprise le type qui devait être le chef. Cependant... Devant elle il n'y avait rien... Une pièce vide sans aucun signe de vie. Haussant des sourcils, elle regarda autour d'elle puis soudainement une voix retentis. << Et bien, voilà notre première invitée... Bienvenue dans mon humble demeure. >> Une lumière rouge apparut derrière elle et la jeune femme ne comprit pas vraiment ce qui se passa par la suite. Se retournant rapidement pour voir son ennemi, ses iris croisèrent la lueur rouge. Puis plus rien. Evy tomba sur le sol inerte, le sabre en main, les yeux ouverts. Un homme habillé de blanc apparut à l'endroit de la lumière rouge et sourit en coin. << Une de moins... Emmenez-là dans les sous-sols. Elle pourrait nous servir. >>
Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric
Fullmetal Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Mer 12 Fév - 16:05

Pendant que le colonel succombait à on ne sait quelle alchimie qui lui avait fait perdre connaissance, pendant que son petit frère arrivait seulement au manoir. Pendant que ces deux la vivaient l'aventure Edward dormait. Et si profondément qu'il n'entendit pas les personnes entrant en trainant le pas dans la chambre.

Deux hommes, deux zombies se regardèrent puis regardèrent le garçon. Ils avaient des ordres à suivre, le plus jeune, qui devait en temps normal être un beau garçon grand et fort, a la chevelure châtaine et un autre plus âgé, lui ressemblant et qui devait être son père, se saisirent de l'endormi, le soulevant avec étonnement une grande douceur pour ne surtout pas le réveiller.

Ils le portèrent donc, le drap reposant toujours sur Edward l'isolant du froid. Finalement si les zombies étaient parties plus tôt, c'était peux être parce qu'ils avaient été rappelés. Car ces deux-là n'avaient aucun problème pour se déplacer de nuit. Ils ramenèrent le blond au manoir, passant par-derrière.

Le garçon fut posé dans une couchette et ils partirent en fermant la porte. La verrouillant. Et de deux se dit l'investigateur des faits.

Bien sûr des zombies, c'est bête, ils ne pensèrent même pas à attacher le blond pour l'empêcher de joindre les mains à son réveil. Aussi, Edward se réveilla plus tard par ce qu'il avait froid, en parti reposé, il fronça les sourcils. Mais où était-il ? Un pantalon et une chemise blanche étaient posés au pied du lit. Ho ! c'était mignon, on pensait à son petit confort.

- Peuh... Bon, je n'ai pas le choix

Il enfila sont les vêtements étonnement à sa taille, laissant la chemise ouverte par-dessus son débardeur noir. Il regarda la cellule, puis tenta d'ouvrir la porte. Bah comme il le disait toujours « s'il n'y a pas de sortie, crée en une ! »

Ainsi, il frappa dans ses mains et déverrouilla la porte. Il sortit et se retrouva dans un couloir, ça sentait le formol, et le désinfectant, à croire qu'il était dans un hôpital. Il frissonna, il avait froid aux pieds, ils auraient pu lui donner des chaussures non mais ho ! Edward commença son bonhomme de chemin, dans chaque chambre se trouvait un à trois enfants, tous endormit, en même temps vu l'heure tardive cela n'était pas étonnant.

Il continua donc le long de ce couloir, il se cacha décrire un coin de mur quand deux zombies passèrent semblant patrouiller. Il avait eu raison de laisser dans sa cellule une copie de lui-même. Une fois la « menace » écartée, il reprit sa route. Il découvrit qu'il était, bien sûr, en sous-sol, et que tout le sous-sol avait été aménagé en gigantesque laboratoire et de cellule. S'il ne se trompait pas, il devait y avoir deux à trois niveaux. Et il semblerais qu'il soit au niveau habitation et prison donc. Vu le nombre de cellules présentes, il trouva une salle de jeu, une de sanitaire, et une sorte de cantine, tout semblait être adapté aux enfants. Ils étaient prisonniers, mais tous étaient faits pour que leurs parents ne leur manquent pas visiblement. Ha enfin un escalier, il le gravit donc et déboucha comme il le pensait sur au niveau supérieur, mais toujours en sous-sol. C'était plus sombre ici. Des gémissements féminins se faisaient entendre. Il ouvrit une porte, et vit des femmes alités et attacher, perfusé de partout, du sang semblant leur être prit et être envoyer ailleurs. Mais pas suffisamment pour les tuer. Edward en eu froid dans le dos.

Il continua son chemin, il fallait trouver ce malade et l'arrêter au plus vite, il ouvrit une nouvelle porte.

- Tien, je la connais celle-là.

Edward entreprit de détacher la rouquine au grade de colonel, et la gifla doucement pour la faire revenir à elle.

- Allez ! On se réveille la belle au bois dormant...
Revenir en haut Aller en bas
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   Mer 12 Fév - 17:28

Mission à Sorrow, dans le Nord-Est

With Edward & Evy


La grande armure avançait aussi silencieusement qu'elle le pouvait. L'endroit était lugubre et effrayant, comme le reste de la ville quoi. Il frissonna un peu avant de regarder de-ci, de-là. Pas la moindre trace d'une pierre. En même temps, il aurait dû s'en douter, un machin de cette valeur là ça ne se trouvait pas sur le premier meuble venu ! Soupirant doucement, il avance dans un couloir prit au hasard.

Il fallait bien commencer par un endroit, alors pourquoi pas là ? La grande armure tremblait un peu, elle n'arrivait pas à se calmer sans son frère pour la rassurer... Chochotte ! Al avance petit à petit, sursautant au moindre bruit et détournant le regard aux horreurs accrochées aux murs en tableau.
C'était des...peintures représentant des choses peu appétissantes... Ici on pouvait voir une jeune femme dont le crâne était ouvert ainsi que l'abdomen. Très belle vue sur son anatomie viscérale et neurologique mais... Non, il allait faire des cauchemars ! Enfin, il ne pouvait pas dormir non plus...

Al pose une main sur un mur, se reposant un peu. C'était vraiment dur pour lui qui avait vu sa mère dans un état presque identique. S'il avait eut un corps, il aurait sûrement recraché son dernier repas et les larmes couleraient sur son visage. Mais là il ne pouvait que faire une pause et espérer que ses jambes de métal cessent de trembler ainsi. Il finit par avancer tout en se tenant au mur, faisant ainsi tomber les cadres. Des bruits de bois fendu résonnent dans le manoir en même temps qu'un hurlement déchirant retentit.

Le jeune garçon traumatisé se laisse tomber à genoux. Hurlement... Horreurs. Sa mère, cet échec de transmutation, son frère, son bras, sa jambe... Cette chose aux entrailles ouvertes, au regard suppliant, à l'allure presque humaine. Sa mère qu'il avait tué une seconde fois... Al est maintenant dos contre le mur, à fixer le vide, tremblant. Trop de souvenirs... Il pose les mains sur son casque, espérant que cela atténuerait les hurlements qui devenaient de plus en plus rapprochés. Mais que se passait-il ici ?!

- Ed...

Trop dépendant, il était encore trop dépendant de son seul point d'accroche à ce monde. L'armure se vide de ses forces, c'est trop dur... Comment un endroit pareil arrivait-il à lui faire remonter tous ses cauchemars et peurs d'antan ? Comment ?
Soudain, deux personnes à peu près lucides arrivent de là où viennent les crient.

Les deux chercheurs stoppent devant l'armure assise. Ils ne se rappelaient pas d'une telle déco en cet endroit, surtout que tous les tableaux autour de ce tas de fer étaient tombés. Ils se regardèrent avant de hausser les épaules et de décider de prendre cet armure pour en faire du matériel d'expérimentation.

Ils chargent rapidement les morceaux de fer sur un chariot, le même qu'ils poussaient au début. Sur ce dit chariot on pouvait voir différents morceaux de corps découpés et arrachés à des cadavres.
Ils durent s'y mettre à deux pour arriver à se trimbaler le chariot dans tout le manoir et plus particulièrement au premier sous sol, étage des expériences sur cobaye vivants.

Al se sentait balloté dans tous les sens. Il n'avait pu bouger, manque de force, lorsque les deux hommes avaient démanteler son immense armure pour en mettre les morceaux sur ce chariot. Sa tête trempait non loin d'un morceau de cerveau et d'un coeur baignés dans une mare de sangle qui tremblait à chaque pas. Dépourvu de son corps, le jeune garçon ne pouvait qu'attendre et observer ce qui allait se passer.

Les deux hommes passèrent devant une porte ouvert qui normalement ne devrait pas être ouvert. Ils y surprirent un gamin en train de donner des claques au sujet vivant numéro 143. L'un des deux hommes, le plus baraqué, entra et saisit le jeune Fullmetal par le bras en le lui ramenant dans le dos, histoire qu'il ne puisse plus bouger. Tandis que le second appelait aux gardes.

Des masses de "zombies" affluèrent sur les quatre personnes si on ne comptait pas Alphonse qui était réduit à l'état de spectateur de d'objet inutile. Néanmoins, il gueula lorsqu'il reconnut la petite silhouette de son frère.

- Ed !
- Que fais-tu là, gamin ? demanda le chercheur qui tenait Edward par le bras. Hey, dit-il en se tournant vers son collègue, je crois qu'on a un problème avec numéro 143 ...

Puis il tourna la tête vers l'origine du nouveau hurlement poussé précédemment par Al.

- C'est quoi ce bord... commença son collègue avant d'être interrompu par quelque chose qu'Al n'arrivait pas à voir...

Ah, ils s'étaient mit dans de beaux draps...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mission à Sorrow, dans le Nord-Est   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission à Sorrow, dans le Nord-Est

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Dans le Nord, il n'y a pas que des corons.
» OSCAR MALE X CANICHE 6 ANS . NORD 59 - ADOPTE
» Arrivée à Fornost
» Mission rang A: Dans la jungle, terrible jungle
» Photos tournee madan manigat nan Nordest la pou st-thomas yo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal Alchemist RPG :: STAFF :: Les Archives :: Anciens RPs-