Nouveau départ, ancienne rencontre



 
Le forum va bientôt subir de grands changements ! Restez connectés ! /sbaff/

Partagez | 
 

 Nouveau départ, ancienne rencontre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Nouveau départ, ancienne rencontre   Mer 14 Mai - 16:24

Nouveau départ, ancienne rencontre

Alphonse marchait toujours, l'orage s'était tut mais la pluie n'avait cesser, se déversant toujours sur lui, tel des larmes du ciel. Oui il s'en voulait mais il n'était pas le seul à avoir fauté ! Le jeune homme en était venu à cette conclusion après plusieurs heures d'une marche lente et trainante. Il n'avait croisé personne et cela ne l'étonnait guère, le temps et même le train faisaient que des citoyens lambdas préféraient le prendre plutôt que de passer des heures sur une route déserte et non accueillante. Même s'il fallait avouer que voir ces prairies à perte de vue coupait le souffle... Les gens d'aujourd'hui ne regardaient plus la beauté du monde, navrant à vrai dire....

La grande armure passa une main sur son visage, elle ne pouvait pas sentir la pluie, elle ne pouvait pas sentir l'humidité s'incruster dans son armure, la rongeant peu à peu, la rouillant. Il savait très bien que s'il ne prenait pas soin de ce morceau de ferraille, dans quelques jours, une semaine tout au plus, il ne pourrait plus bouger et se décomposerait sur place après être resté dix ans sans bouger, rouillé. Mais d'ici là, son âme serait partit depuis bien longtemps et il ne resterait en ce monde qu'une armure vide, complètement vide.

Il soupire doucement, laissant retomber ses bras le long de son corps et reprenant sa longue marche inutile sous la pluie qui s'affaiblissait peu à peu, laissant quelques éclaircies venir chatouiller la longue route sans fin à l'horizon. S'il avait pu sourire, ce qui n'était plus le cas depuis bien longtemps, il serait en train de sourire à pleine dent, content qu'après la pluie, le beau temps vienne éclairer cette journée morose et partit sur de très mauvaises bases.
Oui il culpabilisait, mais ça ne servait à rien de se morfondre pour une simple querelle fraternelle, querelle qui avait quand même conduit le cadet à aller se perdre dans la campagne d'Amestris, sans aucun moyen de joindre l'ainé qui devait de faire un sang d'encre !

/HRP: Pendant ce temps là, chez l'ainé: *Aller, elle embrasse trop bien ! C'est trop bon tout ça ! Ces plaisirs insoupçonnés... J'prends mon pied quoi !*/


Mais... Oui, c'était de sa faute ! Non, c'était de leur faute ! L'un avait voulu jouer aux suicidaires, l’autre l'avait recadré brutalement. Tous deux s'étaient emportés au final, rendant cette situation bancale. Et puis, ils étaient presque des adultes. Ils avaient rejoint ce monde bien trop tôt pour leur jeune âge... Alphonse, le sage Alphonse, faisait son retour. La personne réfléchie, qui prenait le temps d'observer, effacée, reculée, en arrière plan. Il était à nouveau là.

Le cadet rit doucement. Comme le soleil venait éclairer par endroits la route, la joie venait percer les nuages de sa morosité et de sa culpabilité. Certes, il s'en voudra toujours d'avoir lancer ces mots à Edward, du moins jusqu'à avoir demandé pardon, mais il ne devait pas se braquer pour si peu. C'est vrai, combien de fois s'étaient-ils battus étant petits ?

Il arriva bien vite dans un petit village. Les habitants commençaient déjà à sortir le bout de leur nez, profitant de la fraicheur d'après pluie. Ils reprenaient leurs activités normales. Alphonse déambula dans les rues un bon moment, les gens se retournaient sur son passage, l'observant sans pudeur. Encore et toujours cette curiosité dérangeante du fait de sa grande armure atypique comme accoutrement. Soudain, il s'arrête. Une silhouette, oui bon, on ne peut pas reconnaitre des gens par leur silhouette mais celle-ci était si particulière. Il la connaissait. Le jeune garçon s'avance vers cette silhouette perdue dans la foule qui ne cessait de grandir.

Le cadet Elric accéléra le pas avant d'appeler cette personne qu'il n'aimait que trop :

Emily, dit-il avec joie tout en se montrant à elle, imposante armure.