Examen d'Atsuko Ansatsu



 
Le forum va bientôt subir de grands changements ! Restez connectés ! /sbaff/

Partagez | 
 

 Examen d'Atsuko Ansatsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clothilde Laysawer
Alchimiste Médecin Général des Armées

avatar


MessageSujet: Examen d'Atsuko Ansatsu   Dim 16 Jan - 12:23

Bonjour, Bonsoir Ansatsu Atsuko,
Pour confirmer votre grade, il vous faut subir l’épreuve pour Alchimiste d’Etats. Je tiens à vous rappeler que vous ne disposez que d’une semaine et demi, et cela dit, si vous échouez au concours, vous serez recalé pour un second test si la profession vous motive encore…Autrement, vous pouvez abandonner le bataillon de l’armée et vous convertir dans une autre branche.

Êtes-vous prête, Mademoiselle Ansatsu ? Voici votre sujet.

« Vous entrez dans l’enceinte d’une auberge animée, au cœur de la place d’Amestris. Vous commandez la boisson de votre choix, vous vous faites accoster par un ivrogne beuglant des informations sur l’armée sans que personne ne le prenne au sérieux… Sauf vous. Vous l’écoutez distinctement, jusqu’à qu’une explosion surgisse au sein de la taverne. Vous avez le choix de la fin du récit. »

Bonne chance !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: exam d'Atsuko Ansatsu   Lun 17 Jan - 14:32

Sa journée avait été longue, elle avait 8 heures de train dans les pattes et ne rêvait que d’une chose : une boisson chaud. La jeune fille avait tout de même réussi à se changer avant d’arriver, elle portait à présent un sweater tout propre de couleur aubergine par-dessus un jean foncé qui s’évase à partir des mollets, une paire de bottes en cuir noir cachées sous le pantalon complétaient sa tenue. Elle se dirigea au cœur de la place d’Amestris et choisi d’entrer dans une des nombreuses auberges qui composaient le lieu. Atsuko poussa une porte en bois faisant tintinnabuler une clochette dont le bruit était couvert par l’animation émanant du bâtiment. Elle alla s’assoir à une table attendant qu’un serveur vienne prendre sa commande, elle choisi un chocolat liégeois et en profita pour observer le lieu en attendant sa commande. C’était une petite auberge, chaleureuse et lumineuse, très animée aussi. Un petit groupe de musiciens s’était frayé une place afin de faire profiter la foule de leur musique. Plusieurs petits groupes de personnes étaient attablés autour de verres plus ou moins vides et discutaient avec entrain. Cependant un petit attroupement attira son attention et sa curiosité piquée au vif lui fit tendre l’oreille et se lever à moitié de sa chaise en une position peu convenable pour une jeune femme.

Le serveur arriva avec sa commande sur ces entrefaites et Atsuko se rassit normalement essayant de reprendre contenance. L’homme posa la tasse devant la jeune femme jetant un regard en coin sur l’objet de la curiosité de sa cliente. Atsuko arbora un grand sourire en le remerciant lui faisant comprendre qu’elle aimerait bien continuer son espionnage en toute tranquillité, le garçon repartit avec un haussement d’épaules, après tout les clients font ce qu’ils veulent du moment qu’ils payent.

La demoiselle poussa un soupir de soulagement et tendit à nouveau l’oreille, ce qui se racontait, bien qu’elle n’en ait que des bribes, était fort intéressant. Un homme d’une cinquantaine d’années, passablement éméché, la chemise à moitié sortie de son pantalon kaki et un pied posé sur la table, beuglait à qui voulait l’entendre qu’il possédait des infos top secrètes sur l’armée. Ses camarades de beuveries, bien saouls eux-aussi riaient aux éclats le traitant de menteur et de fabulateur. L’homme se défendait du mieux qu’il pouvait, arguant qu’il tenait ces infos d’une personne connaissant bien le sujet. Atsuko n’y tenant plus pris sa tasse, se leva et alla s’assoir près des hommes en grande discussion sur la véracité des propos de leur homologue. L’échange se stoppa à son arrivée, elle leur fit un petit signe de bonjour et ajouta :

« Ne vous dérangez pas pour moi, continuez ça m’intéresse beaucoup ce que dit votre ami. »

Les hommes la regardèrent avec des yeux ronds comme des billes et lui demandèrent si elle croyait sérieusement à ses élucubrations. Ce à quoi la jeune femme répondit par un vif hochement de tête. L’homme, toujours le pied sur la table se pencha vers elle :

« Eh bien ma p’tite dame je vais tout vous dire moi ! »

Et il embraya sur son récit, il avait entendu dire que l’armée préparais un gros coup, un sale coup, le genre de chose qui mettrait la ville à feu et à sang et dont on ne se remettrait sûrement pas. Son air conspirateur et sa voix aux intonations mélodramatiques furent accueillis par des hurlements de rire. Atsuko, quant à elle écoutait avec attention ce qu’il disait pensant qu’il n’était pas tout à fait dans le faux.

Elle allait lui demander de poursuivre quand un bruit sourd suivi d’une déflagration se fit entendre dans l’auberge, l’orateur virulent fut projeté au sol tandis qu’Atsuko plongeait à terre par réflexe évitant de se faire écraser par les autres hommes projetés eux aussi par le souffle violent. Une pluie de poussière et de gravats s’abattit sur les personnes présentes. Après de longues secondes d’attente les clients commencèrent à se relever qui cherchant un ami, qui appelant un membre de sa famille, tout cela dans une atmosphère poudreuse. La jeune femme se releva en grognant et repoussa un pavé qui avait atterri sur son dos qu’elle massa vigoureusement essayant de faire partir la douleur en vain. Elle boitilla jusqu’au lieu de l’explosion, un trou béait dans le mur explosé et le sol était jonché de briques, de gravats et de corps brûlés. L’odeur était épouvantable et les clients s’approchaient craintivement de peur de découvrir un proche parmi les cadavres.

Atsuko se reprit tant bien que mal, elle avait déjà vu les dommages que pouvaient causer une bombe mais à chaque fois cela lui faisait un choc. La jeune femme avançait lentement entre les pierres à la recherche d’un mouvement, d’une respiration signe que quelqu’un n’était pas mort et avait besoin d’aide, lentement les idées se remettaient en place dans son cerveau et petit à petit lui revenaient des souvenirs sur la façon de gérer une situation comme celle là. Tout d’abord s’assurer qu’il n’y a plus de danger, aucune autre bombe à l’horizon, pas même une trace des poseurs de bombe. Ensuite voir s’il y a des blessés grave, avec la visibilité quasi nulle elle ne saurait le dire et essayait tant bien que mal de se repérer dans les décombres. Puis s’occuper des blessés, il y en avait tellement qu’elle ne saurait pas par qui commencer, avec les quelques connaissances qu’elle possédait en élixirologie grâce à ses voyages elle put aider quelques personnes gravement blessées en stoppant les hémorragies ou en refermant des coupures assez profondes, mais rien de miraculeux elle le déplorait.

La demoiselle s’approcha d’une jeune fille passablement secouée par le souffle de l’explosion, elle avait une ecchymose sur la cuisse et sa jupe se réduisait à un lambeau de tissu sans parler de son t-shirt qui ne ressemblait plus à rien. Atsuko l’aida à se lever, ramassa une chaise rescapée de l’explosion et la fit assoir, elle demanda à un serveur de lui donner son tablier et l’enfila sur le corps de la jeune fille afin d’épargner sa dignité. Elle lui remit ses cheveux en place et essaya de la rassurer lui assurant que tout était terminé et qu’elle pourrait bientôt rentrer chez elle. Atsuko confia sa protégée aux soins d’une autre femme et se mit en quête d’autres blessés à aider. Elle se dirige vers les hommes qui furent ses compagnons de table le temps de quelques minutes et s’enquit de leur état. Le cinquantenaire pestait contre cette bombe qui, selon lui, avait été placée ici à son intention pour l’empêcher de parler des complots de l’armée. Quelle que soit la personne visée ici la bombe avait fait beaucoup de dégâts et beaucoup trop de victimes à son gout, l’armée ne pouvait décemment pas se permettre ce genre de coups d’éclats meurtriers. Elle était persuadée qu’il y avait anguille sous roche et que l’homme à coté d’elle en savait peut être trop au gout de certains militaires et, qui sait, au gout du généralissime lui-même mais cette dernière conclusion était peut être un peu tirée par les cheveux.

Quoi qu’il en soit l’heure n’était pas aux suppositions, Atsuko demanda aux hommes valides de l’aider à acheminer les blessés à l’extérieur de l’auberge tandis qu’elle faisait signe à ceux capable de marcher seuls de se diriger vers la sortie. Le bruit sourd d’une chute la fit se retourner alors qu’elle était dans l’embrasure de la porte. Un pan de mur venait de s’écrouler et quelques clients étaient encore dans le bâtiment. La jeune femme repartit à l’intérieur leur intimant de se dépêcher pendant qu’elle se dirigeait vers le mur en train de s’écrouler. Atsuko retroussa ses manches et posa sa main droite à terre puis la gauche sur sa main au sol, des éclairs s’en échappèrent dansant tout autour d’elle alors que le mur changeait d’apparence se consolidant petit à petit. Néanmoins elle ne put consolider le mur entièrement et se retourna vers les personnes qui la regardaient faire étonnés de découvrir ses talents d’alchimiste.

« Ca ne tiendra pas longtemps, juste assez pour que l’on puisse sortir en fait. Alors dépêchez vous de sortir de cet enfer. »

Ils hochèrent la tête affirmativement et se hâtèrent aussi rapidement qu’ils le pouvaient vers la sortie. Elle les suivit vérifiant que personne n’était resté en arrière, une fois sortie avec les autres elle se retourna face au bâtiment et poussa un soupire. Comme si c’était le signal attendu le mur ayant subi l’explosion s’effondra entrainant le reste de la bâtisse avec lui.

« Eh bien moi qui voulait juste passer une soirée tranquille, je crois que c’est raté pour aujourd’hui. » La jeune femme passa sa main sur son visage poussiéreux et jeta un coup d’œil sur les clients au regard hagard. « Enfin, tout le monde est sauf c’est le principal. » elle esquissa un sourire pâlot et s’éloigna bien décidée à aller se plaindre au Quartier Général de Central pour leur inaction.
Revenir en haut Aller en bas
Clothilde Laysawer
Alchimiste Médecin Général des Armées

avatar


MessageSujet: Re: Examen d'Atsuko Ansatsu   Lun 17 Jan - 16:05

Félicitation, vous avez passé votre examen avec succès !



Vous recevez votre licence et votre montre d'argent d'Alchimiste d'État.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Examen d'Atsuko Ansatsu   Lun 17 Jan - 16:09

Oooooh merci, merci je saurais faire bon usage de ce diplôme et de cette montre, chef madame!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Examen d'Atsuko Ansatsu   

Revenir en haut Aller en bas
 

Examen d'Atsuko Ansatsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Examen de Potions
» Atsuko Van Hells
» Mission de rang D: Examen Chuunin
» Un blogueur mis en examen
» Soutien examen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal Alchemist RPG :: Accueil :: Présentoir :: Examens :: Examen d'Alchimiste d'État :: Examens Réussis-