La cupidité et le mépris face à face



 
Le forum va bientôt subir de grands changements ! Restez connectés ! /sbaff/

Partagez | 
 

 La cupidité et le mépris face à face

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scorn
Amestrien centenaire

avatar


MessageSujet: Re: La cupidité et le mépris face à face   Sam 10 Mai - 11:30

Depuis sa rencontre avec Edward, Scorn n'avait pas osé remonter à la surface de peur de retomber sur lui, non pas qu'il le craignait, mais plutôt que ce dernier ne découvre sa véritable nature. De ce qu'il en avait compris les Homunculus étaient la preuve qu'un alchimiste avait fait de l'alchimie humaine contre-nature. En soi, il n'était pas dérangé par cet état de fait, il considérait les humains (alchimiste compris) comme des insectes nécessaires à un écosystème. Mais il devait malgré tout faire attention à son identité, car même si individuellement ils étaient aussi faible qu'insupportable, Scorn ne pouvait nié qu'ils s'étaient reproduit à un telle vitesse pour envahir ce monde que même avec tous ses pouvoirs, il n'était pas certain de pouvoir supprimer la race humaine entière, d'autant que « Père » ne l'aurait pas voulu. Le jeune albinos devait donc faire profil bas et il préférait ne pas croiser Edward. Cependant après quelques semaines, il estimait que suffisamment de temps était passé et se lança donc vers la surface pour respirer un air un peu plus frais et surtout pour se dégourdir les jambes. Contrairement à ses frères et sœurs, il n'avait pas de tâche assignée pour l'instant et il devait bien l'admettre, il s'ennuyait comme un rat mort. Il s'était alors rappelé que le frère en armure de Edward avait un livre et qu'il semblait si plongé dedans qu'il avait eut l'air déconnecté de la réalité, peut-être que lui aussi devrait-il se mettre à lire pour passer le temps ? C'était en tout cas l'idée qu'il avait eut pendant qu'il se dirigeait vers la surface.

Les tunnels il les connaissait et les chemins aussi. Il les parcourait si souvent qu'il n'avait même plus besoin de voir pour avancer, mais même comme ça, le choc lumineux avec la surface restait le même, ses yeux prenaient beaucoup de temps à s'adapter à la lumière si vive du soleil. D'autant qu'il faisait beaucoup plus chaud à la surface, les sous-terrains avaient au moins l'avantage de garder le frais. Mais quand il pu distinguer correctement, il se dirigea vers l'endroit ou il entendait le plus de bruit dans la ville. Lui qui aimait le calme et n'appréciait pas les foules, il se surpris lui-même à s'y rendre de son propre chef. Lorsqu'il arriva enfin sur le lieux recherché, il constata que c'était un genre de marché, c'était la première fois qu'il assistait à ce genre de rassemblement où les humains se réunissaient pour acheter ou vendre des choses qu'ils pouvaient acheter ou vendre dans des magasins. Pour Scorn, c'était un effort inutile de leur part et il ne chercha pas à comprendre pourquoi ils faisaient un marché dehors. Cependant, maintenant qu'il était sur place, il regarda un peu ce qu'ils proposaient, même s'il n'avait pas d'argent pour payé, il était curieux de voir ce que ces misérable humains étaient capable de faire. Du coup il se prêta au jeu et questionna quelques vendeur sur les articles faisant mine de s'y intéresser, puis une fois qu'ils semblaient en avoir marre de répondre à ses questions, il s'en allait sans rien acheter provoquant la colère de ces marchants.

Puis alors qu'il était penché sur un étal ou on vendait ce qui ressemblait à des montres, il sentit un présence familière non loin de lui, il leva alors la tête et dévisagea tous le monde autour de lui, mais aucun de ceux qui étaient ici ne lui étaient familier. Pourtant l'aura qu'il sentait encore lui donnait l'impression que c'était un de ses frères ou sœurs. Pourquoi se cacheraient-ils ? D'autant plus qu'ils étaient censé être en mission chacun. Cependant, alors qu'il tentait de reprendre ses distractions, ses pensées n'étaient plus concentrées sur ce qu'il faisait et cela l'agaçait peu-à-peu. Scorn eut alors une idée, faisant mine de ne rien savoir, il se dirigea sans se retourner vers une ruelle isolée pour voir si cette présence allait le suivre ou non. Dans l'état actuel des choses, il ne craignait rien ni personne dans cette ville à part « père », et si c'était bien un de ses frères ou sœurs, il en aurait rapidement le cœur net.


Revenir en haut Aller en bas
 

La cupidité et le mépris face à face

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» Mission III : face à face (seconde vague)
» Sans malice et Kakakok; Un Face à face
» Face à face [PV]
» Speed Dating

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fullmetal Alchemist RPG :: STAFF :: Les Archives :: Anciens RPs-