Rencontre entre deux estropiés



 
Le forum va bientôt subir de grands changements ! Restez connectés ! /sbaff/

Partagez | 
 

 Rencontre entre deux estropiés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Rencontre entre deux estropiés   Lun 3 Mar - 19:19

Gauche, droite, gauche, droite... Jamais mettre un pied devant l'autre n'avait semblé aussi difficile au faux cowboy qui parcourait d'une démarche chancelante les rues du centre ville. Le poncho ondulant avec lui, le chapeau maladroitement posé sur le haut de son crâne, le pauvre homme se mouvait avec la grâce d'un navire en train de sombrer, manquant de tomber un peu plus à chaque pas. C'est fou ce que le monde peut tanguer après quelques verres de trop. Il avait l'impression que l'océan avait remplacé le bitume pour ne laisser qu'un magma instable dans lequel ses bottes s'enfonçaient avec une aisance effrayante. Ses yeux lui jouaient des tours, lui montrant des poteaux ondulant et des paysages à l'horizon bancal, et son ouïe semblait décider au hasard des sons à capter ou à ignorer, changeant le train train de la rue en une cacophonie chaotique insupportable.
Ca n'avait beau pas être sa première cuite, jamais il n'était habitué à cette terrible sensation de bourdonnement qui emplissait son crâne. C'était douloureux, lancinant, et lui donnait l'impression qu'une ruche avait élu domicile quelque part entre sa cervelle et son squelette. Mieux encore, sa mémoire était au moins aussi brouillée que sa vision. Il n'avait plus aucune idée de quel bar il sortait ni même pourquoi il y était entré. Tout ce qu'il restait se résumait à des flashs ici et là, des visages auxquels il ne pouvait accrocher de noms et des verres contenant des liquides colorés qu'il valait peut être mieux ne pas identifier.
Le fugitif recherché par les autorités s'était retrouvé en bien mauvaise posture. Cela faisait quelques jours déjà qu'il résidait à Centrale, profitant de l'appartement d'une connaissance pour éviter de dormir dans le caniveau, mais peinait désormais à en retrouver le chemin. Il n'avait déjà pas la moindre idée d'où il était exactement, alors de là à retrouver une porte parmi des milliers d'autres au sein d'une ville gigantesque... Pourtant, s'il tournait en rond ici trop longtemps, il finirait par croiser un officier un peu plus dégourdi que les autres qui reconnaitrait sa figure et tenterait de le mettre au trou. Il pourrait toujours lui exploser la cervelle d'un coup de flingue, mais il préférait éviter cette solution radicale dans la mesure du possible. La violence était peut être son truc, mais certainement pas le meurtre.

Mais alors que ses neurones intoxiqués tentaient de remettre en place ce qui pouvait l'être, notre pistolero alchimiste eut le malheur de percuter un petit bonhomme visiblement affairé à sa tâche. La frêle silhouette percuta l'homme chancelant de plein fouet, se mangeant un automail au passage dans un vieux bruit de ferraille. Manquant de trébucher à son tour, Adrix parvint tant bien que mal à garder son équilibre avec une pirouette n'ayant rien à envier à celle d'un artiste de cirque. Après d'interminables secondes son cerveau parvint à comprendre ce qui venait de passer. C'est donc avec un sourire gêné et une haleine de chacal en putréfaction qu'il tendit une main secourable à sa victime accidentelle.

    -Oops, désolé petit je t'avais pas vu, je suis plus très frais. Ca va ? Pas de bobos gamin ?

Revenir en haut Aller en bas
Edward Elric
Fullmetal Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Rencontre entre deux estropiés   Mar 4 Mar - 6:59

Edward avait passé une semaine éreintante. La mission qui l'avait épuisé, sans compter qu'à force d'enchainer d'autre mission avant il n'avait pas pu se reposer, malgré ses trois jours de sommeil à Soorow après la mission, il n'avait pas complètement récupéré, et revenu ici non plus. Edward était hanté par des mauvais rêves, la transmutation humaine ratée se superposant à ce qu'il avait vu lors de sa dernière mission, ce n'était pas un bon mélange et il ne parvenait pas à dormir plus de deux ou trois heures par nuit. Bien qu'épuisé il était incapable de dormir et souffrait désormais d'insomnie, c'est sans doute pour cela qu'après une journée mouvementer de plus où il avait revu cet étrange garçon d'ailleurs, qu'il arpentait les rues à une heure tardive. Ne pouvant dormir, il avait décidé de profiter de la douceur de la nuit et avait dit à son frère partir se promener un peu pour s'épuiser suffisamment pour ne pas se réveiller de la nuit une fois rentrer.

Il bailla un coup, en plus à cette heure-ci, les ivrognes sortaient des bars, il en avait déjà cogné trois, qui les yeux pas en face des trous, l'avait appelé « ma jolie » et fait des propositions indécentes, désormais, ils « dormaient » dans le caniveau. Non mais quoi ! Oui, il avait les cheveux longs, oui, il avait une taille... Moyenne, mais non, il ne ressemblait pas à une fille !!!

Du coup tout occuper à râler dans sa barbe inexistant, Edward fut renversez par un inconnu qui en plus lui donna un coup en tentant de garder l'équilibre, Edward lui finit par terre sur les fesses. Ouille ! Que ça faisait mal, a son postérieur et à sa mâchoire, il se la massait d'ailleurs, quand une main secourable lui fut tendu, il la saisit et se relève, puis entendit ce qu'il ne fallait pas. Il lâcha la main et gesticula dans tous les sens en hurlant.

- QUI EST SI PETIT QUE MÊME AVEC UNE LOUPE ONT NE PEUT PAS LE VOIR ET QU'ON LUI RENTRE DEDANS !!!!????

Logique quoi. Et splash ! Il se prit de la flotte sur la tronche et l'inconnu en face de lui aussi. D'un balcon, une femme leur cria dessus de se la fermer que des gens dormaient. Vu l'équipement de choc qu'elle avait sous la main, elle était habituée aux ivrognes sous sa fenêtre qui beuglait. Lui qui voulait se fatiguer, le voilà bien réveiller, et haleine de chacal en face de lui devait être de nouveau sobre avec une douche pareille. C'était quoi cette dégaine d'ailleurs ? Un cowboy raté ?

Aie aie ! Il porta la main à sa mâchoire, voilà que la douleur revenait à grand pas, ce mec devait avoir un auto-mail, sinon ça n'aurait pas fait aussi mal. En le regardant il avait une vague impression de déjà-vu.

- Vous êtes un vrai danger public... ATCHA !

Le blond sorti un mouchoir de sa poche, trempé... La poisse, il se frotta le nez avec sa manche du coup. Ce n'était pas bien mieux.

- Je vous raccompagne chez vous avant que vous ne fassiez d'autre accident. C'est où ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Rencontre entre deux estropiés   Lun 10 Mar - 9:23

Raaaaah ! La migraiiine ! Pourquoi elle se met à couiner aussi subitement la crevette ? On l'aide à se relever, et voilà qu'il gigote comme un poisson hors de l'eau en beuglant des imbécilités. Et un poisson beuglant n'était pas suffisamment courant pour qu'Adrix puisse le gérer dans son état actuel. Bon okay, il l'avait bousculé par incident, mais il s'était excusé nan ? Adrix fixait ce déballement d'énergie avec un œil à mi chemin entre l'étonnement et celui d'un mort vivant à qui on narrerait les dernières variations la bourse. C'était bien les jeunes ça, capables de sautiller autant à une heure pareille. Ce n’était tout de même pas sa faute si l'univers entier s'était mit à tanger sous ses pauvres petits petons fragiles ! Et qu'est-ce que c'est que cette histoire de loupe ?

    *Aaaah ma tête*


Le cowboy posa sa main sur son front, espérant que la fraicheur du métal apaise un peu ses souffrances... sans grand succès. Saleté d'alliage de carbone, même pas fichu de capter la température ambiante correctement ! Qu'est-ce qu'il ne donnerait pas pour une petite brise glacée, ca permettrait d'oxygéner ses poumons et...

/SPLASH/

... Ou alors un seau d'eau glaciale en pleine poire. Ca marche aussi hein. Un peu plus humide comme méthode peut être. Le Desperado resta planté là un instant, laissant à cette trempette importune le loisir de faire tout son effet. Rien de tel pour réveiller un homme et le dégriser un peu ! Ca lui épargnait même l'étape salle de bain en arrivant tiens ! Et... Oh mince !
D'un geste il récupéra son chapeau pour l'inspecter. Ouf. Ce bon vieux couvre chef semblait ne pas avoir souffert. Ca l'avait même décrotté un peu à dire vrai. Il gouttait de manière pathétique, mais il était toujours mettable. Adrix ne saurait pas comment réagir si son bien le plus sacré venait à être endommagé par une vieille folle. Enfin, à part la solution évidente consistant à faire sauter l’immeuble en représailles.
Il était en pleine réflexion quant à une vengeance inutile quand le minus reprit la parole.

    - Vous êtes un vrai danger public... ATCHA !


Adrix eut un sursaut réflexe, sa main droite esquissa un infime geste presque instinctif vers sa ceinture. En général, quand il entendait ses mots, c'était de la bouche de quelqu'un venant l'arrêter ou lui casser la gueule, voire les deux. Voyant qu'il s'agissait là d'une fausse alerte, le fugitif laissa retomber la pression. Son quotidien harassant avait finit par graver ces mauvaises habitudes dans sa chair.
Son corps réagissait avant ses pensées, et son ébriété n'aidait pas évidemment.

    - J'apprécie ton offre mais je dois aller retrouver un ami plus t... Rah saleté de haut trempé.


Soulagé, il entreprit d'essorer son poncho... sans comprendre qu'il venait, par la même, de dévoiler un des gros révolvers pendus à sa ceinture. Et pour un civil, à fortiori un ivrogne, ce jouet avait l'air rudement professionnel. Ce n'était pas le calibre d'un petit braqueur agressant les jouvencelles le samedi soir dans une ruelle sombre pour obtenir une petite culotte.

    - Mais d'ailleurs, qu'est-ce que tu fais dehors à cette heure ci dans un quartier aussi merdique ? Où sont tes parents ?


Il le regarda de haut en bain. Sa tenue lui évoquait vaguement quelque chose, mais il n'aurait su dire quoi. Et il s'en fichait un peu aussi pour être honnête. Et là, comme traversé par un éclair de génie, son visage s'illumina et il gratifia Edward d'un sourire louche.

    - Noooon ! Je sais ! Tu cherches un peu de "compagnie" pour t'amuse hein~ ? Ca veut devenir un homme hein ? Petit coquin, va ♥ Je faisais pareil à ton âge…. Enfin j’crois. Mais c’est quand même mieux si tu te trouves une copine pour faire ça. T’as pas une petite amie à occuper ?


Et il lui donna même un petit coup de coude complice, complètement dans son délire érotique.



Revenir en haut Aller en bas
Sadike
Le FullArmor Alchemist

avatar


MessageSujet: Re: Rencontre entre deux estropiés   Lun 10 Mar - 10:27

Rencontre entre deux estropiés

With Adrix & Edward


Alphonse courait dans les rues de Central, complètement paniqué. Il s'inquiétait plus que beaucoup pour son frère, d'autant plus qu'il faisait nuit ! Rha mais il avait quoi à la place du cerveau Edward ? Et il n'était pas dans son état normal ! Pas frais du tout, très fatigué... Et dire que Al s'efforçait de le garder en vie, du moins... Ouais, non, il était son ange gardien autoproclamé en faite.

Le petit frère ne lâcherait plus l'aîné tant que ce dernier était dans ce piteux état, entre la vie et la folie. Peut-être qu'Alphonse exagérait, et même qu'il exagérait beaucoup... Mais son frère avant tout, sa seule famille qu'il lui restait à vrai dire.

Clong, clong, ses pas de course résonnaient dans la nuit avancée de la capitale. Les rues étaient désertes, désertes de toute personne normale. Mais criminels et autres gens de la pègre se faisaient toujours une joie de dépouilles les malheureux qui avaient le malheur de venir se promener là la nuit.
Il bifurque dans une rue sombre, comme toutes les autres en faite, et se met à courir de plus belle. La lune, cachée par d'épais nuages, ne l'aidait pas à bien se repérer. Il n'y voyait rien en clair.

L'armure y allait à l'instinct, espérant tomber par miracle sur son aîné moins mature que lui. Des fois, l'âge ne faisait pas tout, hein. Soudain, il entend des voix, trop loin pour comprendre. Il continue à courir, persuadé que c'est son frère. Ah, il arrive enfin à comprendre des bribes de conversation:

- Mais c’est quand même mieux si tu te trouves une copine pour faire ça. T’as pas une petite amie à occuper ?  

Hein ? Pardon ? C'était qui ce gars là ? Alphonse n'y voyait rien, mais rien du tout, il arrivait juste à distinguer deux ombres dont une plus petite que l'autre. Sûrement son frère. La grande armure arrive avec fracas devant les deux personnes, une lueur d'inquiétudes et de colère dans son regard vide. Il zieute l'inconnu puis regarde son frère. Ils s'étaient jetés dans un lac ou quoi ? Pourquoi étaient-ils trempés comme ça ? En plus il connaissait la résistance de son frère au froid... Crève en approche...

- Edward ? C'est toi ? Mais pourquoi t'es mouillé comme ça ?

Il avait croisé les bras, se donnant une allure imposante, mais sa voix trahissait sa grande inquiétude.

- Et c'est qui lui ? demanda-t-il ensuite en désignant Adrix du pouce.